lundi 22 juin 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 8

Qu’il est grand ton nom !

2
   O Seigneur, notre Dieu,
 
 
   qu’il est grand ton nom
 
 
   par toute la terre !

 
 
Jusqu’aux cieux, ta splendeur est chantée
 
3
par la bouche des enfants, des tout-petits :
 
 
rempart que tu opposes à l’adversaire,
 
 
où l’ennemi se brise en sa révolte.

 
4
À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
 
 
la lune et les étoiles que tu fixas,
 
5
qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui,
 
 
le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?

 
6
Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu,
 
 
le couronnant de gloire et d’honneur ;
 
7
tu l’établis sur les œuvres de tes mains,
 
 
tu mets toute chose à ses pieds :

 
8
les troupeaux de bœufs et de brebis,
 
 
et même les bêtes sauvages,
 
9
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
 
 
tout ce qui va son chemin dans les eaux.

10
   O Seigneur, notre Dieu,
 
 
   qu’il est grand ton nom
 
 
   par toute la terre !

Lectures du jour


Actes des Apôtres, Chap. 7, v. 55-60

55
 Mais lui, rempli de l'Esprit Saint, regarde vers le ciel: il voit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu.
56
 Il dit: "Je vois le ciel ouvert et le Fils de l'homme debout à la droite de Dieu."
57
 Alors ceux qui ont entendu ces paroles poussent de grands cris et se bouchent les oreilles. Ils se précipitent tous ensemble sur Étienne,
58
 ils le font sortir de la ville et se mettent à lui jeter des pierres. Ils ont laissé leurs vêtements aux pieds d'un jeune homme appelé Saul.
59
 Pendant qu'on lui jette des pierres, Étienne prie en disant: "Seigneur Jésus, reçois ma vie."
60
 Ensuite, il tombe à genoux et il crie de toutes ses forces: "Seigneur, pardonne-leur ce péché!" Après qu'il a dit cela, il meurt.

Commentaire

Des larmes qui font du bien

Beaucoup de violence ouverte et cachée, de cris, de pierres, de persécution, de destructions dans le passage d’aujourd’hui. Je devrais pourtant être rassurée, apaisée par l’attitude d’Etienne. Mais, je l’avoue, son calme, sa foi me paraissent trop irréels, surnaturels.
La seule image qui me soulage et me parle est celle du début du chapitre suivant (8,2) : ces hommes qui pleurent en prenant en charge le corps de leur ami. Des gestes simples, concrets, un rite qui aide à apaiser la douleur intense.
Elle me rappelle cette fillette de six ans qui venait de perdre son papa. Au milieu de la cérémonie d’adieux, elle s’est mise à crier et pleurer, de sorte qu’il devenait impossible à la pasteure officiante de se faire entendre et que cela mettait toute l’assistance mal à l’aise.
Mais c’est cette petite qui avait le bon comportement car parfois, dans l’intensité de la souffrance, il ne nous reste que les larmes. Elles ne sont pas signe d’un manque de foi ou de courage mais simplement le moyen que Dieu donne à notre corps et à notre cœur pour dire l’indicible.
Quel contraste entre la violence de ceux qui s’appuient sur leur ‘autorité’ et la sérénité de celui qui marche à la mort à la suite du Maître. L’auteur souligne intentionnellement l’analogie entre la passion de Jésus et la fin d’Etienne. Relevons aussi la sobriété avec laquelle est décrite la mort du premier martyr chrétien : seul le martyre de Jésus a une valeur décisivement rédemptrice.
Le martyre d’Etienne, manifestation de la persécution brutale qui s’abat sur la toute nouvelle Eglise, marque aussi le début de son activité missionnaire, qui se déroule ouvertement et sans craindre quelque tourment que ce soit.

Sujets de prière

Oraison

Nous te rendons grâce, Seigneur de gloire,
pour l’exemple d’Etienne, le premier de tes martyrs,
lui qui leva les yeux au ciel
et pria pour ses persécuteurs
le Christ glorieux qui se tient à ta droite,
Lui qui vit et règne avec toi et le Saint-Esprit,
un seul Dieu dans les siècles des siècles.

Cantique 48-01 (du recueil Alléluia)

Il est pour le fidèle