Vendredi 24 Juillet 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 73 (72), 1-14

Longtemps, j’ai cherché à savoir

 
1
Vraiment, Dieu est bon pour Israël,
 
 
pour les hommes au cœur pur.

 
2
Un rien, et je perdais pied,
 
 
un peu plus, et je faisais un faux pas ;
 
3
car j’étais jaloux des superbes,
 
 
je voyais le succès des impies.

 
4
Jusqu’à leur mort, ils ne manquent de rien,
 
 
ils jouissent d’une santé parfaite ;
 
5
ils échappent aux souffrances des hommes,
 
 
aux coups qui frappent les mortels.

 
6
Ainsi, l’orgueil est leur collier,
 
 
la violence, l’habit qui les couvre ;
 
7
leurs yeux qui brillent de bien-être
 
 
trahissent les envies de leur cœur.

 
8
Ils ricanent, ils prônent le mal,
 
 
de très haut, ils prônent la force ;
 
9
leur bouche accapare le ciel,
 
 
et leur langue parcourt la terre.

 
10
Ainsi, le peuple se détourne
 
 
vers la source d’une telle abondance.
 
11
Ils disent : « Comment Dieu saurait-il ?
 
 
le Très-Haut, que peut-il savoir ? »

 
12
Voyez comme sont les impies :
 
 
tranquilles, ils amassent des fortunes.

 
          ~

 
13
Vraiment, c’est en vain que j’ai gardé mon cœur pur,
 
 
lavé mes mains en signe d’innocence !
 
14
Me voici frappé chaque jour,
 
 
châtié dès le matin.

Lectures du jour

Commentaire

Le malentendu de la prière

Cette histoire commence par un malentendu. Transposé dans notre propre situation, on pourrait intituler ce récit «le malentendu de la prière».
Considérons cette femme, guérie de sa perte de sang et ainsi rendue à sa place légitime dans la société. Où est le malentendu?
En touchant le vêtement de Jésus, elle espère être guérie par ce contact, ce qui montre combien primitive et magique est sa notion du pouvoir de Jésus.
Elle croyait certainement que le corps de Jésus était rempli de forces surnaturelles qui pouvaient sortir de lui-même et lui venir en aide.
L'évangéliste qui raconte cette histoire n'est lui-même pas loin de cette conception lorsqu'il pense que Jésus a senti une force sortir de lui.
Or c'est seulement quand, «effrayée et tremblante», elle se jette aux pieds de Jésus et lui révèle «toute la vérité», que Jésus peut lui dire: «Ta foi t'a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal!» qu’elle reçoit l’exaucement de sa démarche: le don de la paix, suivi d'une guérison.
Où réside alors ce «malentendu de la prière»?
C'est utiliser celle-ci comme une formule magique propre à susciter une intervention de Dieu qui résoudra mon problème, supprimera mon mal.
De même que pour cette femme prosternée devant Jésus et offerte à sa grâce, mon premier mouvement devant Dieu sera de me laisser envahir par sa paix. Cette paix «qui surpasse toute compréhension» me fait retrouver la confiance, me permet de faire face et de poursuivre mon combat dans un accompagnement qui bannit la peur et m'ouvre à son infinie miséricorde.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu,
force de ceux qui se confient en toi,
tu accueilles nos prières.
Accorde-nous ton Esprit de vie
et nous te suivrons jusqu’à la fin des temps.
Par Jésus-Christ, notre Seigneur,
qui vit et règne avec toi, Père, et le Saint-Esprit,
un seul Dieu pour les siècles des siècles.

Cantique 42-04 (du recueil Alléluia)

Au Seigneur rendons grâce