Mercredi 2 Mai 2018

Temps

Temps de Pâques

Semaine

Mercredi de la cinquième semaine

Complément

Psaume

Psaume 62 (61)

Je n’ai de repos qu’en Dieu

 
2
Je n’ai de repos qu’en Dieu seul,
 
 
mon salut vient de lui.

3
Lui seul est mon rocher, mon salut,
 
 
ma citadelle : je suis inébranlable.

 
4
Combien de temps tomberez-vous sur un homme
 
 
   pour l’abattre, vous tous, *
 
 
comme un mur qui penche,
 
 
   une clôture qui croule ?

 
5
Détruire mon honneur est leur seule pensée : †
 
 
   ils se plaisent à mentir. *
 
 
Des lèvres, ils bénissent ;
 
 
   au fond d’eux-mêmes, ils maudissent.

 
6
Je n’ai mon repos qu’en Dieu seul ;
 
 
oui, mon espoir vient de lui.

7
Lui seul est mon rocher, mon salut,
 
 
ma citadelle : je reste inébranlable.

 
8
Mon salut et ma gloire
 
 
   se trouvent près de Dieu. *
 
 
Chez Dieu, mon refuge,
 
 
   mon rocher imprenable !

 
          ~

 
9
Comptez sur lui en tous temps,
 
 
   vous, le peuple. *
 
 
Devant lui épanchez votre cœur :
 
 
   Dieu est pour nous un refuge.

 
10
L’homme n’est qu’un souffle,
 
 
   les fils des hommes, un mensonge : *
 
 
sur un plateau de balance, tous ensemble,
 
 
   ils seraient moins qu’un souffle.

 
11
N’allez pas compter sur la fraude
 
 
   et n’aspirez pas au profit ; *
 
 
si vous amassez des richesses,
 
 
   n’y mettez pas votre cœur.

 
12
Dieu a dit une chose,
 
 
   deux choses que j’ai entendues. †
 
 
Ceci : que la force est à Dieu ;
 
13
   à toi, Seigneur, la grâce ! *
 
 
Et ceci : tu rends à chaque homme
 
 
   selon ce qu’il fait.

Lectures du jour

Commentaire

Il saura apaiser notre faim.

Je suis le pain de vie : Alors même qu’elle est devenue banale à force d’être entendue, cette parole de Jésus a quelque chose d’extravagant.
En effet, Jésus y affirme qu’il est le seul à pouvoir répondre aux aspirations les plus fondamentales des êtres humains. Lui seul peut combler leur attente d’une vie pleine, libre, apaisée.
Mais les surprises ne s’arrêtent pas là : dans la suite de ses propos, Jésus déclare que croire en lui n’est possible qu’à ceux que le Père lui donne. A ceux qu’il appelle à mettre leur foi en lui, il dit donc, dans un même temps, que seul Dieu peut les ouvrir à une telle foi. N’y a-t-il pas là quelque chose d’irritant ?

Or, il serait faux de penser que Jésus multiplie à dessein les provocations. S’il joue avec les mots – nous faisant découvrir qu’ils ont plusieurs sens – Jésus ne se joue pourtant pas de nous.

En déclarant que Dieu seul peut nous ouvrir à la foi, il nous dit que celle-ci ne va pas sans détachement : si, dans la foi, nous reconnaissons que nous devons tout à Dieu, alors nous devrons aussi reconnaître que, dans la foi, nous ne pouvons rien revendiquer pour nous-mêmes ! Par la foi, nous sommes appelés à nous en remettre totalement au Seigneur. Ainsi, et ainsi seulement, nous deviendrons réellement frères et sœurs du Christ. Comme lui, nous vivrons du seul amour que Dieu est venu manifester à travers lui, et nous vivrons sans crainte. « Ceux qui croient au Fils vivront avec Dieu pour toujours. Et moi, au dernier jour, je les relèverai de la mort. »

Sujets de prière

Oraison

Seigneur,
en qui se trouve la source de la vie,
répands dans nos cœurs l’eau vive de ta grâce ;
toi dont la lumière nous manifeste la lumière,
augmente-nous la foi
et fais-nous marcher à la clarté de ta face,
par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur.

Cantique 49-51 (du recueil Alléluia)

Seigneur, tu nous donnes