Vendredi 25 Mai 2018

Temps

Pentecôte

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 81 (80)

Si mon peuple m’écoutait

 
2
Criez de joie pour Dieu, notre force,
 
 
acclamez le Dieu de Jacob.

 
3
Jouez, musiques, frappez le tambourin,
 
 
la harpe et la cithare mélodieuse.
 
4
Sonnez du cor pour le mois nouveau,
 
 
quand revient le jour de notre fête.

 
5
C’est là, pour Israël, une règle,
 
 
une ordonnance du Dieu de Jacob ;
 
6
Il en fit, pour Joseph, une loi
 
 
quand il marcha contre la terre d’Égypte.

 
 
J’entends des mots qui m’étaient inconnus : †
 
7
« J’ai ôté le poids qui chargeait ses épaules ;
 
 
ses mains ont déposé le fardeau.

 
8
« Quand tu criais sous l’oppression, je t’ai sauvé ; †
 
 
je répondais, caché dans l’orage,
 
 
je t’éprouvais près des eaux de Mériba.

 
9
« Écoute, je t’adjure, ô mon peuple ;
 
 
vas-tu m’écouter, Israël ?
 
10
Tu n’auras pas chez toi d’autres dieux,
 
 
tu ne serviras aucun dieu étranger.

 
11
« C’est moi, le Seigneur ton Dieu, †
 
 
qui t’ai fait monter de la terre d’Égypte !
 
 
Ouvre ta bouche, moi, je l’emplirai.

 
12
« Mais mon peuple n’a pas écouté ma voix,
 
 
Israël n’a pas voulu de moi.
 
13
Je l’ai livré à son cœur endurci :
 
 
qu’il aille et suive ses vues !

 
14
« Ah ! Si mon peuple m’écoutait,
 
 
Israël, s’il allait sur mes chemins !
 
15
Aussitôt j’humilierais ses ennemis,
 
 
contre ses oppresseurs je tournerais ma main.

 
16
« Mes adversaires s’abaisseraient devant lui ;
 
 
tel serait leur sort à jamais !
 
17
Je le nourrirais de la fleur du froment,
 
 
je le rassasierais avec le miel du rocher ! »

Lectures du jour

Commentaire

Encore des choses à dire, que vous ne pourriez pas supporter …

A ma confirmation, le pasteur avait choisi ce passage, en disant qu’il nous restait encore beaucoup à découvrir et que nous étions trop inexpérimentés encore sur le chemin de la foi pour tout saisir. Et je pense qu’il n’avait pas tort, que nous avions tous bien du chemin à parcourir, mais qu’il ne fallait pas attendre d’avoir tout compris de l’Evangile pour s’engager à la suite du Christ.

Non qu’il y aurait de nouvelles révélations sensationnelles à recevoir, mais que nous devons méditer et méditer à nouveau l’Evangile pour y pénétrer.
Lorsque Jésus dit à ses disciples qu’ils ne pourraient pas en supporter plus, c’est aussi parce qu’ils n’ont pas encore vécu la semaine de la Passion et que ce n’est à partir de celle-ci que l’on peut relire, supporter (dans le sens de comprendre) tout ce que Jésus a dit dans son ministère.

Le Saint-Esprit éclairera tout cela pour nous, chaque fois à nouveau, car dans notre vie chrétienne, nous passons souvent de l’impression d’avoir compris à celle de ne plus rien comprendre. Le Saint-Esprit travaille alors patiemment en nos cœurs pour éclairer la bonne nouvelle de l’Evangile.
C’est lui qui conduit la communauté et nous maintient ainsi en communion les uns avec les autres en Christ.

Passer de l’affliction à la joie ? À la joie mauvaise du monde se substitue la joie inaliénable des disciples, témoins d’une humanité nouvelle. Les catéchismes réformés classiques évoquent cette joie des croyants causée par la certitude d’avoir été saisis par Dieu, d’avoir été adoptés. Certes, le croyant a ses hivers, mais cela est dû à un affaiblissement de cette relation passionnée qu’il avait d’abord trouvée avec le Christ : « Car, au lieu de demeurer en Christ, le croyant se contente de le visiter de temps en temps » (Catéchisme de Fisher). « Jusqu’ici, vous n’avez rien demandé en mon nom … Demandez et vous recevrez, si bien que votre joie sera parfaite ».

Sujets de prière

Oraison

O Roi de gloire, Seigneur tout-puissant,
qui es monté en triomphateur au plus haut des cieux,
ne nous laisse pas orphelins,
mais envoie-nous l’Esprit de vérité promis par le Père,
toi qui vis et règnes avec le Père et le Saint-Esprit,
un seul Dieu, maintenant et pour les siècles des siècles.

Cantique 35-07 (du recueil Alléluia)

Saint-Esprit, Dieu de lumière