mercredi 24 avril 2019

Temps

Temps de Pâques

Semaine

Mercredi de Pâques

Complément

Psaume

Psaume 63 (62)

Je te cherche dès l’aube

 
2
Dieu, tu es mon Dieu,
 
 
 je te cherche dès l’aube : *
 
 
mon âme a soif de toi ;
 
 
après toi languit ma chair,
 
 
terre aride, altérée, sans eau.

 
3
Je t’ai contemplé au sanctuaire,
 
 
j’ai vu ta force et ta gloire.
 
4
Ton amour vaut mieux que la vie :
 
 
tu seras la louange de mes lèvres !

 
5
Toute ma vie je vais te bénir,
 
 
lever les mains en invoquant ton nom.
 
6
Comme par un festin je serai rassasié ;
 
 
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

 
7
Dans la nuit, je me souviens de toi
 
 
et je reste des heures à te parler.
 
8
Oui, tu es venu à mon secours :
 
 
je crie de joie à l’ombre de tes ailes.
 
9
Mon âme s’attache à toi,
 
 
ta main droite me soutient.

Lectures du jour


Exode, Chap. 16, v. 9-21

9
 Ensuite, Moïse dit à Aaron: "Le Seigneur a entendu toute la communauté d'Israël parler contre lui. Dis-leur de venir devant lui!"
10
 Aaron parle à toute la communauté. Pendant ce temps, les Israélites regardent dans la direction du désert. Tout à coup, ils voient la gloire du Seigneur dans le nuage de fumée. 11 Le Seigneur dit à Moïse:
12
J'ai entendu les Israélites parler contre moi. Tu leur diras: Ce soir, vous mangerez de la viande, et demain matin, vous aurez tout le pain que vous voulez. Ainsi, vous saurez que le Seigneur votre Dieu, c'est moi.""
13
 Le soir, des cailles arrivent et elles se posent sur tout le camp. Le matin, le sol est mouillé tout autour du camp.
14
 Quand le sol redevient sec, des petits grains blancs, très fins, restent par terre.
15
 Les Israélites regardent et se disent entre eux: "Qu'est-ce que c'est?" En effet, ils ne savent pas ce que c'est. Mais Moïse leur dit: "C'est le pain que le Seigneur vous donne à manger.
16
 Voici ce que le Seigneur commande: "Chacun doit ramasser ce qui lui est nécessaire. Prenez-en à peu près une mesure par personne. Tenez compte du nombre de personnes qui vivent dans la même tente.""
17
 Les Israélites obéissent. Quelques-uns en ramassent plus, d'autres en ramassent moins.
18
 Ils mesurent ce qu'ils ont ramassé. Celui qui en a plus n'a pas trop à manger. Celui qui en a moins ne manque pas de nourriture. Chacun a pris ce qui lui était nécessaire.
19
 Moïse leur dit encore: "Ne gardez rien jusqu'à demain!"
20
 Certains n'écoutent pas Moïse. Ils gardent de la nourriture jusqu'au matin. Mais elle est pleine de vers et elle sent très mauvais. Alors Moïse se met en colère contre eux.
21
 Tous les matins, chacun ramasse ce qui lui est nécessaire. Quand le soleil devient chaud, la nourriture qui reste par terre fond.

Commentaire

Ce qui « tombe du ciel » ou ce qui vient du ciel ?

Nous faisions hier mention de la double tentative des Hébreux pour masquer la faille : se nourrir du passé plutôt que d’accueillir l’inconfort et l’incertitude du présent, ou encore tenter de faire provision de ce que Dieu donne aujourd’hui pour ne pas dépendre de Lui demain (v.20).
Qu’était-ce que la manne ? Il doit s’agir d’une gomme sucrée et comestible que produit en effet un tamaris du Sinaï appelé « mannifera ». Trouver un tel arbuste était une bonne aubaine pour une famille de Bédouins. Mais pour un peuple nombreux, c’est peu de choses. La tradition biblique est partagée sur l’appréciation de cet évènement : nourriture provisoire pour un temps d’épreuve ou émerveillement devant ce que Dieu envoie à point nommé. Pour nous chrétiens, il préfigure Jésus, « Pain vivant descendu du ciel ».
Et ces cailles ? Il est connu que des vols de ces oiseaux traversent le Sinaï dans les semaines qui suivent Pâques. Fatigués, ils s’abattent parfois et on peut les « cueillir » à la main sans effort. Un exaucement surabondant et inespéré. On trouve une autre version de cet épisode sans Nombres 11 : mais alors, le peuple réclame et revendique « De la viande ! » et cela se passe mal … parce que ces cailles-là s’étaient gavées de graines mauvaises pour les humains.
Ceux que Dieu appelle à vivre de son Alliance ne doivent pas en demander plus !...

Oraison

O Dieu,
qui as donné à ton peuple ton propre Fils Jésus-Christ
comme le Pain vivant descendu du ciel,
nourris-nous tous de ce pain de vie
qui donne le salut au monde.
Qu’ainsi nous demeurions en lui et lui en nous,
et que son Eglise soit tout entière animée
de sa vie divine et immortelle,
lui qui vit et règne avec toi et le Saint-Esprit
dans les siècles sans fin.

Cantique 34-26 (du recueil Alléluia)

Christ est vraiment ressuscité