lundi 23 octobre 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 105 (104), 1-15

Dieu fidèle à sa parole

 
1
Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom,
 
 
annoncez parmi les peuples ses hauts faits ;
 
2
chantez et jouez pour lui,
 
 
redites sans fin ses merveilles ;
 
3
glorifiez-vous de son nom très saint :
 
 
joie pour les cœurs qui cherchent Dieu !

 
4
Cherchez le Seigneur et sa puissance,
 
 
recherchez sans trêve sa face ;
 
5
souvenez-vous des merveilles qu’il a faites,
 
 
de ses prodiges, des jugements qu’il prononça,
 
6
vous, la race d’Abraham son serviteur,
 
 
les fils de Jacob, qu’il a choisis.

 
7
Le Seigneur, c’est lui notre Dieu :
 
 
ses jugements font loi pour l’univers.
 
8
Il s’est toujours souvenu de son alliance,
 
 
parole édictée pour mille générations :

 
9
promesse faite à Abraham,
 
 
garantie par serment à Isaac,
 
10
érigée en loi avec Jacob,
 
 
alliance éternelle pour Israël.
 
11
Il a dit : « Je vous donne le pays de Canaan,
 
 
ce sera votre part d’héritage. »

 
          ~

 
12
En ces temps-là, on pouvait les compter :
 
 
c’était une poignée d’immigrants ;
 
13
ils allaient de nation en nation,
 
 
d’un royaume vers un autre royaume.

 
14
Mais Dieu ne souffrait pas qu’on les opprime ;
 
 
à cause d’eux, il châtiait des rois :
 
15
« Ne touchez pas à qui m’est consacré,
 
 
ne maltraitez pas mes prophètes ! »

Lectures du jour


Évangile selon Luc, Chap. 11, v. 14-28

Commentaire

Diable, quelle affaire!

Après les promesses liées à la prière : «le Père céleste donnera le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent», la lumière s'assombrit. Tout commence par un exorcisme : un muet est délivré de son démon.

Pour notre part nous pourrions trouver absurde de croire à un monde peuplé de démons. Cependant pour Jésus, ses spectateurs, Luc et ses premiers lecteurs, cette question n'est pas encore de mise. Elle est plutôt de savoir au nom de qui ou de quoi Jésus opère, d’où et de qui reçoit-il ou tire-t-il son autorité. Si certains admirent, d'autres soupçonnent : Jésus agit au nom de Béelzéboul !
Dans l'Ancien Testament, ce terme est revêtu d’une ambivalence ironique : il signifie à la fois le «dieu des mouches» (donc « dieu du fumier ») mais aussi «maître de résidence élevée», parodie satanique du Dieu d'Israël, Dieu du ciel et résidant dans le temple.
Le diable est donc une figure symbolique parodiant à la fois la puissance et la présence de Dieu. L'individu, rivé à sa volonté effrénée de pouvoir, de manipulation et de liberté propre, «singe» Dieu et devient démoniaque, sourd-muet pour ainsi dire.
Cette réalité-là prend une forme objective que l'Ecriture appelle parfois Satan.

Face à Jésus, d'autres souhaitent que Dieu, directement, «du ciel» approuve tangiblement Jésus, démontrant par-là même la misère de leur foi. Jésus peut seulement dire que dans son geste habile, la royauté de Dieu devient tangible. Seule une femme de la foule le reconnaît. Mais ce qui compte, ce n'est pas de faire partie de la famille de Jésus, mais de vivre de sa Parole dans la durée.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu, nous te bénissons pour les dons de ton amour. Fais-nous la grâce d’écouter ta Parole avec un vrai désir de recevoir ce qu’elle promet et la volonté de pratiquer ce qu’elle ordonne. Par Jésus-Christ, notre Seigneur, qui vit et règne avec toi, Père, et le Saint-Esprit, un seul Dieu pour les siècles des siècles.

Cantique 1 (du recueil Alléluia)

Heureux celui dont la plus grande joie