lundi 20 mars 2017

Temps

Temps du carême

Semaine

Lundi de la troisième semaine

Complément

Psaume

Psaume 18 , 2-18

Il m’a libéré, car il m’aime

 
2
Je t’aime, Seigneur, ma force :
 
 
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
 
3
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
 
 
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

 
4
Louange à Dieu ! †
 
 
Quand je fais appel au Seigneur, *
 
 
je suis sauvé de tous mes ennemis.

 
          ~

 
5
Les liens de la mort m’entouraient,
 
 
le torrent fatal m’épouvantait ;
 
6
des liens infernaux m’étreignaient :
 
 
j’étais pris aux pièges de la mort.

 
7
Dans mon angoisse, j’appelai le Seigneur ;
 
 
vers mon Dieu, je lançai un cri ;
 
 
de son temple il entend ma voix :
 
 
mon cri parvient à ses oreilles.

 
8
La terre titube et tremble, †
 
 
les assises des montagnes frémissent,
 
 
secouées par l’explosion de sa colère.

 
9
Une fumée sort de ses narines, †
 
 
de sa bouche, un feu qui dévore,
 
 
une gerbe de charbons embrasés.

 
10
Il incline les cieux et descend,
 
 
une sombre nuée sous ses pieds :
 
11
d’un kéroub, il fait sa monture,
 
 
il vole sur les ailes du vent.

 
          ~

 
12
Il se cache au sein des ténèbres †
 
 
et dans leurs replis se dérobe :
 
 
nuées sur nuées, ténèbres diluviennes.

 
13
Une lueur le précède, †
 
 
ses nuages déferlent :
 
 
grêle et gerbes de feu.

 
14
Tonnerre du Seigneur dans le ciel, *
 
 
le Très-Haut fait entendre sa voix :
 
 
 grêle et gerbes de feu.
 
15
De tous côtés, il tire des flèches,
 
 
il décoche des éclairs, il répand la terreur.

 
16
Alors le fond des mers se découvrit,
 
 
les assises du monde apparurent,
 
 
sous ta voix menaçante, Seigneur,
 
 
au souffle qu’exhalait ta colère.

 
17
Des hauteurs il tend la main pour me saisir,
 
 
il me retire du gouffre des eaux ;
 
18
il me délivre d’un puissant ennemi,
 
 
d’adversaires plus forts que moi.

Lectures du jour


Livre de Jérémie, Chap. 14, v. 19-22

19
 "Seigneur, est-ce que tu as vraiment rejeté Juda? Est-ce que Sion te dégoûte? Tu nous frappes, et aucune guérison n'est possible. Pourquoi donc? Nous comptions sur la paix, mais rien de bon n'arrive. Nous attendions le moment de la guérison, mais c'est la peur qui vient.
20
 Seigneur, nous reconnaissons que nous avons mal agi. Nous reconnaissons les fautes de nos ancêtres. Nous avons péché contre toi.
21
 À cause de ton nom, ne repousse pas ton siège plein de gloire, ne le méprise pas. Souviens-toi de l'alliance que tu as établie avec nous, ne la brise pas.
22
 Parmi les faux dieux des autres peuples, est-ce qu'il y en a un qui peut envoyer la pluie? Est-ce que c'est le ciel lui-même qui fait tomber l'eau? Est-ce que ce n'est pas toi, Seigneur? Notre Dieu, nous mettons donc notre espoir en toi. Oui, c'est toi qui fais toutes ces choses!"

Commentaire

Tout s’arrangera ?

Je conseille de lire depuis le verset 12. On comprendra mieux la perplexité du peuple qui enfin réfléchit à son sort et se pose la question de la justice de Dieu.
Il est parlé des cadavres de ceux qui sont sortis en rase campagne à la rencontre de l’ennemi et de ceux qui, dans les villes assiégées, ont succombé à la famine. Alep aujourd’hui ? Prêtres et prophètes affolés ne savent plus que dire.
Serait-ce que l’Eternel est excédé de son peuple et de sa ville ? Serait-ce qu’il a oublié l’Alliance ? Voici l’argument suprême. Jusqu’ici la prière du peuple en appelait au souci que Dieu peut avoir de sa gloire, de son honneur en face des nations. Maintenant les suppliants, se référant à ce qui constitue le cœur même de la tradition religieuse d’Israël, rappellent à leur Dieu – ô ironie – l’Alliance du Sinaï et le somment d’y être fidèle. Mais, malgré la déclaration de foi sur laquelle se termine cette prière, et dans laquelle est affirmée non seulement la puissance historique de Dieu mais aussi sa puissance cosmique, le Maître souverain ne veut rien entendre.

« Nous avions l’espoir que tout s’arrangerait » (19c). Dieu est-il une éponge à tableau noir ? « Le temps arrange tout … » ? C’est oublier que le temps, contrairement à nous, n’a de langue ni de mains…
Pour nous le rappeler, voici ces versets, qui nous mettent en présence d’un Dieu qui punit sans appel, avec une obstination et une cruauté qui n’ont d’égales que la fermeture du peuple au message de ceux qu’il a envoyés pour avertir – un Dieu bien proche, pensons-nous, de celui des extrémistes avec lequel nous n’avons aucune envie de frayer…
Mais dans la Bible, il faut savoir trier ce qui est dit et faire la part des responsabilités !

Sujets de prière

Oraison

Père des lumières et source de tout bien,
sois-nous secourable au temps de l’adversité;
quand tout nous abandonne,
ne t’écarte pas de nous;
quoi qu’il arrive, fortifie notre cœur,
pour qu’en toutes circonstances
nous sachions attendre de toi
tous les biens que tu nous as promis,
par ton Fils Jésus-Christ, notre Sauveur.

Cantique 77 (du recueil Alléluia)

L'âme de douleur atteinte