lundi 22 janvier 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 68 (67), 2-11

Le Dieu des victoires

 
2
Dieu se lève et ses ennemis se dispersent,
 
 
ses adversaires fuient devant sa face.
 
3
Comme on dissipe une fumée, tu les dissipes ; †
 
 
comme on voit fondre la cire en face du feu,
 
 
les impies disparaissent devant la face de Dieu.

 
4
Mais les justes sont en fête, ils exultent ;
 
 
devant la face de Dieu ils dansent de joie.
 
5
Chantez pour Dieu, jouez pour son nom, †
 
 
frayez la route à celui qui chevauche les nuées.
 
 
Son nom est Le Seigneur ; dansez devant sa face.

 
6
Père des orphelins, défenseur des veuves,
 
 
tel est Dieu dans sa sainte demeure.
 
7
À l’isolé, Dieu accorde une maison ; †
 
 
aux captifs, il rend la liberté ;
 
 
mais les rebelles vont habiter les lieux arides.

 
8
Dieu, quand tu sortis en avant de ton peuple,
 
 
quand tu marchas dans le désert, la terre trembla ;
 
9
les cieux mêmes fondirent †
 
 
devant la face de Dieu, le Dieu du Sinaï,
 
 
devant la face de Dieu, le Dieu d’Israël.

 
10
Tu répandais sur ton héritage une pluie généreuse,
 
 
et quand il défaillait, toi, tu le soutenais.
 
11
Sur les lieux où campait ton troupeau,
 
 
tu le soutenais, Dieu qui es bon pour le pauvre.

 
          ~

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 52, v. 13-15

13
 Le Seigneur dit: "Mon serviteur réussira. Il montera, il sera haut placé et couvert d'honneur.
14
 Beaucoup, en le voyant, sont effrayés, tellement il est défiguré. Il ne ressemble plus à un être humain.
15
 Et maintenant, des peuples nombreux seront étonnés à cause de lui, les rois resteront devant lui sans rien dire. En effet, ce qu'ils voient ne ressemble pas à ce qu'on leur a raconté, et ce qu'ils observent est différent de ce qu'ils ont entendu dire."

Commentaire

Le paroxysme de la souffrance !

« S'il te plaît ! aide-moi à mourir ! » Ainsi résonne encore à mes oreilles ce cri sorti de la bouche d’une personne venue me voir.
Et de lui répondre : « Je ne peux pas t’aider à mourir, mais je peux t’aider à vivre ! »
Quelle souffrance et quel désespoir dans ces propos ! A l’image du texte d’Esaïe proposé aujourd’hui, nous pouvons dire que nous nous trouvons, ma visiteuse au paroxysme de la souffrance et moi au fond de l’impuissance.
Dans cette prophétie, le Serviteur du Seigneur n’est pas clairement identifiable, mais chaque être en souffrance, de tous les temps, peut se reconnaître en lui.
Dans l’épreuve ou la maladie, qu’elle soit physique, psychique ou autre, la question du sens revient toujours en première ligne. « Il a plu à Dieu », écrit-on parfois sur les faire-part … Voilà bien une parole qui fait de Dieu un monstre de cruauté et à laquelle je ne pourrai jamais m’associer.
Une fois de plus, la souffrance met en évidence nos limites et notre mortalité. Et c’est bien avec l’aide de Dieu, au cœur de la fragilité et de l’éphémère, que de toute existence humaine peut surgir la vie.
Dans un monde trop souvent broyé par la souffrance et l’injustice, ces paroles d’Esaïe prennent sens et affirment haut et fort la grâce de Dieu, le Père.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu,
au jour de sa passion,
ton Fils a subi les moqueries et les outrages;
il a été abandonné des siens et renié.
Nous t’en prions,
pardonne-nous de l’avoir renié, nous aussi.
Garde-nous d’avoir honte de lui,
qui a donné sa vie pour nous.
Fortifie-nous dans ta grâce,
afin que nous acceptions avec humilité et courage
le combat auquel il nous convie.
Exauce-nous pour l’amour de son nom.

 

Dieu très aimant,
tu aides à se relever
ceux qui sont pauvres et dans la détresse
et tu les rétablis dans leur dignité.
Entends notre appel pour les plus démunis
dans le monde d’aujourd’hui;
redonne-leur l’espérance
et fais qu’ils se redressent
pour que tout ton peuple soit un.
Nous t’en prions au nom de Jésus.

Cantique 48-04 (du recueil Alléluia)

Seigneur, mon Dieu, je crie vers toi