mardi 22 janvier 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 32 (31)

Tu as enlevé ma faute

 
1
Heureux l’homme dont la faute est enlevée, *
 
 
et le péché remis !
 
2
Heureux l’homme dont le Seigneur ne retient pas l’offense, *
 
 
dont l’esprit est sans fraude !

 
          ~

 
3
Je me taisais et mes forces s’épuisaient
 
 
   à gémir tout le jour : †
 
4
ta main, le jour et la nuit,
 
 
   pesait sur moi ; *
 
 
ma vigueur se desséchait
 
 
   comme l’herbe en été.

 
5
Je t’ai fait connaître ma faute,
 
 
   je n’ai pas caché mes torts. †
 
 
J’ai dit : « Je rendrai grâce au Seigneur
 
 
   en confessant mes péchés. » *
 
 
Et toi, tu as enlevé
 
 
   l’offense de ma faute.

 
6
Ainsi chacun des tiens te priera
 
 
   aux heures décisives ; *
 
 
même les eaux qui débordent
 
 
   ne peuvent l’atteindre.

 
7
Tu es un refuge pour moi,
 
 
   mon abri dans la détresse ; *
 
 
de chants de délivrance,
 
 
   tu m’as entouré.

 
          ~

 
8
« Je vais t’instruire, te montrer la route à suivre, *
 
 
   te conseiller, veiller sur toi.

 
9
N’imite pas les mules et les chevaux
 
 
   qui ne comprennent pas, †
 
 
qu’il faut mater par la bride et le mors, *
 
 
   et rien ne t’arrivera. »

 
10
Pour le méchant, douleurs sans nombre ; *
 
 
mais l’amour du Seigneur entourera
 
 
   ceux qui comptent sur lui.

 
11
Que le Seigneur soit votre joie !
 
 
   Exultez, hommes justes ! *
 
 
Hommes droits, chantez votre allégresse !

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 49, v. 18-23

18
 Lève les yeux et regarde autour de toi: tous tes enfants se rassemblent, ils viennent à toi. Je le déclare, moi le Seigneur: Aussi vrai que je suis vivant, ils seront pour toi comme un collier de perles, comme la ceinture qu'une fiancée se met autour de la taille.
19
 Tu vis parmi les ruines, tes quartiers sont détruits, ton pays est un désert. Mais il sera bientôt trop petit pour ses habitants, et ceux qui détruisaient ta vie partiront loin de toi.
20
 Tu étais comme une femme sans enfants. Mais un jour, tes enfants te diront: "Je suis à l'étroit. Fais-moi de la place pour que je vive ici."
21
 Et tu te poseras cette question: "Qui m'a donné tous ces enfants? Je n'avais pas d'enfants, et je ne pouvais pas en avoir. J'étais exilée et abandonnée. Ceux-là, qui donc les a élevés? Pendant que j'étais seule, où étaient ces enfants?""
22
 Voici ce que dit le Seigneur DIEU: "Je vais faire signe aux autres peuples. Je vais dresser un signal pour eux. Jérusalem, ils ramèneront tes fils et tes filles en les portant dans les bras.
23
 Des rois élèveront tes enfants, des filles de rois les nourriront. Ils se mettront à genoux devant toi, le front contre le sol. Ils lècheront la poussière de tes pieds. Alors tu le sauras: je suis le Seigneur, et ceux qui mettent leur espoir en moi ne seront pas déçus."

Commentaire

A qui le dernier mot ?

Hier, nous parlions d’un visage aimé tatoué sur la paume de la main. Aujourd’hui, le ton, en finale, se fait âpre et guerrier (24-26). L’espérance est aux prises avec la réalité crue. La souffrance de Jérusalem transparaît. La ville voit l’exil comme le signe de l’abandon de Dieu (14). Le départ vers Babylone d’une grande partie de sa population lui donne le sentiment d’être une mère stérile, privée d’enfants (21). Dans la gueule de Babylone, elle est comme une proie impuissante.

La confiance et l’espérance prennent corps dans le concret de nos vies et du monde. Nous savons bien que la réalité est faite d’ombres et de lumières. Dans nos rêves infantiles, nous aspirons à ce que tout soit rose. Mais ce n’est jamais ainsi que vont les choses.

La confiance et l’espérance naissent de ce que Dieu vient lutter à nos côtés.
Un exégète de ce texte note que « les objections de Jérusalem tombent les unes après les autres ». C’est vrai. La ville se découvre aimée, riche d’enfants et libérée !
Dieu ouvre des brèches dans le mur du malheur.
Dans les récits de Noël – que nous avons quittés mais pas oubliés ! – il vient en Christ. Souvenez-vous le contexte difficile : l’étable, Hérode, le massacre des enfants, la fuite vers l’Egypte. Jésus restera présent et aimant, jusqu’à la croix. Cette présence ne répond pas à toutes les questions. Mais de cette présence d’amour naît l’espérance, faite de courage, et de confiance aussi.
Comme Jérusalem, nous découvrons qu’avec Jésus, notre avenir est ouvert. Par lui, l’amour de Dieu a le dernier mot, dans la mort comme dans nos vies.

Sujets de prière

Oraison

Nous voulons te louer, Seigneur:
nous sommes, nous et notre monde tout entier,
entre tes mains paternelles.
Nous ne sommes pas abandonnés,
seuls, face à nos soucis.
Auprès de toi, l’indécis trouve conseil,
le fatigué trouve la force,
celui qui doute reçoit la certitude,
l’inquiet retrouve la confiance.
Redis-nous tout cela maintenant dans ta parole.

Cantique 41-02 (du recueil Alléluia)

Gloire à ton nom, ô Dieu de paix