Mardi 21 Novembre 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 111 (110)

Grandes sont les œuvres du Seigneur

 
1
Alléluia !

 
 
De tout cœur je rendrai grâce au Seigneur
 
 
dans l’assemblée, parmi les justes.
 
2
Grandes sont les œuvres du Seigneur ;
 
 
tous ceux qui les aiment s’en instruisent.
 
3
Noblesse et beauté dans ses actions :
 
 
à jamais se maintiendra sa justice.

 
4
De ses merveilles il a laissé un mémorial ;
 
 
le Seigneur est tendresse et pitié.
 
5
Il a donné des vivres à ses fidèles,
 
 
gardant toujours mémoire de son alliance.
 
6
Il a montré sa force à son peuple,
 
 
lui donnant le domaine des nations.

 
7
Justesse et sûreté, les œuvres de ses mains,
 
 
sécurité, toutes ses lois,
 
8
établies pour toujours et à jamais,
 
 
accomplies avec droiture et sûreté !

 
9
Il apporte la délivrance à son peuple ; †
 
 
son alliance est promulguée pour toujours :
 
 
saint et redoutable est son nom.

 
10
La sagesse commence
 
 
 avec la crainte du Seigneur. †
 
 
Qui accomplit sa volonté en est éclairé.
 
 
À jamais se maintiendra sa louange.

Lectures du jour

Commentaire

« Certes, c'est chose belle… »

Que n'avons-nous chanté le 45 de Psaumes et Cantiques, avant la version retouchée d'Alléluia (92) ! Peut-être nous a-t-on épargné la troisième strophe, peut-être pas. Rappelez-vous : « Vaines fleurs, mauvaises herbes, prospérez, les méchants ! Le maître de nos champs vous exclut de la gerbe. Et nous verrons le juste tel qu'un cèdre au Liban, malgré l'âge et l'autan, rester vert et robuste. ». La versification de ce psaume est du Genevois René-Louis Piachaud (1896-1941) au verbe châtié et austère.
Je reste sidéré par la fidélité discutable dont nos cantiques font preuve vis-à-vis de la Bible. Surtout lorsque leurs paroles contreviennent au sens même de l'Evangile.
Car enfin : le pharisien qui se rend au temple voit son attitude, sinon disqualifiée, du moins questionnée. Derrière une apparence enthousiasmante (c'est un croyant engagé !), il fait ce que nous chantons sans distance. Il se justifie sur le dos des autres, se persuadant de l'injustice d'autrui par rapport à son comportement – forcément exemplaire. Or, sous le couvert d'affirmations sincères et vraies, sa prière ouvre le temps du mépris. A la limite, cet homme n'a pas besoin de Dieu. Il n'attend rien de lui; pratique et prescriptions suffisent.
On se gardera d'avoir la critique plus lourde que Jésus, qui ne le condamne pas: ne nous arrive-t-il jamais, dans notre vie spirituelle, de « fonctionner » ? Une chose est sûre: jamais je ne peux m'appuyer sur Dieu pour justifier le mépris, la condamnation, le rejet ou l'indifférence, parce que je penserais être juste en raison de ma foi ou de mes pratiques chrétiennes. C'est dit, que ce soit entendu: pour être belle, notre louange n'a nul besoin d'être revancharde.

Sujets de prière

Oraison

Dieu saint et bon, tu résistes aux orgueilleux, mais tu fais grâce aux humbles; ouvre nos cœurs à ta Parole, afin que nous soyons gardés de toute fausse assurance, et que, dans la crainte de ton juste jugement, nous attendions tout de ta seule grâce, manifestée en Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 43-10 (du recueil Alléluia)

Tel que je suis