vendredi 02 décembre 2016

Temps

Temps de l'Avent

Semaine

Vendredi de la première semaine

Complément

Psaume

Psaume 124 (123)

Le filet s’est rompu

 
1
Sans le Seigneur qui était pour nous,
 
 
   — qu’Israël le redise — †
 
2
sans le Seigneur qui était pour nous
 
 
   quand des hommes nous assaillirent, *
 
3
alors ils nous avalaient tout vivants,
 
 
   dans le feu de leur colère.

 
4
Alors le flot passait sur nous,
 
 
   le torrent nous submergeait ; *
 
5
alors nous étions submergés
 
 
   par les flots en furie.

 
6
Béni soit le Seigneur *
 
 
qui n’a pas fait de nous
 
 
 la proie de leurs dents !

 
7
Comme un oiseau, nous avons échappé
 
 
   au filet du chasseur ; *
 
 
le filet s’est rompu :
 
 
   nous avons échappé.

 
8
Notre secours est le nom du Seigneur *
 
 
qui a fait le ciel et la terre.

Lectures du jour


Évangile selon Luc, Chap. 20, v. 20-26

20
 Alors ils surveillent Jésus et ils envoient vers lui des hommes qui font semblant d'être fidèles à Dieu. Ces gens-là veulent trouver des erreurs dans les paroles de Jésus. Ainsi, on pourra le livrer au gouverneur, qui a pouvoir et autorité sur le pays.
21
Ils lui posent cette question: Maître, nous le savons, tu dis et tu enseignes des choses justes. Tu ne regardes pas l'importance des gens, mais tu enseignes en toute vérité ce que Dieu nous demande de faire.
22
 Dis-nous: est-il permis ou non de payer l'impôt à l'empereur romain?"
23
 Mais Jésus comprend que c'est un piège et il leur dit:
24
 "Montrez-moi une pièce d'argentk. Sur cette pièce, il y a l'image et le nom de quelqu'un. De qui donc?" Ils répondent: "De l'empereur."
25
 Alors Jésus leur dit: "Eh bien, rendez à l'empereur ce qui est à l'empereur, et rendez à Dieu ce qui est à Dieu."
26
 Le peuple écoute. Les maîtres de la loi et les chefs des prêtres ne peuvent pas trouver d'erreurs dans les paroles de Jésus. Ils sont très étonnés de sa réponse et ils se taisent.

Commentaire

César et petits césars

« Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »
Héritiers de la Réforme, peut-être savez-vous que nos deux plus grands réformateurs n’étaient pas d’accord sur la mise en œuvre de ce verset. Le problème est double.
D’une part, il concerne le prochain dans sa dimension sociale et politique, la « relation longue » : comment faire pour que la justice règne dans notre pays, voire sur notre terre ?
Et d’autre part, il concerne chacun et chacune d’entre nous dans ses relations personnelles et même son dialogue intérieur. Qui suis-je, et que puis-je faire pour bien faire ? Faut-il seulement « faire » quelque chose ?
Certes, nos médecines permettent aux boiteux de marcher, parfois même aux aveugles de voir, mais ce ne sont là que des rafistolages. A Dieu seul la puissance de guérison ! Certes, nous pouvons libérer un peuple de la dictature, nous pouvons rendre justice aux plus défavorisés, mais ce ne sont là que des raccommodages. A Dieu seul la puissance de libérer ! Rendons à Dieu la puissance inégalable de sauver le sens de l’univers et de chacune de nos existences. Et accordons à tous les petits césars que nous sommes, maîtres de notre quotidien, maîtres de nos décisions, maîtres de nos choix, le droit d’être dans l’erreur, de nous égarer, au risque, avec la meilleure des intentions, de provoquer pourtant malheur et désolation autour de nous.
Rends-nous attentifs à ce que tu es, Dieu éternel, toi qui seul peux accomplir des miracles. Rends-nous attentifs à ce que nous sommes : des femmes et des hommes appelés à être heureux comme ils sont, là où ils sont.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu, notre Père,
par toi nous avons été créés,
par toi nous sommes conduits;
dans ta bonté, répands ta lumière dans nos cœurs,
pour que toujours nous te soyons attachés,
dans l’espérance de Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Cantique 42-02 (du recueil Alléluia)

Du cœur et de la voix