vendredi 24 août 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 142 (141)

Personne qui pense à moi

 
2
À pleine voix, je crie vers le Seigneur !
 
 
À pleine voix, je supplie le Seigneur !
 
3
Je répands devant lui ma plainte,
 
 
devant lui, je dis ma détresse.

 
4
Lorsque le souffle me manque,
 
 
   toi, tu sais mon chemin. *
 
 
Sur le sentier où j’avance,
 
 
   un piège m’est tendu.

 
5
Regarde à mes côtés, et vois :
 
 
   personne qui me connaisse ! *
 
 
Pour moi, il n’est plus de refuge :
 
 
   personne qui pense à moi !

 
6
   J’ai crié vers toi, Seigneur ! *
 
 
J’ai dit : « Tu es mon abri,
 
 
   ma part, sur la terre des vivants. »

 
7
Sois attentif à mes appels :
 
 
   je suis réduit à rien ; *
 
 
délivre-moi de ceux qui me poursuivent :
 
 
   ils sont plus forts que moi.

 
8
Tire-moi de la prison où je suis,
 
 
   que je rende grâce à ton nom. *
 
 
Autour de moi, les justes feront cercle
 
 
   pour le bien que tu m’as fait.

Lectures du jour


Livre des Juges, Chap. 13, v. 9-24

9
 Dieu entend la prière de Manoa: l'ange de Dieu se présente une deuxième fois à la femme, quand elle est aux champs. Son mari n'est pas avec elle.
10
 Alors elle court vite l'annoncer à son mari. Elle lui dit: "Écoute! L'homme qui est venu me trouver l'autre jour s'est de nouveau montré à moi."
11
 Manoa part, il suit sa femme, il arrive près de l'homme et lui demande: "Est-ce que c'est toi qui as parlé à ma femme?" Il répond: "Oui, c'est moi."
12
 Manoa continue: "Eh bien, quand tes paroles se réaliseront, qu'est-ce qu'il faudra faire pour le garçon? Quelles règles devrons-nous suivre?"
13
 L'ange du Seigneur répond à Manoa: "Ta femme devra faire tout ce que je lui ai dit.
14
 Elle ne mangera aucun produit de la vigne, elle ne boira pas de vin ni d'autre alcool. Elle ne mangera aucune nourriture impure. Elle fera tout ce que je lui ai commandé."
15
 Manoa dit à l'ange: "Permets-nous de te retenir. Nous allons te préparer un cabri."
16
 L'ange répond: "Même si je reste, je ne mangerai pas ta nourriture. Mais si tu veux offrir un sacrifice complet au Seigneur, fais-le!" Manoa ne savait pas que c'était l'ange du Seigneur.
17
 Il lui demande: "Quel est ton nom? Dis-le-moi, et nous pourrons t'honorer quand tes paroles se réaliseront."
18
 L'ange lui répond: "Pourquoi veux-tu connaître mon nom? Il est mystérieux."
19
 Manoa prépare un cabri et une offrande et il les offre sur un rocher au Seigneur, qui agit de façon mystérieuse. Pendant que Manoa et sa femme regardent,
20
 les flammes du sacrifice montent de l'autel vers le ciel. Et l'ange du Seigneur monte au milieu des flammes. Alors ils se mettent à genoux, le front contre le sol. 21 À ce moment-là, Manoa comprend que c'est l'ange du Seigneur. Et l'ange ne se montre plus jamais à eux.
22
 Manoa dit à sa femme: "Nous allons sûrement mourir, parce que nous avons vu Dieu."
23
 Sa femme lui répond: "Sûrement pas! Le Seigneur a accepté notre sacrifice complet et notre offrande. Il nous a montré ce que nous venons de voir. Il nous a dit ce que nous venons d'entendre. Il ne veut donc pas nous faire mourir."
24
 La femme de Manoa met au monde un fils. Elle lui donne le nom de Samson. Le garçon grandit, et le Seigneur le bénit.

Commentaire

Une vie à consacrer

Trois remarques pour éclairer ce passage à la suite du commentaire d’hier.

1. « Il sera consacré à Dieu dès sa naissance (nazir = voué) ».
Dans la mentalité biblique, la consécration est extérieurement marquée et garantie par des signes. L’abstinence de boissons fermentées, par exemple, non tant en raison de l’ivresse qu’elles peuvent procurer qu’en raison de leur caractère « impur » – la fermentation est en effet une forme de corruption organique – éloignant par conséquent de Dieu.
Le fait, au contraire, de laisser croître la chevelure manifeste la volonté de laisser la nature agir comme Dieu l’avait créée : une manière de se savoir proche de Dieu.

2. Les Philistins.
L’Ancien Testament mentionne à maints endroits ce peuple, tantôt de manière neutre, tantôt positivement puisque Isaac recourt à eux pour échapper à la famine ; et lorsque il en est parlé négativement, c’est qu’Israël se met à adorer leurs dieux. Il n’y a pas de raison de diaboliser ce peuple, semblable en tout à ceux qui entourent Israël, sauf peut-être son avance technologique dans la sidérurgie et l’art de la guerre. Si, dans la geste de Samson (chap. 13 à 16 du livre des Juges), les Philistins sont considérés comme des ennemis redoutables – que seul David parviendra à vaincre de manière définitive – le danger qu’ils représentent n’est, dans l’esprit des auteurs bibliques, que la conséquence de l’infidélité d’Israël.

3. Samson dans l’histoire sainte.
Dans les récits du Livre des Juges relatifs à Samson, le rédacteur final du livre a recueilli et rassemblé d’anciennes traditions dont l’analogue le moins éloigné serait l’une de nos « Chansons de geste » – comme si, pour connaître Charlemagne et ses preux, nous n’avions que la Chanson de Roland.
Au cours de leur installation progressive en Canaan, les tribus israélites ont eu en effet maille à partir avec les peuplades autochtones : des chefs leur ont été suscités par Dieu pour échapper au découragement. Il fallait raconter comment le projet de Dieu a pris le visage de personnages charismatiques – nés, comme Samson, de manière étonnante.

Il ne nous reste plus qu’à recommander au lecteur de quitter son smartphone pour savourer sur papier bible, comme à la lecture d’un roman

Sujets de prière

Oraison

Dieu tout-puissant,
nous confions ceux qui nous sont chers
à ton amour qui jamais ne faiblit,
pour cette vie et pour la vie à venir,
car nous savons que ce que tu fais pour eux
surpasse tout ce que nous saurions te demander.
Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Cantique 47-15 (du recueil Alléluia)

C'est par la foi que devant nous