vendredi 23 décembre 2016

Temps

Temps de l'Avent

Semaine

Vendredi de la quatrième semaine

Complément

Psaume

Psaume 131 (130)

Comme un petit enfant

 
1
Seigneur, je n’ai pas le cœur fier
 
 
   ni le regard ambitieux ; *
 
 
je ne poursuis ni grands desseins,
 
 
   ni merveilles qui me dépassent.

 
2
Non, mais je tiens mon âme
 
 
   égale et silencieuse ; *
 
 
mon âme est en moi comme un enfant,
 
 
   comme un petit enfant contre sa mère.

 
3
Attends le Seigneur, Israël, *
 
 
   maintenant et à jamais.

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 33, v. 17-24

17
 Tu pourras admirer le roi dans toute sa beauté, tu verras le pays dans toute son étendue.
18
 Tu réfléchiras à ce qui t'effrayait et tu te demanderas:"Où sont donc les hommes qui vérifiaient et comptaient les impôts? Où sont ceux qui contrôlaient les murs de défense?"
19
 Tu ne verras plus ce peuple orgueilleux, ces gens qui parlent une langue obscure, une langue étrangère que personne ne comprend.
20
 Regarde Jérusalem, vois Sion, la ville de nos fêtes. Elle t'apparaîtra comme un lieu sûr, comme une tente qu'on ne déplace plus. On n'arrachera jamais ses piquets, on n'enlèvera jamais ses cordes.
21
 C'est là que le Seigneur montrera qu'il est magnifique. Ce sera une région de grands fleuves et de larges canaux. Les navires de guerre n'y passeront pas, les grands bateaux ne la traverseront pas.
22
 Le Seigneur est notre chef, c'est lui qui nous conduit. Le Seigneur est notre roi, c'est lui qui nous sauve.
23
 Les cordes des ennemis ne sont plus serrées, elles ne tiennent plus le mât du bateau. On ne peut plus monter la voile. C'est pourquoi on se partagera d'immenses richesses. Même les boiteux participeront au pillage.
24
 Aucun habitant de Jérusalem ne dira:"Je suis malade."Le peuple de cette ville recevra le pardon de ses fautes.

Commentaire

Dieu libérateur d’un peuple, de tous les peuples !

Dans ce poème s’exprime l’immense espoir soulevé par le renversement inattendu de la situation causé par la levée, par Sennachérib roi d’Assyrie, du siège qu’il avait fait subir à Jérusalem.
On ose enfin envisager le moment où « la tutelle d’un peuple arrogant » ne sera plus qu’un mauvais souvenir et où Dieu, représenté par le roi, sera à nouveau seul juge et législateur (v. 22). Mais cet optimisme retrouvé va bien au-delà d’une légitime aspiration. La mention, à première vue incompréhensible, de « longs fleuves fermés aux navires ennemis » participe sans doute du rêve jamais éteint d’un « Grand Israël » s’étendant du fleuve d’Egypte à l’Euphrate, selon l’interprétation que l’on a constamment donnée de la promesse faite à Abraham (Gn 15,18).
Ironie de l’Histoire : il se trouve aujourd’hui que cette même terre de l’ancien Israël est en train de revivre une même situation, mais inversée. C’est un autre peuple de cette terre – invoquant lui aussi, mais à sa manière, le Dieu unique – qui aspire désespérément à être libéré de son arrogant « suzerain » qui, lui, est tenté à nouveau par le fantasme du « Grand Israël » ! Cela montre bien que les prophéties de l’Ancien Testament, si elles concernent le peuple d’Israël, ont une portée universelle et appellent à la lutte contre toute oppression, même si l’oppresseur est l’ancien opprimé…

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu,
qui garde éveillée ton Eglise
dans l’attente de ton Fils Jésus-Christ,
accorde-nous la grâce d’entendre sa voix,
et d’aller à sa rencontre
avec dans nos cœurs la lumière de la foi et de l’amour,
afin de pouvoir entrer dans la fête éternelle
où tu seras tout en tous,
Dieu béni maintenant
et pour les siècles des siècles.

Cantique 31-34 (du recueil Alléluia)

Le monde ancien s'en est allé