mercredi 24 octobre 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mercredi

Complément

Psaume

Psaume 116b (115), 10-19

J’élèverai la coupe du salut

 
10
Je crois, et je parlerai,
 
 
moi qui ai beaucoup souffert,
 
11
moi qui ai dit dans mon trouble :
 
 
« L’homme n’est que mensonge. »

 
12
Comment rendrai-je au Seigneur
 
 
tout le bien qu’il m’a fait ?
 
13
J’élèverai la coupe du salut,
 
 
j’invoquerai le nom du Seigneur.
 
14
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
 
 
oui, devant tout son peuple !

 
15
Il en coûte au Seigneur
 
 
de voir mourir les siens !
 
16
Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
 
 
 ton serviteur, le fils de ta servante, *
 
 
moi, dont tu brisas les chaînes ?

 
17
Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce,
 
 
j’invoquerai le nom du Seigneur.
 
18
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
 
 
oui, devant tout son peuple,
 
19
à l’entrée de la maison du Seigneur,
 
 
au milieu de Jérusalem !

Lectures du jour


Deuxième livre de Samuel, Chap. 17, v. 17-22

17
 Yonatan, fils d'Abiatar, et Ahimaas, fils de Sadoc, attendent près de la source des Blanchisseurs. Une servante est chargée de leur apporter les messages qu'ils auront à communiquer au roi David. En effet, ils ne doivent pas entrer dans la ville, pour ne pas être vus.
18
 Pourtant un jeune homme les voit et le dit à Absalom. Tous les deux s'en vont très vite et ils arrivent à Bahourim, chez quelqu'un qui a un puits dans sa cour. Ils descendent dans le puits
19
 La femme de cet homme prend une bâche, elle l'étend sur le puits et elle met des grains dessus pour qu'on ne remarque rien.
20
 Des envoyés d'Absalom arrivent chez cette femme et lui demandent: "Où sont Ahimaas et Yonatan?" La femme répond: "Ils ont passé le ruisseau." Les envoyés d'Absalom les cherchent. Comme ils ne les trouvent pas, ils retournent à Jérusalem.
21
 Après leur départ, Ahimaas et Yonatan sortent du puits et vont prévenir le roi David. Ils lui disent: "Voilà ce qu'Ahitofel a conseillé contre vous. Dépêchez-vous de traverser le Jourdain."
22
 Aussitôt David et ceux qui sont avec lui se mettent à traverser le fleuve. Au lever du jour, tous ont traversé, il n'en reste plus un seul.

Commentaire

Agir ou attendre

Le jour du combat est arrivé. Après la fuite, il s’agit maintenant de se confronter, de faire face à l’ennemi.
Mais quel ennemi ! Le propre fils de David, qui s’est rebellé contre son père.
David n’est pas complètement innocent dans l’affaire, lui qui a ignoré son fils après l’avoir fait revenir à Jérusalem. Quel gâchis dans les relations familiales !

David veut partir en guerre, le peuple refuse. Le roi est condamné à attendre l’issue du combat, il ne peut plus agir, mais seulement attendre et espérer. Son souhait est que rien n’arrive à son fils, tellement son amour pour lui reste grand.
Que fera-t-il lorsque son fils reviendra?
Nous pouvons penser qu’il agira comme le père du fils prodigue qui a accueilli son enfant et lui a préparé un festin.

Parfois, certaines de nos relations peuvent ressembler à celle du texte de ce jour. Est-ce que nous pouvons encore agir, ou est-ce que nous devons attendre et espérer?
L’action nous donne l’impression de pouvoir intervenir, forcer une réaction. Cependant, il est peut-être utile de s’arrêter, se poser la question d’intervenir ou de s’arrêter, attendre et espérer. Notre Père céleste aussi nous attend lorsque nous nous égarons.
Il nous accueille les bras grands ouverts lorsque nous (re)venons à lui.

Sujets de prière

Oraison

Dieu puissant, auteur de tout don parfait,
enracine en nos cœurs l’amour de ton nom
et fais-y grandir une foi véritable;
que ta bienveillance la nourrisse
et produise en nous des fruits qui te plaisent.
Par Jésus-Christ notre Seigneur
qui vit et règne avec toi et le Saint-Esprit,
un seul Dieu dans les siècles des siècles.

Cantique 34-31 (du recueil Alléluia)

Jésus entre dans son règne