mercredi 23 mai 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mercredi

Complément

Psaume

Psaume 75 (74)

C’est Dieu qui jugera

 
2
À toi, Dieu, nous rendons grâce ; †
 
 
nous rendons grâce, et ton nom est proche :
 
 
on proclame tes merveilles !

 
3
« Oui, au moment que j’ai fixé,
 
 
moi, je jugerai avec droiture.
 
4
Que s’effondrent la terre et ses habitants :
 
 
moi seul en ai posé les colonnes !

 
5
« Aux arrogants, je dis : Plus d’arrogance !
 
 
et aux impies : Ne levez pas votre front !
 
6
Ne levez pas votre front contre le ciel,
 
 
ne parlez pas en le prenant de haut ! »

 
7
Ce n’est pas du levant ni du couchant,
 
 
ni du désert, que vient le relèvement.
 
8
Non, c’est Dieu qui jugera :
 
 
il abaisse les uns, les autres il les relève.

 
9
Le Seigneur tient en main une coupe
 
 
où fermente un vin capiteux ;
 
 
il le verse, et tous les impies de la terre
 
 
le boiront jusqu’à la lie.

 
10
Et moi, j’annoncerai toujours
 
 
 dans mes hymnes au Dieu de Jacob : †
 
11
« Je briserai le front des impies, *
 
 
et le front du juste s’élèvera ! »

Lectures du jour


Évangile selon Jean, Chap. 14, v. 22-31

22
Jude, qui n'est pas Judas Iscariote, dit à Jésus : " Seigneur, tu dois te montrer à nous et pas au monde, pourquoi ? "
23
Jésus lui répond : " Si quelqu'un m'aime, il obéira à mes paroles. Mon Père l'aimera, nous irons à lui et nous habiterons chez lui.
24
La personne qui ne m'aime pas n'obéit pas à mes paroles. Ce que je vous dis maintenant ne vient pas de moi, mais cela vient du Père qui m'a envoyé.
25
Je vous ai dit ces choses pendant que je suis encore avec vous.
26
Le Père enverra en mon nom l'Esprit Saint, celui qui doit vous aider. Il vous enseignera tout et il vous rappellera tout ce que je vous ai dit.
27
Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Ne soyez pas inquiets et n'ayez pas peur.
28
Vous avez entendu, je vous ai dit : "Je m'en vais, mais je reviendrai auprès de vous." Est-ce que vous m'aimez vraiment ? Alors, soyez joyeux de savoir que je vais auprès du Père ! En effet, le Père est plus important que moi.
29
Je vous le dis maintenant, avant que cela arrive. De cette façon, quand cela arrivera, vous croirez.
30
Je ne vais plus parler beaucoup avec vous, parce que le chef mauvais de ce monde vient. Il ne peut rien me faire,
31
mais il vient parce que le monde doit savoir une chose : j'aime le Père et je fais tout ce que le Père m'a commandé. Levez-vous, partons d'ici ! "

Commentaire

Plus rien n’est comme avant…

Ne vous est-il jamais arrivé de penser que le monde change très vite ? Que ce que nous pensions acquis, sûr, est ébranlé ? Plus rien n’est comme avant.

Avant… c’est quand j’étais jeune, quand le monde semblait plus frais, les temples plus pleins, les jeunes (dont j’étais !) plus assidus, les chrétiens plus fervents. Avant, on achetait des vêtements qu’on gardait au moins dix ans, des machines à laver inusables, des livres précieux.

Avant… c’est quand les choses avaient de la valeur, vraiment. Et l’on se rend compte que chaque génération est nostalgique d’un «avant» ou d’un «autrefois» !

Tout change, tout se dévalorise, plus rien n’est pareil. Est-ce que les premiers chrétiens se faisaient les mêmes réflexions un brin nostalgiques ? Possible… Mais voilà que l’évangéliste Jean rapporte des paroles de Jésus qui semblent la stabilité même: «Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Ce n’est pas à la manière du monde que je la donne…»

La paix que donne le Christ n’est pas un produit de consommation courante, précieux, voire indispensable aujourd’hui, et qui est dévalorisé demain. Elle est ce qui reste quand tout passe, le cadeau qui résiste à l’épreuve, toutes les épreuves. Elle bannit la crainte quand la vie se fait trop lourde.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu,
qui as répandu le Saint-Esprit sur tes apôtres,
exauce la prière filiale de ton peuple;
avec la foi que tu nous as donnée,
accorde-nous aussi la paix,
par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur,
qui vit et règne avec toi et le Saint-Esprit,
un seul Dieu, maintenant et pour les siècles des siècles.

Cantique 45-12 (du recueil Alléluia)

Comme un fleuve immense