Mardi 23 Février 2016

Temps

Temps du carême

Semaine

Mardi de la deuxième semaine

Complément

Psaume

Psaume 14 (13)

Pas un homme de bien !

 
1
Dans son cœur le fou déclare :
 
 
   « Pas de Dieu ! » *
 
 
Tout est corrompu, abominable,
 
 
   pas un homme de bien !

 
2
Des cieux, le Seigneur se penche
 
 
   vers les fils d’Adam *
 
 
pour voir s’il en est un de sensé,
 
 
   un qui cherche Dieu.

 
3
Tous, ils sont dévoyés ;
 
 
   tous ensemble, pervertis : *
 
 
pas un homme de bien,
 
 
   pas même un seul !

 
4
N’ont-ils donc pas compris,
 
 
   ces gens qui font le mal ? †
 
 
Quand ils mangent leur pain,
 
 
   ils mangent mon peuple. *
 
 
Jamais ils n’invoquent le Seigneur.

 
5
Et voilà qu’ils se sont mis à trembler,
 
 
   car Dieu accompagne les justes. *
 
6
Vous riez des projets du malheureux,
 
 
   mais le Seigneur est son refuge.

 
7
Qui fera venir de Sion
 
 
   la délivrance d’Israël ? †
 
 
Quand le Seigneur ramènera les déportés de son peuple, *
 
 
   quelle fête en Jacob, en Israël, quelle joie !

Lectures du jour

Commentaire

Non au mérite, oui au don gratuit !

Si ce texte était lu dans un cercle de managers, ou lors du Forum économique de Davos ou lors d’un prochain G20 ou…, que de rires et d’incompréhensions nous recevrions !
Jésus n’est pas un économiste ni un manager, mais plutôt un maître en ressources humaines qui donne sens à l’existence et satisfait notre aspiration à vivre debout. Parfois, malheureusement, la logique économique déteint sur la vie spirituelle : mérites, évaluations, rétributions.
Jésus révèle un Dieu totalement opposé au mérite et aux calculs. Dieu est libre d’accorder, à n’importe quel moment, sa profonde amitié, son pardon et sa vie nouvelle. C’est difficile à comprendre pour ceux et celles qui sont engagés dans la vigne depuis fort longtemps, mais c’est la logique de Dieu. Elle est en décalage par rapport à nos relations toujours un peu monnayées.

Nous sommes cette année dans la commémoration de la Réforme dans le Pays de Vaud. Citons le réformateur vaudois Pierre Viret, qui écrivait à ce sujet : « Nous ne nions pas que nos bonnes œuvres doivent recevoir de Dieu rétribution. L’Ecriture rend de cela témoignage. Mais nous nions qu’elles le reçoivent pour leur mérite. Car s’il en était ainsi, la grâce ne serait plus la grâce. Quelle est donc la source de cette récompense ? C’est la seule promesse de Dieu, par laquelle il s’engage et se rend volontairement redevable envers nous. Pour autant que nous lui rendions l’obéissance qu’il requiert !… » Quel sentiment de libération peut-on ressentir aujourd’hui encore en redécouvrant cette conviction fondamentale du réformateur !

Sujets de prière

Oraison

Dieu saint et miséricordieux,
tu résistes aux orgueilleux
et tu fais grâce aux humbles.
Nous t’en prions, garde-nous de toute propre justice
et donne-nous assez d’humilité
pour découvrir ta grande miséricorde;
qu’ainsi notre seul désir soit de te servir
dans la reconnaissance pour la grâce imméritée
qui nous est faite en Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 134 (du recueil Alléluia)

Bénissons Dieu le seul Seigneur