Vendredi 21 Août 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 88 (87)

Dans cette nuit où je crie

 
2
Seigneur, mon Dieu et mon salut,
 
 
dans cette nuit où je crie en ta présence,
 
3
que ma prière parvienne jusqu’à toi,
 
 
ouvre l’oreille à ma plainte.

 
4
Car mon âme est rassasiée de malheur,
 
 
ma vie est au bord de l’abîme ;
 
5
on me voit déjà descendre à la fosse, *
 
 
je suis comme un homme fini.

 
6
Ma place est parmi les morts,
 
 
avec ceux que l’on a tués, enterrés,
 
 
ceux dont tu n’as plus souvenir,
 
 
qui sont exclus, et loin de ta main.

 
7
Tu m’a mis au plus profond de la fosse,
 
 
en des lieux engloutis, ténébreux ;
 
8
le poids de ta colère m’écrase,
 
 
tu déverses tes flots contre moi.

 
9
Tu éloignes de moi mes amis,
 
 
tu m’as rendu abominable pour eux ;
 
 
enfermé, je n’ai pas d’issue :
 
10
à force de souffrir, mes yeux s’éteignent.

 
          ~

 
 
Je t’appelle, Seigneur, tout le jour,
 
 
je tends les mains vers toi :
 
11
fais-tu des miracles pour les morts ?
 
 
leur ombre se dresse-t-elle pour t’acclamer ?

 
12
Qui parlera de ton amour dans la tombe,
 
 
de ta fidélité au royaume de la mort ?
 
13
Connaît-on dans les ténèbres tes miracles,
 
 
et ta justice, au pays de l’oubli ?

 
14
Moi, je crie vers toi, Seigneur ;
 
 
dès le matin, ma prière te cherche :
 
15
pourquoi me rejeter, Seigneur,
 
 
pourquoi me cacher ta face ?

 
16
Malheureux, frappé à mort depuis l’enfance,
 
 
je n’en peux plus d’endurer tes fléaux ;
 
17
sur moi, ont déferlé tes orages :
 
 
tes effrois m’ont réduit au silence.

 
18
Ils me cernent comme l’eau tout le jour,
 
 
ensemble ils se referment sur moi.
 
19
Tu éloignes de moi amis et familiers ;
 
 
ma compagne, c’est la ténèbre.

Lectures du jour

Commentaire

Marcher à la suite du Christ

«La grâce à bon marché, c’est une annonce du pardon qui ne serait pas suivie de repentance… C’est la grâce qui ne serait pas reçue sans marcher à la suite de Jésus … La grâce sans la croix, une grâce qui fait abstraction de Jésus Christ vivant dans les tourmentes de son temps, Dieu ayant pris corps en lui.»
Dans Le prix de la grâce, Dietrich Bonhoeffer, dont nous venons de lire un extrait ci-dessus, dénonce une foi qui n’irait pas de pair avec un changement radical de vie.
Un peu à l’image de Jacques et Jean qui veulent profiter de la gloire à venir du Ressuscité en siégeant à ses côtés, mais sans revêtir véritablement la condition risquée de disciple.
«Comment pouvons-nous, à notre époque, vivre en chrétiens», s’interroge Bonhoeffer.
Dans l’enseignement d’aujourd’hui, Jésus nous invite à ce fameux renversement de valeurs qui le caractérise: «Le Fils de l’homme est venu non pour être servi, mais pour servir»... (v. 45).
Dans la bouche de Jésus, le pouvoir réside dans cet abaissement, dans ce service du prochain et dans l’engagement envers la communauté.
Plus proche de nous, Emmanuel Levinas souligne que ce qui nous rend humains, c’est notre capacité à assumer la responsabilité infinie que nous avons envers autrui.
Loin de la pensée moderne qui prône l’autonomie du sujet, nous sommes invités, à la suite du Christ, à penser et à porter ensemble notre commune humanité.
Marcher à sa suite est un chemin coûteux, celui que choisiront finalement Jacques et Jean puisque des indices (Ac 12,2 et suiv.) laissent penser qu’ils seraient morts martyrs – en tout cas Jacques frère de Jean, sous le glaive des soldats d’Hérode.

Sujets de prière

Oraison

Dieu de miséricorde,
c’est par le don de ta grâce
que le peuple de tes fidèles peut te servir;
permets-nous de répondre à ton amour
par le don de nous-mêmes,
et qu’ainsi nous ayons part, au dernier jour,
à la vie que tu nous as promise dans ton Royaume,
par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur.

Cantique 45-08 (du recueil Alléluia)

Tu m'as aimé, Seigneur