mardi 23 août 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 82 (81)

Rendez justice au faible

 
1
Dans l’assemblée divine, Dieu préside ;
 
 
entouré des dieux, il juge.

 
2
« Combien de temps jugerez-vous sans justice,
 
 
soutiendrez-vous la cause des impies ?

 
3
« Rendez justice au faible, à l’orphelin ;
 
 
faites droit à l’indigent, au malheureux.

 
4
« Libérez le faible et le pauvre,
 
 
arrachez-le aux mains des impies. »

 
5
Mais non, sans savoir, sans comprendre, †
 
 
ils vont au milieu des ténèbres :
 
 
les fondements de la terre en sont ébranlés.

 
6
« Je l’ai dit : Vous êtes des dieux,
 
 
des fils du Très-Haut, vous tous !

 
7
« Pourtant, vous mourrez comme des hommes,
 
 
comme les princes, tous, vous tomberez ! »

 
8
Lève-toi, Dieu, juge la terre,
 
 
car toutes les nations t’appartiennent.

Lectures du jour


Épître aux Éphésiens, Chap. 4, v. 25-32

25
 Alors ne mentez plus. Chacun doit dire la vérité à son prochain, parce que tous ensemble, nous faisons partie d'un même corps.
26
 Quand vous vous mettez en colère, ne commettez pas de péché. Votre colère doit cesser avant le coucher du soleil.
27
 Ne laissez aucune place en vous à l'esprit du mal.
28
 Le voleur ne doit plus voler, il doit plutôt faire tous ses efforts pour travailler de ses mains honnêtement. Ainsi, il pourra donner quelque chose à celui qui a besoin d'une aide.
29
 Aucune parole mauvaise ne doit sortir de votre bouche. Dites seulement des paroles utiles qui aident les autres selon leurs besoins, et qui font du bien à ceux qui vous entendent.
30
 Dieu vous a marqués de son Esprit Saint, alors ne faites pas de peine à cet Esprit. En effet, c'est lui qui vous assure qu'un jour, Dieu vous libérera complètement de vos péchés.
31
 Ne gardez pas dans votre cœur le mal qu'on vous a fait. Ne vous énervez pas, ne vous mettez pas en colère, faites disparaître de chez vous les cris, les insultes, le mal sous toutes ses formes.
32
 Soyez bons les uns pour les autres, ayez un cœur plein de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ.

Commentaire

Mise en pratique de la foi

La vie chrétienne n’est pas uniquement une théorie théologique mais se traduit par un comportement, des comportements concrets.
Passer d’une vie sans Christ à une vie en Christ (voir le commentaire d’hier) implique un changement de vie et d’attitude dont l’apôtre nous donne quelques exemples.
La réalité de cette nouvelle nature s’expérimente en premier lieu dans les relations : nous sommes « membres les uns des autres ». Quelle belle expression ! Elle évoque à la fois la solidarité, l’entraide mutuelle et notre responsabilité les uns vis-à-vis des autres. Si, par peur de nos émotions, le mensonge et le non-dit ont envahi nos relations, il faut retrouver le courage de la vérité. La colère est une bonne émotion - bien souvent nécessaire pour qu’il y ait plus de vérité et de justice -, mais nous ne devons pas la laisser durer, car elle risque de se transformer en amertume ou en désir de vengeance. Quand le travail est fait avec tout son cœur, sans envie de voler ni de tromper, il devient vocation et nous permet de retrouver le sens du partage. Et puis, il y a nos paroles, parfois si rapides, si promptes à critiquer, à corriger, à culpabiliser et à blesser. Ces paroles qui en disent plus sur notre propre mal-être que sur les défauts des autres.
Vivre en Christ, c’est aussi chasser nos ténèbres intérieures pour retrouver une attitude de bonté, de compassion et de pardon, dont nous sommes toutes et tous capables.
On se prend à rêver ; mais, en Christ et en celui qui vit en Christ, ce rêve est devenu chantier : vivre un jour dans une Eglise et dans un monde où tous et toutes se sentiraient membres les uns des autres !

Sujets de prière

Oraison

Dieu qui est saint et qui est bon,
tu veux que nous nous aimions les uns les autres;
donne-nous, par ton Esprit,
la force d’oublier les offenses,
de ne pas nous laisser gagner par l’amertume,
la colère, l’envie, la médisance
et de persévérer dans l’amour fraternel
à la suite de celui qui nous a aimés
et qui s’est donné pour nous,
Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 44-03 (du recueil Alléluia)

Comme un enfant