lundi 20 juillet 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 27 (26)

Ma lumière et mon salut

 
1
Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
 
 
   de qui aurais-je crainte ? *
 
 
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
 
 
   devant qui tremblerais-je ?

 
2
Si des méchants s’avancent contre moi
 
 
   pour me déchirer, †
 
 
ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires, *
 
 
   qui perdent pied et succombent.

 
3
Qu’une armée se déploie devant moi,
 
 
   mon cœur est sans crainte ; *
 
 
que la bataille s’engage contre moi,
 
 
   je garde confiance.

 
4
J’ai demandé une chose au Seigneur,
 
 
   la seule que je cherche : †
 
 
habiter la maison du Seigneur
 
 
   tous les jours de ma vie, *
 
 
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
 
 
   et m’attacher à son temple.

 
5
Oui, il me réserve un lieu sûr
 
 
   au jour du malheur ; †
 
 
il me cache au plus secret de sa tente,
 
 
   il m’élève sur le roc. *
 
6
Maintenant je relève la tête
 
 
   devant mes ennemis.

 
 
J’irai célébrer dans sa tente
 
 
   le sacrifice d’ovation ; *
 
 
je chanterai, je fêterai le Seigneur.

 
          ~

 
7
Écoute, Seigneur, je t’appelle ! *
 
 
   Pitié ! Réponds-moi !
 
8
Mon cœur m’a redit ta parole :
 
 
   « Cherchez ma face. » *
 
9
C’est ta face, Seigneur, que je cherche :
 
 
   ne me cache pas ta face.

 
 
N’écarte pas ton serviteur avec colère : *
 
 
   tu restes mon secours.
 
 
Ne me laisse pas, ne m’abandonne pas,
 
 
   Dieu, mon salut ! *
 
10
Mon père et ma mère m’abandonnent ;
 
 
   le Seigneur me reçoit.

 
11
Enseigne-moi ton chemin, Seigneur, *
 
 
conduis-moi par des routes sûres,
 
 
   malgré ceux qui me guettent.

 
12
Ne me livre pas à la merci de l’adversaire : *
 
 
contre moi se sont levés de faux témoins
 
 
   qui soufflent la violence.

 
13
Mais j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
 
 
   sur la terre des vivants. *
 
14
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
 
 
   espère le Seigneur. »

Lectures du jour


Évangile selon Marc, Chap. 4, v. 21-34

21
 Jésus leur dit encore: "Quand quelqu'un apporte une lampe, ce n'est pas pour la mettre sous un seau ou sous un lit! Au contraire, il la place bien en haut.
22
 Tout ce qui est caché, on pourra le voir, tout ce qui est secret, cela paraîtra en pleine lumière.
23
 Celui qui a des oreilles pour écouter, qu'il écoute!"
24
 Jésus leur dit encore: "Faites bien attention à ce que vous entendez! Dieu vous donnera comme vous donnez aux autres, et même, il fera plus que vous!
25
 En effet, celui qui a quelque chose, on lui donnera encore plus. Mais celui qui n'a rien, on lui enlèvera même le peu de choses qu'il a."
26
 Jésus dit encore: "Le Royaume de Dieu ressemble à ceci: Un homme sème des graines dans son champ.
27
 Ensuite, il continue à dormir pendant la nuit et à se lever chaque jour. Et pendant ce temps, les graines poussent et grandissent, mais cet homme ne sait pas comment.
28
 La terre fait elle-même pousser d'abord la plante, puis l'épi, enfin les grains dans l'épi.
29
 Et, dès que les grains sont mûrs, on se met au travail avec la faucille, parce que c'est le moment de la récolte."
30
 Jésus dit encore: "À quoi peut-on comparer le Royaume de Dieu? Avec quelle histoire est-ce qu'on peut en parler?
31
 Le Royaume de Dieu ressemble à une graine de moutarde. Quand on la sème dans la terre, c'est la plus petite de toutes les graines du monde.
32
 Mais ensuite, elle pousse et elle devient la plus grande de toutes les plantes. Elle a des branches si grandes que les oiseaux peuvent faire leurs nids sous son ombre."
33
 Jésus annonce à tout le monde la parole de Dieu, en racontant beaucoup d'histoires de cette sorte. Il le fait dans la mesure où ils peuvent comprendre.
34
 Jésus leur parle toujours avec des comparaisons. Mais, quand il est seul avec ses disciples, il leur explique tout.

Commentaire

Libérés de la démesure ambitieuse

Comment quelqu'un peut-il avoir ce qu'en fait, il n'a pas? Comment dès lors peut-on lui enlever ce qu'il est censé avoir, mais n'a pas (v. 25)? Cela n'a aucun sens, cela semble être une menace en l'air!
Oui, cet extrait est troublant: après l'évidence d'une phrase lumineuse, où l'Evangile semble promis à devenir parfaitement clair pour quiconque le lira et écoutera Jésus – mais l'écoutera bien! – il semble que la suite se résume à quelques paroles difficiles et peut-être absconses.
Est-ce que j'en reste aux apparences, ou est-ce que j'écoute jusqu’à me laisser surprendre? Tiens! cela commence à résonner comme une promesse: il semble que la mesure déborde, comme l'appétit qui vient en mangeant. Du coup, celui qui aura faim de ces mots-là recevra en abondance, et ce sera une surprise! Quant aux ventres satisfaits, ils n'y gagneront rien – pis encore: ils se videront, et ne seront pas davantage nourris. Bigre! il ne fait pas bon être repu d'évidences …
«Je maîtrise, donc je suis»: voilà un précepte que ne renieraient pas la plupart des gens. Après tout, ne suis-je pas soucieux d'agir au mieux? Mes compétences ne sont-elles pas au service d'une action et d'une présence de qualité? Il se peut toutefois que nous l’oubliions: tout ne dépend pas de notre talent, ni de notre volonté (v. 27). Car il y a des choses qui ne nous attendent pas, qui n'ont pas besoin de nous, ni de notre permission. Indociles, insolentes, elles se font sans nous.
Ainsi, disciples zélés, nous voudrions parfois assurer toute la chaîne de production de la Parole, depuis l'émission jusqu'aux effets de la réception.
Quelle folie! Semons donc, contentons-nous de semer (d'un geste assuré, certes, et qualifié!), mais pour le reste laissons faire l'Esprit qui travaille les cœurs. C'est bien assez ainsi.
A combien porte notre regard? Il a tendance à porter loin – le Royaume!! – mais sait-il aussi y voir de près, se faire microscope (v. 31)?
Notre vue accommode bref, nez sur l’objet, jusqu'à ce qu'une occasion se présente, une paire de jumelles, qui élargisse la perspective et nous donne de recevoir cette présence dans plus de largeur et de hauteur encore, du coup dans plus de profondeur aussi?
Au début, il n'y paraît pas, ce que nous avons reçu ou savons nous semble bien petit, parfois même étriqué; mais que la chose se déploie sur notre terre intérieure, et voici qu'elle devient prodige! «A quoi comparer le royaume de Dieu?» s'interroge Jésus. Je l'imagine hésitant, avant de poursuivre par la surprise et l'excès des mots – telle est la grâce: rire tendre de Dieu qui remplit l'univers!

Sujets de prière

Oraison

O Christ,
fais resplendir sur nous la clarté de ta face,
afin que nous puissions y contempler la bonté du Père;
éclaire notre marche vers le Royaume,
pour qu’avec tout le peuple de Dieu,
nous puissions un jour connaître
la vie en plénitude,
car tu règnes pour les siècles des siècles.

Cantique 14-09 (du recueil Alléluia)

Cherchez d'abord…