jeudi 23 novembre 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 127 (126)

Si le Seigneur ne bâtit

 
1
Si le Seigneur ne bâtit la maison,
 
 
 les bâtisseurs travaillent en vain ; *
 
 
si le Seigneur ne garde la ville,
 
 
 c’est en vain que veillent les gardes.

 
2
En vain tu devances le jour,
 
 
 tu retardes le moment de ton repos, †
 
 
tu manges un pain de douleur : *
 
 
 Dieu comble son bien-aimé quand il dort.

 
3
Des fils, voilà ce que donne le Seigneur,
 
 
 des enfants, la récompense qu’il accorde ; *
 
4
comme des flèches aux mains d’un guerrier,
 
 
 ainsi les fils de la jeunesse.

 
5
Heureux l’homme vaillant
 
 
 qui a garni son carquois de telles armes ! *
 
 
S’ils affrontent leurs ennemis sur la place,
 
 
 ils ne seront pas humiliés.

Lectures du jour


Évangile selon Luc, Chap. 18, v. 31-43

31
 Jésus prend les douze apôtres avec lui et il leur dit: "Écoutez! Nous montons à Jérusalem, et tout ce que les prophètes ont écrit au sujet du Fils de l'homme, cela va arriver.
32
 En effet, on va le livrer à ceux qui ne connaissent pas Dieu. Ceux-ci vont se moquer de lui, ils l'insulteront, ils cracheront sur lui.
33
 Ils le frapperont à coups de fouet, puis ils le feront mourir. Et le troisième jour, il se relèvera de la mort."
34
 Mais les disciples ne comprennent rien à cela. Pour eux, ces paroles ne sont pas claires, et ils ne savent pas ce que Jésus veut dire.
35
 Jésus approche de Jéricho. Un aveugle est assis au bord du chemin, et il est en train de mendier.
36
 Il entend une foule qui passe et il demande aux gens: "Qu'est-ce que c'est?"
37
 Les gens lui répondent: "C'est Jésus de Nazareth qui passe."
38
 Alors il se met à crier: "Jésus, Fils de David, aie pitié de moi!"
39
 Les gens qui marchent devant lui font des reproches. Ils lui disent: "Tais-toi!" Mais l'aveugle crie encore plus fort: "Fils de David, aie pitié de moi!"
40
 Jésus s'arrête et il donne cet ordre aux gens: "Amenez-le auprès de moi!" Quand l'aveugle est auprès de lui, Jésus lui demande:
41
 "Qu'est-ce que tu veux? Qu'est-ce que je peux faire pour toi?" L'aveugle lui dit: "Seigneur, fais que je voie comme avant!"
42
 Jésus lui répond: "Vois! Ta foi t'a sauvé!"
43
 Et aussitôt, l'aveugle voit comme avant. Il suit Jésus en disant: "Gloire à Dieu!" En voyant cela, tout le peuple chante la louange de Dieu.

Commentaire

Passion de Jésus et passion pour Jésus

Chez Luc, la seconde annonce de la passion présente quelques particularités : L’évangéliste ne s'intéresse pas à l'aspect judiciaire de la mort de Jésus, mais souligne l'acharnement physique contre lui.
Ce qui l'attend est un non-sens à vues humaines. Pourtant, ce non-sens est décrit dans des termes qui rappellent les « justes souffrants » des psaumes. Dans le non-sens humain s'annonce la réalisation des Ecritures. Mais le contraste est si fort entre la prophétie et la réalité du Jésus torturé que les disciples ne peuvent comprendre la prophétie.
Il y faudra le dévoilement de l'Ecriture par le Ressuscité sur le chemin d’Emmaüs. A l'aveuglement des disciples correspond par contraste le miracle de l'aveugle rendu à la vue.
Il y a d'abord un mouvement de l'aveugle vers Jésus qui s'exprime par le cri, l'attente angoissée d'un homme atteint dans son existence. Les mots «aie pitié de moi !» deviendront liturgiques. Puis il y a le mouvement de Jésus vers l'aveugle: «Recouvre la vue !»
Nous pouvons comprendre cela comme une illustration de l'expérience du salut, du passage de l'aveuglement à la vue de ce qui est invisible. Dans le livre des Actes, Luc associe une cécité provisoire à la conversion de Paul, et la même expression «recouvrer la vue» y est utilisée. L'annonce de la passion provoque l'aveuglement des disciples. La passion du cri de l'aveugle, sa foi, lui permet de voir et de se revoir devant Dieu.

Sujets de prière

Oraison

Dieu très bon, qui as donné ton Fils au monde pour en dissiper les ténèbres, fais chaque jour briller ta lumière sur la face du Christ, afin que tous les hommes en soient éclairés et parviennent à la pleine clarté de ton Royaume. Nous te le demandons pour l’amour de son nom.

Cantique 146 B (du recueil Alléluia)

O mon âme, sans relâche