lundi 25 février 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 114 (113a)

La mer voit et s’enfuit

 
 
Alléluia !

 
1
Quand Israël sortit d’Égypte,
 
 
et Jacob, de chez un peuple étranger,
 
2
Juda fut pour Dieu un sanctuaire,
 
 
Israël devint son domaine.

 
3
La mer voit et s’enfuit,
 
 
le Jourdain retourne en arrière.
 
4
Comme des béliers, bondissent les montagnes,
 
 
et les collines, comme des agneaux.

 
5
Qu’as-tu, mer, à t’enfuir,
 
 
Jourdain, à retourner en arrière ?
 
6
Montagnes, pourquoi bondir comme des béliers,
 
 
collines, comme des agneaux ?

 
7
Tremble, terre, devant le Maître,
 
 
devant la face du Dieu de Jacob,
 
8
lui qui change le rocher en source
 
 
et la pierre en fontaine !

Lectures du jour


Première épître aux Corinthiens, Chap. 4, v. 1-13

1
 On doit nous considérer comme les serviteurs du Christ et les responsables chargés de faire connaître les mystères de Dieu.
2
 Finalement, ce qu'on demande à des responsables, c'est d'être fidèles.
3
 Moi, cela m'est égal: vous pouvez me juger, un tribunal humain peut me juger, mais je ne me juge pas moi-même.
4
 Je pense que je n'ai rien à me reprocher, mais cela ne veut pas dire que je suis innocent. Mon juge, c'est le Seigneur.
5
 Ne jugez donc pas avant le moment où le Seigneur viendra. C'est lui qui éclairera ce qui est caché dans la nuit, il mettra les pensées des cœurs en pleine lumière. Alors, chacun recevra de Dieu les félicitations qu'il mérite.
6
 Frères et sœurs chrétiens, à propos de ce que j'ai dit, j'ai pris Apollos et moi-même comme exemples à cause de vous. J'ai voulu vous apprendre le sens de ce proverbe:"Rien au-delà de ce qui est écrit."Alors personne ne se vantera en choisissant le parti d'un homme contre un autre.
7
 En effet, qui te rend supérieur aux autres? Tout ce que tu as, c'est Dieu qui te l'a donné, n'est-ce pas? Et si tu l'as reçu, pourquoi te vanter, comme si tu ne l'avais pas reçu?
8
 Vous avez déjà tout ce que vous voulez! Vous êtes déjà riches! Vous êtes devenus rois, mais nous, nous ne le sommes pas! Si vous l'étiez vraiment, nous pourrions, nous aussi, être rois avec vous!
9
 Mais à mon avis, Dieu nous a mis, nous les apôtres, à la dernière place, comme des condamnés à mort. Oui, nous sommes devenus comme un spectacle pour le monde entier, pour les anges et pour les hommes.
10
 Nous sommes fous à cause du Christ, mais vous, vous êtes des chrétiens sages. Nous sommes faibles, mais vous, vous êtes forts. On vous respecte beaucoup, mais nous, on nous méprise.
11
 Jusqu'à maintenant encore, nous avons faim, nous avons soif, nous n'avons pas de vêtements. On nous fait du mal, et nous ne pouvons jamais rester au même endroit.
12
 Nous nous fatiguons à travailler de nos mains. On nous insulte, mais nous souhaitons du bien. On nous fait souffrir, mais nous le supportons.
13
 On dit du mal de nous, mais nous encourageons les autres. Jusqu'à maintenant, pour les gens, nous sommes comme les ordures du monde, comme des choses sales que tous rejettent.

Commentaire

Quelle galère !

Entre Paul et la communauté chrétienne de Corinthe, l'ambiance est plutôt surchauffée !
Dans les luttes partisanes entre les tenants de Paul ou d'Apollos, les amabilités ont dû fuser, et les critiques faire siffler les oreilles de l'apôtre. Avec cette contradiction déconcertante de celles et ceux qui se disent inspirés par des relations fraternelles et vous crucifient d'une remarque acerbe – mais « aimante », forcément … on est chrétien ou on ne l'est pas, non ?
Il y a longtemps que j'ai fait mienne cette petite phrase : « L'autre n'a sur moi que le pouvoir que je lui accorde ».
Il y a des choses qui n'ont pas besoin de m'atteindre, car en fin de compte, seul importe le regard du Christ sur tout et tous, et sur moi qui suis concerné. Seule reste la qualité de cette espérance-là dans les vicissitudes du temps. L'autre peut bien avoir une opinion sur moi, mais Dieu seul, par la parole et le regard du Christ, a un avis éclairé.
En attendant, chacun et chacune est un rameur pour le Christ (c'est le sens du mot « serviteur » au début du texte), ou bien l'intendant – le concierge ! – fidèle des mystères de Dieu – de ce que je reçois déjà de lui en espérance.
Le v. 8 pointe ce qui ressemble fort au syndrome corinthien le plus courant dans l'Eglise : avoir la tranquille assurance, non des choses que l'on espère, mais des réponses trouvées, des énigmes résolues, du voyage terminé – bref, de Dieu expliqué.
Qu'on soit très engagé dans une activité ecclésiale ou distancié, peu importe : les uns et les autres ont arrêté de porter la question et la curiosité plus loin, ou en profondeur. On croit parce que c'est comme cela, et cela suffit. Or la foi ne s'épuise pas dans la résolution du mystère.
Croire, ce n'est pas être exténué, mais réveillé !
La foi, c'est Dieu qui nous met en ‘recyclage’ constant – « balayure ! » peut-on me lancer, oui peut-être … mais recyclé par la grâce !
Etes-vous de ceux qui prétendent avoir déjà tout compris dans le Christ, ou de ceux qui restent un peu fous et décalés à cause du Christ ?

Sujets de prière

Oraison

Reste avec nous Père des lumières,
et protège-nous durant les heures silencieuses et sombres,
nous qui sommes fatigués par l’instabilité de ce monde ;
permets-nous de nous reposer en toi
qui ne connais aucun changement
ni l’ombre d’une variation dans ta fidélité,
par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur.

Cantique 49-14 (du recueil Alléluia)

Dieu trois fois saint