vendredi 22 décembre 2017

Temps

Temps de l'Avent

Semaine

Vendredi de la troisième semaine

Complément

Psaume

Psaume 41 (40)

Je saurai que tu m’aimes

 
2
Heureux qui pense au pauvre et au faible :
 
 
le Seigneur le sauve au jour du malheur !
 
3
Il le protège et le garde en vie, heureux sur la terre.
 
 
Seigneur, ne le livre pas à la merci de l’ennemi !
 
4
Le Seigneur le soutient sur son lit de souffrance :
 
 
si malade qu’il soit, tu le relèves.

 
5
J’avais dit : « Pitié pour moi, Seigneur,
 
 
guéris-moi, car j’ai péché contre toi ! »
 
6
Mes ennemis me condamnent déjà :
 
 
« Quand sera-t-il mort ? son nom, effacé ? »
 
7
Si quelqu’un vient me voir, ses propos sont vides ;
 
 
il emplit son cœur de pensées méchantes,
 
 
 il sort, et dans la rue il parle.

 
8
Unis contre moi, mes ennemis murmurent,
 
 
à mon sujet, ils présagent le pire :
 
9
« C’est un mal pernicieux qui le ronge ;
 
 
le voilà couché, il ne pourra plus se lever. »
 
10
Même l’ami, qui avait ma confiance
 
 
et partageait mon pain, m’a frappé du talon.

 
11
Mais toi, Seigneur, prends pitié de moi ;
 
 
relève-moi, je leur rendrai ce qu’ils méritent.
 
12
Oui, je saurai que tu m’aimes
 
 
si mes ennemis ne chantent pas victoire.
 
13
Dans mon innocence tu m’as soutenu
 
 
et rétabli pour toujours devant ta face.

 
14
Béni soit le Seigneur,
 
 
   Dieu d’Israël, *
 
 
depuis toujours et pour toujours !
 
 
   Amen ! Amen !

Lectures du jour


Épître aux Philippiens, Chap. 3, v. 12-21

12
 Je ne veux pas dire que j'ai déjà atteint le but, ou que je suis déjà parfait! Mais je continue à courir pour saisir le prix, parce que le Christ Jésus m'a déjà saisi.
13
 Non, frères et sœurs, je ne pense pas que j'ai déjà obtenu le prix. Mais j'oublie la route qui est derrière moi, je suis tendu en avant, et je fais la seule chose importante:
14
 courir vers le but pour gagner le prix. Dieu nous appelle d'en haut à le recevoir par le Christ Jésus.
15
 Nous qui sommes des chrétiens adultes, nous devons penser de cette façon. Et si, sur un point, vous pensez autrement, Dieu vous éclairera aussi là-dessus.
16
 En tout cas, continuons la même route que nous avons suivie jusqu'à maintenant!
17
 Frères et sœurs, imitez-moi. Nous avons donné l'exemple. Alors regardez ceux qui vivent en suivant cet exemple.
18
 Oui, je vous l'ai dit souvent, et je le dis aujourd'hui en pleurant: beaucoup de gens vivent comme des ennemis de la croix du Christ.
19
 Ils finiront par se perdre. Leur dieu, c'est leur ventre, et ce qui doit les couvrir de honte, ils s'en vantente! Eux, ils pensent seulement aux choses de la terre.
20
 Notre patrie à nous est dans les cieux, et celui que nous attendons comme Sauveur, le Seigneur Jésus-Christ, viendra des cieux.
21
 Alors il changera notre faible corps pour le rendre semblable à son corps glorieux. En effet, il est assez puissant pour tout mettre sous son pouvoir.

Commentaire

L’aujourd’hui dans l’avenir

L’idéologie contemporaine nous incite à vivre l’instant présent, à être présent à soi-même, à considérer le maintenant comme le temps le plus essentiel. C’est en partie justifié. Car trop longtemps, le christianisme a déterminé la société dans la consolation de ce qui doit encore venir, ou l’a même invitée à fixer son regard sur le paradis, au mépris du monde d’ici-bas.

Notre page de Paul aux Philippiens propose une troisième voie, celle de la tension entre deux pôles : vivre l’instant présent comme une éternité bienfaisante d’une part, et courir vers le plus – plus de vie, plus de justice, plus de spiritualité d’autre part. L’important ne serait pas l’obtention du « prix », mais la course elle-même, le mouvement vers l’avant, l’espérance.
Une vie totalement engloutie dans le présent perd la richesse du désir, l’attrait de l’inaccompli … à accomplir. Alors qu’une vie unilatéralement tournée vers ce qui est encore à venir perd la joie des moments présents. Notre texte prend en compte cette tension entre les deux attitudes ; les versets 12 et 15 nous invitent à la chercher et la développer tout au long de la vie chrétienne. Au v. 12 il est écrit : « Ce n’est pas que j’aie déjà obtenu tout cela ni que je sois déjà parvenu à l’accomplissement ». L’auteur exprime le désir de plus de vie, il est tendu vers l’avenir. Au v. 15, il tempère le débat en ajoutant prudemment : « Si toutefois nous sommes des gens accomplis ».
On dirait que l’auteur est déjà dans une vie totalement comblée. Il est d’ailleurs recommandable de saisir et se réjouir des moments où nous vivons une plénitude. Mais gardons cette tension entre le désir des biens incomparables à venir et la joie des grâces déjà reçues.

Sujets de prière

Oraison

Dieu éternel et tout-puissant, augmente en nous le don de la foi; fais-nous la grâce de ne pas nous satisfaire du chemin parcouru, mais de courir avec persévérance vers le but pour obtenir le prix de la vocation céleste en Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 46-06 (du recueil Alléluia)

Jésus, c'est toi que dans la foi