lundi 02 juillet 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 18 , 2-18

Il m’a libéré, car il m’aime

 
2
Je t’aime, Seigneur, ma force :
 
 
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
 
3
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
 
 
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

 
4
Louange à Dieu ! †
 
 
Quand je fais appel au Seigneur, *
 
 
je suis sauvé de tous mes ennemis.

 
          ~

 
5
Les liens de la mort m’entouraient,
 
 
le torrent fatal m’épouvantait ;
 
6
des liens infernaux m’étreignaient :
 
 
j’étais pris aux pièges de la mort.

 
7
Dans mon angoisse, j’appelai le Seigneur ;
 
 
vers mon Dieu, je lançai un cri ;
 
 
de son temple il entend ma voix :
 
 
mon cri parvient à ses oreilles.

 
8
La terre titube et tremble, †
 
 
les assises des montagnes frémissent,
 
 
secouées par l’explosion de sa colère.

 
9
Une fumée sort de ses narines, †
 
 
de sa bouche, un feu qui dévore,
 
 
une gerbe de charbons embrasés.

 
10
Il incline les cieux et descend,
 
 
une sombre nuée sous ses pieds :
 
11
d’un kéroub, il fait sa monture,
 
 
il vole sur les ailes du vent.

 
          ~

 
12
Il se cache au sein des ténèbres †
 
 
et dans leurs replis se dérobe :
 
 
nuées sur nuées, ténèbres diluviennes.

 
13
Une lueur le précède, †
 
 
ses nuages déferlent :
 
 
grêle et gerbes de feu.

 
14
Tonnerre du Seigneur dans le ciel, *
 
 
le Très-Haut fait entendre sa voix :
 
 
 grêle et gerbes de feu.
 
15
De tous côtés, il tire des flèches,
 
 
il décoche des éclairs, il répand la terreur.

 
16
Alors le fond des mers se découvrit,
 
 
les assises du monde apparurent,
 
 
sous ta voix menaçante, Seigneur,
 
 
au souffle qu’exhalait ta colère.

 
17
Des hauteurs il tend la main pour me saisir,
 
 
il me retire du gouffre des eaux ;
 
18
il me délivre d’un puissant ennemi,
 
 
d’adversaires plus forts que moi.

Lectures du jour


Actes des Apôtres, Chap. 13, v. 44-53

44
 Le sabbat suivant, presque tous les habitants d'Antioche de Pisidie se rassemblent pour entendre la parole du Seigneur.
45
 Quand les Juifs voient cette foule, ils sont remplis de jalousie, ils se mettent à dire tout le contraire de Paul et ils l'insultent.
46
 Alors Paul et Barnabas disent avec assurance: "C'est d'abord à vous, les Juifs, que nous devions annoncer la parole de Dieu. Mais vous la rejetez, et vous trouvez sans doute que vous n'êtes pas dignes de vivre avec Dieu pour toujours! C'est pourquoi nous irons maintenant vers ceux qui ne sont pas juifs.
47
 Le Seigneur nous l'a commandé en disant: J'ai fait de toi la lumière des autres peuples. Ainsi tu annonceras jusqu'au bout du monde que Dieu sauve!""""
48
 Ceux qui ne sont pas juifs entendent cela et ils sont tout joyeux. Ils remercient le Seigneur pour sa parole. Tous ceux que Dieu a choisis pour vivre toujours avec lui deviennent croyants.
49
 Dans tout le pays, la parole du Seigneur est de plus en plus connue.
50
 Mais les Juifs entraînent avec eux des femmes de rang élevé qui adorent Dieu ainsi que les notables de la ville. Ils poursuivent Paul et Barnabas pour leur faire du mal et ils les chassent de leur pays.
51
 Les deux hommes partent en secouant la poussière de leurs pieds, et ils vont à Iconium.
52
 À Antioche, les disciples restent remplis de joie et de l'Esprit Saint.

Commentaire

Des auditeurs partagés

Restons, comme évoqué dans le commentaire d’hier, dans la peau et en compagnie d’un des auditeurs de Paul. Écoutons ce que pourrait être son récit.
Samedi après samedi, encouragé à demeurer fidèle à la grâce de Dieu, je suis retourné à la synagogue. Que du bonheur !
Hélas, le « succès » et l’enthousiasme rencontrés parmi la population de la ville ont fini par rendre jaloux ceux qui croyaient posséder la vérité absolue et définitive. Ils cherchaient à contredire, voire à discréditer le message de Paul et Barnabas en les insultant.
Pourtant les deux messagers – forts de la mission qui leur a été confiée par leur communauté d’origine et confirmée par le Seigneur (v. 47) – gardent leur belle assurance. Ils continuent leur ministère en annonçant la parole de Dieu à des gens avides d’en savoir plus, remplis de joie et du Saint-Esprit.

Puis, respectant le refus de certains et renonçant à faire de l’acharnement évangélisateur, nos deux envoyés quittent la ville, contraints. Ils secouent alors la poussière de leurs pieds. Je ne vois dans ce geste ni mépris, ni condamnation, mais une manière de respecter les choix de leurs auditeurs, laissant libres les uns et les autres. Car il pourrait y avoir de l’intégrisme à vouloir convaincre en jouant des arguments, si sérieux soient-ils. Il ne s’agit pas de « braquer » mais d’ouvrir les cœurs qui sont disposés – ou ont été préparés – à l’être.

Sujets de prière

Oraison

Nous voulons te louer, Seigneur:
nous sommes, nous et notre monde tout entier,
entre tes mains paternelles.
Nous ne sommes pas abandonnés,
seuls, face à nos soucis.
Auprès de toi, l’indécis trouve conseil,
le fatigué trouve la force,
celui qui doute reçoit la certitude,
l’inquiet retrouve la confiance.
Redis-nous tout cela maintenant dans ta parole
au nom du Christ notre Seigneur.

Cantique 36-07 (du recueil Alléluia)

Seigneur, en ta victoire