mardi 22 mars 2016

Temps

Semaine Sainte

Semaine

Mardi saint

Complément

Psaume

Psaume 69 (68), 14-21

Dans l’abîme des eaux

 
14
Et moi, je te prie, Seigneur :
 
 
   c’est l’heure de ta grâce ; *
 
 
dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi,
 
 
   par ta vérité sauve-moi.

 
15
Tire-moi de la boue,
 
 
   sinon je m’enfonce : *
 
 
que j’échappe à ceux qui me haïssent,
 
 
   à l’abîme des eaux.

 
16
Que les flots ne me submergent pas,
 
 
   que le gouffre ne m’avale, *
 
 
que la gueule du puits
 
 
   ne se ferme pas sur moi.

 
17
Réponds-moi, Seigneur,
 
 
   car il est bon, ton amour ; *
 
 
dans ta grande tendresse,
 
 
   regarde-moi.

 
18
Ne cache pas ton visage à ton serviteur ;
 
 
   je suffoque : vite, réponds-moi. *
 
19
Sois proche de moi, rachète-moi,
 
 
   paie ma rançon à l’ennemi.

 
20
Toi, tu le sais, on m’insulte :
 
 
   je suis bafoué, déshonoré ; *
 
 
tous mes oppresseurs
 
 
   sont là, devant toi.

 
21
L’insulte m’a broyé le cœur,
 
 
   le mal est incurable ; *
 
 
j’espérais un secours, mais en vain,
 
 
   des consolateurs, je n’en ai pas trouvé.

Lectures du jour


Évangile selon Marc, Chap. 14, v. 43-72

43
Au même moment, pendant que Jésus dit cela, Judas, l'un des douze apôtres, arrive. Il y a avec lui une foule de gens avec des armes et des bâtons. Ils viennent de la part des chefs des prêtres, des maîtres de la loi et des anciens.
44
Judas, celui qui livre Jésus, a déjà expliqué à la foule ce qu'il va faire. Il leur a dit : " L'homme que je vais embrasser, c'est lui ! Arrêtez-le, emmenez-le et gardez-le bien ! "
45
En arrivant, Judas s'approche tout de suite de Jésus, et il lui dit : " Maître ! " Puis il l'embrasse.
46
Alors les gens mettent la main sur Jésus et ils l'arrêtent.
47
Un des disciples prend son épée. Il frappe le serviteur du grand-prêtre et lui coupe l'oreille.
48
Jésus leur dit : " Vous êtes venus me prendre avec des armes et des bâtons, comme pour arrêter un bandit !
49
Tous les jours, j'étais avec vous dans le temple et j'enseignais. Pourtant, vous ne m'avez pas arrêté. Mais, de cette façon, ce que les Livres Saints ont dit se réalise. "
50
Tous les disciples abandonnent Jésus et ils partent en courant.
51
Un jeune homme suit Jésus. Il est couvert seulement d'un drap. On l'arrête,
52
mais il laisse le drap et il part en courant, tout nu.
53
Ils emmènent Jésus chez le grand-prêtre. Là, tous les chefs des prêtres, les anciens et les maîtres de la loi se réunissent.
54
Pierre suit Jésus de loin et il entre chez le grand-prêtre. Il s'assoit dans la cour avec les serviteurs et il se chauffe près du feu.
55
Les chefs des prêtres et tout le Tribunal religieux cherchent une raison d'accuser Jésus pour le condamner à mort, mais ils n'en trouvent pas.
56
En effet, beaucoup de témoins disent des mensonges contre Jésus, mais ils ne sont pas d'accord entre eux.
57
Quelques-uns se lèvent et ils accusent Jésus en disant ce mensonge :
58
Nous l'avons entendu dire : "Je détruirai ce temple que les hommes ont construit. Et en trois jours, j'en bâtirai un autre qui ne sera pas construit par les hommes." "
59
Mais même ces témoins-là ne sont pas d'accord entre eux.
60
Alors le grand-prêtre se lève devant tout le monde et il demande à Jésus : " Tu ne réponds rien ? Qu'est-ce que ces gens disent contre toi ? "
61
Mais Jésus se tait, il ne répond rien. De nouveau, le grand-prêtre lui demande : " Est-ce que tu es le Messie, le Fils du Dieu que nous adorons ? "
62
Jésus lui répond : " Oui, je le suis. Et vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite du Dieu tout-puissant, et venir parmi les nuages du ciel. "
63
Alors le grand-prêtre déchire ses vêtements et il dit : " Nous n'avons plus besoin de témoins !
64
Vous l'avez entendu insulter Dieu. Qu'est-ce que vous en pensez ? " Tout le monde condamne Jésus et dit qu'il doit mourir.
65
Quelques-uns se mettent à cracher sur lui. Ils couvrent son visage, ils le frappent à coups de poing et lui disent : " Qui t'a frappé ? Devine ! " Les serviteurs prennent Jésus et lui donnent des gifles.
66
Pierre est en bas, dans la cour. Une servante du grand-prêtre arrive.
67
Elle voit Pierre qui se chauffe, elle le regarde et lui dit : " Toi aussi, tu étais avec Jésus de Nazareth ! "
68
Mais Pierre répond : " Non ! Je ne comprends pas et je ne sais pas ce que tu veux dire ! " Ensuite, il va à l'entrée de la cour. Alors un coq chante.
69
La servante voit Pierre et elle recommence à dire à ceux qui sont là : " Cet homme est un des disciples ! "
70
Mais Pierre dit encore une fois : " Non ! Pas du tout ! " Un peu plus tard, ceux qui sont là disent de nouveau à Pierre : " Sûrement, tu es un des disciples ! En effet, tu es de Galilée, toi aussi ! "
71
Pierre se met à dire : " Que Dieu me punisse si je mens ! Je ne connais pas cet homme, je le jure ! "
72
Au même moment, un coq chante une deuxième fois. Alors Pierre se souvient que Jésus lui a dit : " Avant que le coq chante deux fois, tu diras trois fois que tu ne me connais pas. " Et Pierre se met à pleurer.

Commentaire

Mise à nu…

Quatre saynètes, comme quatre flash infos, font entrer le lecteur dans la mise en acte de la Passion.
L’embrassade ignominieuse de Judas, sous le couvert de la nuit, souligne la traîtrise embarrassée des autorités religieuses juives. L’arrestation inutilement violente de Jésus, avec la maladresse d’un excité dont un tiers inconnu fait les frais, révèle la tension, l’incongruité du moment. Les paroles de Jésus inscrivent l’événement dans le projet de salut de Dieu tout en relevant la lâcheté à l’œuvre qui fait honte aux auditeurs. Enfin, la fuite des compagnons de Jésus, y compris le jeune détrompé dans son illusion de pouvoir être plus fort et plus fidèle que les autres, dépouille acteurs et lecteurs de toute prétention possible face à l’horreur en marche.
Si Pierre pleure amèrement en entendant le coq chanter, c’est sur sa vanité d’avoir cru, comme le jeune homme plein de feu, sa foi invincible. Que celui qui n’a jamais cultivé cette illusion leur jette la première pierre !

L’arrestation de Jésus, son interrogatoire, le reniement de Pierre mettent à nu les mécanismes de peur, de honte, de fuite qui nous sont familiers à nous aussi ; une mise à nu qui souligne l’impuissance radicale de l’homme face à lui-même comme face au plan de Dieu.

Seul Jésus assure, et avec quelle maîtrise ! Pauvres humains, c’est pour nous que Jésus marche au supplice.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu, au jour de sa passion,
ton Fils a subi les moqueries et les outrages;
il a été abandonné des siens et renié.
Nous t’en prions,
pardonne-nous de l’avoir renié, nous aussi.
Garde-nous d’avoir honte de lui,
qui a donné sa vie pour nous.
Fortifie-nous dans ta grâce,
afin que nous acceptions avec humilité et courage
le combat auquel il nous convie.
Exauce-nous pour l’amour de son nom.