mercredi 02 janvier 2019

Temps

Temps de Noël

Semaine

Mercredi après l'octave de Noël

Complément

Psaume

Psaume 18 , 44-51

Il m’a libéré, car il m’aime

 
44
Tu me libères des querelles du peuple,
 
 
tu me places à la tête des nations.
 
 
Un peuple d’inconnus m’est asservi :
 
45
au premier mot, ils m’obéissent.

 
 
Ces fils d’étrangers se soumettent ; †
 
46
ces fils d’étrangers capitulent :
 
 
en tremblant ils quittent leurs bastions.

 
          ~

 
47
Vive le Seigneur ! Béni soit mon Rocher !
 
 
Qu’il triomphe, le Dieu de ma victoire,
 
48
ce Dieu qui m’accorde la revanche,
 
 
qui soumet à mon pouvoir les nations !

 
49
Tu me délivres de tous mes ennemis, †
 
 
tu me fais triompher de l’agresseur,
 
 
tu m’arraches à la violence de l’homme.

 
50
Aussi, je te rendrai grâce parmi les peuples,
 
 
Seigneur, je fêterai ton nom.
 
51
Il donne à son roi de grandes victoires, *
 
 
il se montre fidèle à son messie,
 
 
 à David et sa descendance, pour toujours.

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 41, v. 8-16

8
"Mais toi, Israël, tu es mon serviteur, Jacob, tu es le peuple que j’ai choisi, tu es né de mon ami Abraham.
9
Je suis allé te chercher jusqu’au bout du monde, je t’ai appelé depuis les régions les plus éloignées. Je t’ai dit: "Mon serviteur, c’est toi,je t’ai choisi, je ne t’ai pas repoussé."
10
N’aie pas peur, je suis avec toi. Ne regarde pas autour de toi avec inquiétude. Oui, ton Dieu, c’est moi. Je te rends fort, je viens à ton secours et je te protège avec ma main puissante et victorieuse.
11
Tous ceux qui sont en colère contre toi seront couverts de honte et d’insultes. Ceux qui se disputent avec toi seront détruits et mourront.
12
Ceux qui luttent contre toi, tu les chercheras et tu ne les trouveras plus. Ces gens qui te font la guerre seront détruits et ils disparaîtront.
13
Moi, le Seigneur, je suis ton Dieu. Je te tiens par la main. Je te dis: "N’aie pas peur, je viens à ton secours."
14
N’aie pas peur, peuple de Jacob, petit ver de terre, toi, faible reste d’Israël. Le Seigneur déclare: Je viens à ton secours. Celui qui te libère, c’est moi, le Dieu saint d’Israël.
15
Je vais faire de toi un outil tout neuf, une herse aux dents pointues. Tu écraseras les montagnes, tu les changeras en poussière, et les collines, tu en feras de la paille.
16
Tu les jetteras en l’air, et le vent les emportera comme il emporte la paille. La tempête les chassera de tous côtés. Mais toi, tu crieras de joie à cause du Seigneur, tu seras fier du Dieu saint d’Israël."

Commentaire

Je tiens ta main…

Avec les mains, on peut beaucoup faire ! On peut même parler.
Mais le plus beau, c’est d’abandonner sa main dans une autre. Un petit geste, mais fort.
Voici l’enfant qui glisse sa menotte dans la main de son père, et cela peut signifier : j’ai foi en toi, tu me guides, tu es mon père et je suis ton enfant, ensemble nous resterons… Voici celle à qui on a demandé la main et qui a répondu « oui », c’est-à-dire : je crois en ton amour, je me remets à ta sollicitude et à ta protection, nous nous appartenons l’un l’autre et, quoi qu’il arrive, rien ne pourra nous séparer.
Est-il accord plus profond ? Dieu nous assure : « Je tiens ta main. » Il faut le lui redire, car nous ne tenons pas toujours bien la sienne. « Ne crains pas », répète-t-il. Car nous avons peur. Ne va-t-il pas nous emmener au-delà de nos forces ? Parfois, nous préférerions le conduire, lui, là où bon nous semble. Et puis, il y a tant d’autres mains tendues vers nous, prometteuses d’un bonheur plus évident.
Donnons-lui notre confiance, et il nous tiendra ! C’est heureux, car sa main guide et protège, relève des chutes et se lève pour bénir. Rien ne pourra nous en séparer. Alors, dans la sienne, notre propre main est libérée pour se tendre vers l’autre.

Sujets de prière

Oraison

Dieu de lumière,
c’est dans la réalité de notre chair
que ton Fils unique est venu vivre parmi nous;
nous reconnaissons que son humanité
fut semblable à la nôtre:
donne-nous d’être transformés par lui
au plus intime de notre cœur
et d’avoir part avec lui à la vie de ton Royaume,
car il est vivant et il règne pour les siècles des siècles.

Cantique 32-17 (du recueil Alléluia)

Emerveillons-nous tous ensemble