Mardi 21 Juillet 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 28 (27)

Ne reste pas sans me répondre

 
1
Seigneur, mon rocher, c’est toi que j’appelle : †
 
 
   ne reste pas sans me répondre, *
 
 
car si tu gardais le silence,
 
 
   je m’en irais, moi aussi, vers la tombe.

 
2
Entends la voix de ma prière
 
 
   quand je crie vers toi, *
 
 
quand j’élève les mains
 
 
   vers le Saint des Saints !

 
3
Ne me traîne pas chez les impies,
 
 
   chez les hommes criminels ; *
 
 
à leurs voisins ils parlent de paix
 
 
   quand le mal est dans leur cœur.

 
          ~

 
6
Béni soit le Seigneur *
 
 
qui entend la voix de ma prière !

 
7
Le Seigneur est ma force et mon rempart ;
 
 
à lui, mon cœur fait confiance :
 
 
il m’a guéri, ma chair a refleuri,
 
 
mes chants lui rendent grâce.

 
8
Le Seigneur est la force de son peuple,
 
 
le refuge et le salut de son messie.
 
9
Sauve ton peuple, bénis ton héritage,
 
 
veille sur lui, porte-le toujours.

Lectures du jour

Commentaire

Silence!

A peine moins extraordinaire que la marche sur les eaux, le récit de la tempête apaisée convoque un Jésus faiseur de miracles comme on n'en fait plus.
Mais à rester croché à cet élément merveilleux, n'est-on pas à côté du texte? Décodons.
Une barque: l'Eglise.
Des disciples dedans: vous, moi, les autres.
Une traversée mouvementée d'un bord à l'autre: nous ne choisissons pas ce qui arrive et ce qui nous fragilise.
Et au milieu de tout cela, Jésus… roupille!
Pour dire: selon sa promesse, même s'il n'y paraît pas, même si sa présence est discrète, il est avec nous jusque dans les moments de danger et d'incertitude…
Et alors?!
Il ne serait pas là que ce serait pareil. Vaine promesse, donc. «Tais-toi!» Comment?
«Silence! Tais-toi!» Mais oui: «Tais-toi!»
… La foi, c'est croire, dans les plis de la vie, à ce qu'on a reçu dans la paix du cœur.

Sujets de prière

Oraison

Dans l’infini des ciels nocturnes
l’imprévisible éclair de lumière
le tourbillon des vents fondamentaux
tu es Dieu.
Au cœur des bourrasques
des nuages sombres
des violentes rafales de pluie
des rochers sans âge de la mer
tu es Dieu et je te bénis.
Tu es en tout et rien ne t’emprisonne.
Tu es la Vie de toute vie
et ton nom est au-dessus de tout nom.
Tu es Dieu et je te loue au cœur de ce mystère éternel.

Cantique 45-12 (du recueil Alléluia)

Comme un fleuve immense