samedi 22 février 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 144 (143), 9-15

Heureux qui a pour Dieu le Seigneur

 
9
Pour toi, je chanterai un chant nouveau,
 
 
pour toi, je jouerai sur la harpe à dix cordes,
 
10
pour toi qui donnes aux rois la victoire
 
 
et sauves de l’épée meurtrière
 
 
 David, ton serviteur.

 
11
Délivre-moi, sauve-moi
 
 
de l’emprise d’un peuple étranger :
 
 
il dit des paroles mensongères,
 
 
sa main est une main parjure.

 
          ~

 
12
Que nos fils soient pareils à des plants
 
 
   bien venus dès leur jeune âge ; *
 
 
nos filles, pareilles à des colonnes
 
 
   sculptées pour un palais !

 
13
Nos greniers, remplis, débordants,
 
 
   regorgeront de biens ; *
 
 
les troupeaux, par milliers, par myriades,
 
 
   empliront nos campagnes !

 
14
Nos vassaux nous resteront soumis,
 
 
   plus de défaites ; *
 
 
plus de brèches dans nos murs,
 
 
   plus d’alertes sur nos places !

 
15
Heureux le peuple ainsi comblé !
 
 
Heureux le peuple qui a pour Dieu « Le Seigneur » !

Lectures du jour


Évangile selon Matthieu, Chap. 12, v. 43-50

43
 "Quand un esprit mauvais est sorti d'une personne où il habitait, il va et vient dans des endroits secs. Il cherche un lieu pour se reposer, mais il n'en trouve pas.
44
 Alors il se dit: "Je vais retourner dans ma maison que j'ai quittée." Il y retourne. Il voit que la maison est vide, balayée, bien arrangée.
45
 Il va donc chercher sept autres esprits encore plus mauvais que lui. Ils entrent et ils s'installent dans la maison. Après cela, cette personne est dans un état encore plus grave qu'au début! Eh bien, c'est ce qui arrivera aux gens mauvais d'aujourd'hui!"
46
 Jésus est en train de parler aux foules, quand sa mère et ses frères arrivent. Ils sont dehors et ils cherchent à lui parler.
47
 Quelqu'un dit à Jésus: "Regarde! Ta mère et tes frères sont là, dehors. Ils cherchent à te parler."
48
 Jésus lui répond: "Qui est ma mère? Qui sont mes frères?"
49
 Et il montre de la main ses disciples en disant: "Voici ma mère et mes frères.
50
 Oui, si quelqu'un fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, cette personne est mon frère, ma sœur, ma mère."

Commentaire

Exclusion ? Inclusion ?

Avec les foules qui le suivent, les malades qu'il guérit, les chefs qui le contestent, Jésus est entièrement consacré à inaugurer l'ère nouvelle par sa présence et ses actes. Dorénavant, l'attachement à lui et à Dieu produit un type de relations entièrement nouveau, une nouvelle humanité. Le conflit avec l'ancien mode de penser et d’agir s'annonce déjà : la conflagration sera violente… il en payera le prix fort.
Et voici que surgissent les membres de sa famille naturelle et légitime ; ils ont l'air de tomber de la lune ; ils rappellent toutefois d'autres réalités incontournables. Ils viennent avec une immense attente non formulée : ils se tiennent dehors… Que de sous-entendus et de possibles malentendus ! Aucune demande explicite, mais une pression d'autant plus grande qu'elle est non dite. Jésus ne se laisse pas mettre sous la pression (… de tout ce qu'on attend de lui, de tout ce qu'il devrait faire). Il reste centré en lui-même, et sur la venue de ce règne nouveau. Par contre, il saisit l'occasion de transformer cette interruption en révélation : « Voici ma nouvelle famille, la nouvelle fraternité ! »
Une relecture plus tardive de cet événement en révélera la portée historique et cosmique : Il fallait que l'auteur de leur salut n'ait pas honte de les appeler ses frères (He 2,11) et les élève ainsi à la dignité de fils de Dieu.
Aucun rejet des siens donc, mais leur possible inclusion dans cette nouvelle humanité, avec tous ceux qui se sont reliés profondément à leur Père.

Sujets de prière

Oraison

En ce temps du carême, Seigneur,
inspire à tes enfants une générosité nouvelle
et le désir de partager plus largement
ce qu’ils tiennent de toi;
dispose-nous ainsi à recevoir dans un cœur purifié
l’annonce du mystère pascal
et à transmettre avec plus de vérité
la joyeuse nouvelle de ton salut,
par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Cantique 52-02 (du recueil Alléluia)

Oui, nous faisons partie