lundi 22 octobre 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Ps 115




1SEIGNEUR, ce n'est pas à nous,

ce n'est pas à nous, qu'il faut donner la gloire,

mais c'est à toi, pour ton amour et ta fidélité.

2Les autres peuples demandent : « Leur Dieu, que fait-il ? »

Mais pourquoi posent-ils cette question ?

3Notre Dieu est au ciel,

tout ce qu'il veut, il le fait.

4Leurs dieux sont en argent et en or,

ils sont fabriqués par des hommes.

5Ces statues ont une bouche, mais elles ne parlent pas.

Elles ont des yeux, mais elles ne voient pas.

6Elles ont des oreilles, mais elles n'entendent pas.

Elles ont un nez, mais elles ne sentent pas.

7Elles ont des mains, mais elles ne touchent pas.

Elles ont des pieds, mais elles ne marchent pas.

Aucun son ne sort de leur bouche.

8Les artisans qui les font, ceux qui mettent leur confiance en elles,

qu'ils soient comme ces statues !

9Tribus d'Israël, ayez confiance dans le SEIGNEUR.

— Leur secours et leur bouclier, c'est lui !

10Famille d'Aaron, ayez confiance dans le SEIGNEUR.

— Leur secours et leur bouclier, c'est lui !

11Vous qui respectez le SEIGNEUR, ayez confiance dans le SEIGNEUR.

— Leur secours et leur bouclier, c'est lui !

12Le SEIGNEUR se souvient de nous, il nous bénira.

Il bénira les tribus d'Israël, il bénira la famille d'Aaron,

13il bénira ceux qui le respectent,

les petits et les grands.

14Que le SEIGNEUR vous rende nombreux,

vous et vos enfants !

15Que le SEIGNEUR vous bénisse,

lui qui a fait le ciel et la terre !

16Le ciel est le ciel du SEIGNEUR,

mais la terre, il l'a donnée aux hommes.

17Non, les morts ne chantent pas la louange du SEIGNEUR,

eux qui descendent dans le monde du silence.

18Mais nous, nous remercions le SEIGNEUR,

dès maintenant et pour toujours.

Chantez la louange du SEIGNEUR !

Lectures du jour


Deuxième livre de Samuel, Chap. 15, v. 24-37

24
 Le prêtre Sadoc est là aussi avec les lévites qui portent le coffre sacré de l'alliance. Les lévites posent le coffre, et le prêtre Abiatar offre des sacrifices jusqu'à ce que tous ceux qui sortent de la ville finissent de passer.
25
 Le roi dit alors à Sadoc: "Ramène le coffre sacré en ville. Si le Seigneur montre sa bonté envers moi, il me fera revenir. Il me permettra de revoir le coffre et la tente sacrée.
26
 Si au contraire, le Seigneur dit qu'il ne veut plus de moi, j'accepte. Qu'il me traite comme il lui semble bon!"
27
 Puis le roi dit encore au prêtre Sadoc: "Tu vois la situation. Retourne en paix à Jérusalem avec ton fils Ahimaas, avec Abiatar et son fils Yonatan.
28
 Moi, je vais rester dans les plaines du désert près des lieux de passage du Jourdain. J'attends de recevoir des nouvelles de vous."
29
 Sadoc et Abiatar ramènent alors le coffre sacré à Jérusalem et ils restent dans la ville.
30
 David monte le mont des Oliviers en pleurant. Il s'est couvert le visage d'un voile et il marche pieds nus. Tous ceux qui sont avec lui ont aussi le visage couvert d'un voile et ils pleurent.
31
 Quelqu'un vient dire à David: "Ahitofel fait partie des comploteurs avec Absalom." David dit: "Seigneur, fais que les conseils d'Ahitofel soient stupides!"
32
 Au moment où David arrive en haut du mont des Oliviers, là où on adore Dieu, Houchaï, l'Arkite, son conseiller, vient à sa rencontre. Son vêtement est déchiré et sa tête est couverte de poussière.
33
 David lui dit: "Ne viens pas avec moi, tu seras une charge pour moi.
34
 Mais retourne en ville et va dire à Absalom: "Mon roi, je veux être à ton service. Autrefois, j'ai été au service de ton père, mais maintenant, je veux te servir." De cette façon, tu pourras t'opposer aux conseils d'Ahitofel et tu m'aideras.
35
 Les prêtres Sadoc et Abiatar te soutiendront. Tu leur répéteras tout ce que tu apprendras dans le palais du roi.
36
 Ahimaas, fils de Sadoc, et Yonatan, fils d'Abiatar, sont avec leurs pères. Donc, vous les enverrez me dire tout ce que vous apprendrez."
37
 Houchaï, conseiller de David, rentre à Jérusalem au moment même où Absalom arrive.

Commentaire

Du « people » affligeant … Et nous?

On se croirait dans un magazine people de têtes couronnées ! On entre de plain pied dans l’action.
On lit dans les pages précédentes que les jeunes princes Absalom et Amnon en prennent à leur aise, tant avec l’autorité de leur père David qu’avec la loi de Dieu. Amnon avait violé une de ses demi-sœurs, Tamar ; Absalom recueille chez lui l’outragée, mais lui enjoint de se taire ; apprenant l’affaire, David s’en irrite mais ne fait rien ; cette situation d’injustice bouillonne en Absalom, qui fait assassiner son frère violeur et s’enfuit ; après quelques années, revenu en grâce, il rentre à Jérusalem, mais c’est pour y ourdir des complots visant à prendre le pouvoir.

Et commencent les intrigues pour la succession de David. C’est désolant !
Absalom, le prétendant, pose ses pions : il s’arroge les insignes d’un pouvoir qu’il n’a pas (le char, les chevaux, les 50 hommes) et les compétences qui ne sont pas de son ressort (être juge) pour se former un réseau de partisans qu’il pourra actionner le moment venu.
Pire encore, il abuse du nom de Dieu pour donner une légitimité à ses propres entreprises (7 s). A-t-il pris goût à rendre justice lui-même, à se faire justice soi-même ? Faut-il que chaque génération reproduise les mêmes fautes ?

En tant que roi, la justice, David ne devait pas seulement l’observer lui-même ; il était aussi responsable de ne pas se la laisser arracher et de la faire respecter. Mais il a baissé les bras et laissé faire. Cette incurie a engendré meurtres et violences, qui, après lui avoir fait perdre Amnon, se retourneront contre Absalom leur principal instigateur.

Notre impuissance devant la conduite des grands de ce monde devrait nous conduire à l’intercession en faveur des victimes d’un pouvoir arrogant : que Dieu fasse lever à leurs côtés des personnes qui s’engagent pour le droit, et suscite des amis qui accueillent les lésés.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur, écoute nos prières:
que la prédication de l’Evangile
apporte au monde la sainteté
que promettait le Christ
en se consacrant lui-même pour les hommes;
que l’adoption plénière dans le Christ
accomplisse le salut qu’il annonçait
en rendant témoignage à la vérité.
Lui qui règne pour les siècles des siècles.

Cantique 77 (du recueil Alléluia)

L'âme de douleur atteinte