mercredi 22 juin 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mercredi

Complément

Psaume

Psaume 18 , 44-51

Il m’a libéré, car il m’aime

 
44
Tu me libères des querelles du peuple,
 
 
tu me places à la tête des nations.
 
 
Un peuple d’inconnus m’est asservi :
 
45
au premier mot, ils m’obéissent.

 
 
Ces fils d’étrangers se soumettent ; †
 
46
ces fils d’étrangers capitulent :
 
 
en tremblant ils quittent leurs bastions.

 
          ~

 
47
Vive le Seigneur ! Béni soit mon Rocher !
 
 
Qu’il triomphe, le Dieu de ma victoire,
 
48
ce Dieu qui m’accorde la revanche,
 
 
qui soumet à mon pouvoir les nations !

 
49
Tu me délivres de tous mes ennemis, †
 
 
tu me fais triompher de l’agresseur,
 
 
tu m’arraches à la violence de l’homme.

 
50
Aussi, je te rendrai grâce parmi les peuples,
 
 
Seigneur, je fêterai ton nom.
 
51
Il donne à son roi de grandes victoires, *
 
 
il se montre fidèle à son messie,
 
 
 à David et sa descendance, pour toujours.

Lectures du jour


Actes des Apôtres, Chap. 25, v. 1-12

1
 Depuis trois jours, Festus est arrivé dans la province. Il fait alors le voyage de Césarée à Jérusalem.
2
 Là, les chefs des prêtres et les notables juifs se présentent devant lui et ils portent plainte contre Paul. Ils insistent
3
 et demandent à Festus: "Nous t'en prions, fais venir Paul à Jérusalem." En effet, certains Juifs veulent tendre un piège à Paul et le tuer sur la route.
4
 Mais Festus leur répond: "Paul est en prison à Césarée, et moi-même, je vais bientôt repartir.
5
 Vos chefs n'ont qu'à venir avec moi à Césarée. Si cet homme a fait quelque chose de mal, ils l'accuseront."
6
 Festus passe seulement huit à dix jours à Jérusalem, puis il retourne à Césarée. Le jour suivant, il siège au tribunal et commande de faire venir Paul.
7
 Celui-ci arrive. Les chefs juifs qui sont venus de Jérusalem l'entourent et l'accusent de nombreuses fautes graves, mais ils ne peuvent rien prouver.
8
 Paul se défend en disant: "Je n'ai rien fait de mal, ni contre la loi de mon peuple, ni contre le temple, ni contre l'empereur."
9
 Festus veut faire plaisir aux chefs qui sont là et il demande à Paul: "Est-ce que tu veux aller à Jérusalem? Là-bas, on te jugera devant moi pour cette affaire."
10
 Paul répond: "Je suis devant le tribunal de l'empereur, et c'est là qu'on doit me juger. Je n'ai rien fait de mal contre le peuple juif, tu le sais très bien toi-même.
11
 Si je suis coupable et si j'ai fait quelque chose qui mérite la mort, je ne refuse pas de mourir. Mais s'il n'y a rien de vrai dans ce qu'ils disent contre moi, alors personne n'a le droit de me livrer à eux. Je fais appel à l'empereur!"
12
 Festus parle avec ses conseillers. Ensuite il dit à Paul: "Tu as fait appel à l'empereur, tu iras donc devant l'empereur."

Commentaire

J’en appelle à l’empereur.

La phrase de Paul est restée célèbre. Tout citoyen romain avait le droit de choisir où et sous quelle juridiction il souhaitait être jugé.
Fraîchement débarqué, Festus tente de résoudre cette procédure qui n’en finit pas, mais il est «coincé» entre la délégation de Jérusalem et la citoyenneté de Paul qui lui donne des droits ! Heureusement !
Paul refuse de retourner à Jérusalem. Ses plus farouches adversaires pourraient faire basculer le vote du sanhédrin. Reste alors le tribunal impérial.
C’est finalement à Rome que le sort de Paul va se jouer.
Derrière le procès d’un homme, c’est la place d’une nouvelle religion dans l’Empire qui devient le véritable enjeu.
Et l’auteur des Actes ne croit pas si bien dire !
En 300 ans, traversant les persécutions, le christianisme finira par s’imposer.
En 313, Constantin fait du christianisme l’une des religions officielles de l’Empire. Le 28 février 380, les empereurs Théodose et Gratien font de la foi chrétienne l'unique religion obligatoire.
La chrétienté était née, pour grosso modo 1’700 ans.
Pour le meilleur et pour le pire.
Partagés entre la nostalgie d’une Eglise forte, dont l’évidence est reconnue dans la société, et la conscience des ambiguïtés de l’histoire de la chrétienté, osons prier pour retrouver aujourd’hui l’enthousiasme contagieux de l’Evangile et l’espérance confiante qui traversent les Actes des Apôtres.

Sujets de prière

Oraison

Daigne nous accorder, Seigneur notre Dieu,
un esprit qui nous fasse toujours juger avec droiture
et agir en conséquence;
et puisque sans toi
nous ne pouvons même pas exister,
rends-nous capables de régler notre vie sur toi,
par Jésus-Christ, notre Sauveur.

Cantique 46-08 (du recueil Alléluia)

Toi qui gardes le silence