vendredi 02 avril 2021

Temps

Vendredi Saint

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 22 (21), 2-22b

Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

 
2
Mon Dieu, mon Dieu,
 
 
   pourquoi m’as-tu abandonné ? *
 
 
Le salut est loin de moi,
 
 
   loin des mots que je rugis.

 
3
Mon Dieu, j’appelle tout le jour,
 
 
   et tu ne réponds pas ; *
 
 
même la nuit,
 
 
   je n’ai pas de repos.

 
4
Toi, pourtant, tu es saint,
 
 
toi qui habites les hymnes d’Israël !
 
5
C’est en toi que nos pères espéraient,
 
 
ils espéraient et tu les délivrais.
 
6
Quand ils criaient vers toi, ils échappaient ;
 
 
en toi ils espéraient et n’étaient pas déçus.

 
7
Et moi, je suis un ver, pas un homme,
 
 
raillé par les gens, rejeté par le peuple.
 
8
Tous ceux qui me voient me bafouent,
 
 
ils ricanent et hochent la tête :
 
9
« Il comptait sur le Seigneur : qu’il le délivre !
 
 
Qu’il le sauve, puisqu’il est son ami ! »

 
10
C’est toi qui m’as tiré du ventre de ma mère,
 
 
qui m’a mis en sûreté entre ses bras.
 
11
À toi je fus confié dès ma naissance ;
 
 
dès le ventre de ma mère, tu es mon Dieu.

 
          ~

 
12
Ne sois pas loin : l’angoisse est proche,
 
 
je n’ai personne pour m’aider.
 
13
Des fauves nombreux me cernent,
 
 
des taureaux de Basan m’encerclent.
 
14
Des lions qui déchirent et rugissent
 
 
ouvrent leur gueule contre moi.

 
15
Je suis comme l’eau qui se répand,
 
 
tous mes membres se disloquent.
 
 
Mon cœur est comme la cire,
 
 
il fond au milieu de mes entrailles.
 
16
Ma vigueur a séché comme l’argile,
 
 
ma langue colle à mon palais.

 
 
Tu me mènes à la poussière de la mort. †

 
17
Oui, des chiens me cernent,
 
 
une bande de vauriens m’entoure.
 
 
Ils me percent les mains et les pieds ;
 
18
je peux compter tous mes os.

 
 
Ces gens me voient, ils me regardent. †
 
19
Ils partagent entre eux mes habits
 
 
et tirent au sort mon vêtement.

 
20
Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin :
 
 
ô ma force, viens vite à mon aide !
 
21
Préserve ma vie de l’épée,
 
 
arrache-moi aux griffes du chien ;
 
22
sauve-moi de la gueule du lion
 
 
et de la corne des buffles.

 
          ~

 
 
Tu m’as répondu ! †

Lectures du jour


Évangile selon Jean, Chap. 19, v. 31-42

31
 C'est le jour où on prépare le sabbat. Les chefs juifs ne veulent pas que les corps restent sur les croix pendant le sabbat. En effet, ce sabbat est un jour particulièrement important. Ils vont donc demander à Pilate: "Fais-leur casser les jambes et fais enlever les corps!"
32
 Les soldats viennent auprès des hommes mis en croix avec Jésus. Ils cassent les jambes du premier, puis celles du deuxième.
33
 Quand ils arrivent auprès de Jésus, ils voient qu'il est déjà mort. Alors ils ne lui cassent pas les jambes,
34
 mais un des soldats perce le côté de Jésus avec sa lance. Du sang et de l'eau en sortent aussitôt.
35
 Celui qui vous dit cela a été témoin de ce qui s'est passé, et son témoignage est vrai. Celui-là sait qu'il dit la vérité. De cette façon, vous aussi, vous pourrez croire.
36
 Tout cela est arrivé pour réaliser ce que les Livres Saints ont annoncé: "Aucun de ses os ne sera brisé."
37
 On lit aussi dans les Livres Saints: "Ils regarderont celui qu'ils ont transpercé."
38
 Joseph, de la ville d'Arimathée, était un disciple de Jésus, mais en secret. En effet, il avait peur des chefs juifs. Après la mort de Jésus, il va demander à Pilate la permission d'emporter son corps. Pilate est d'accord. Alors Joseph arrive et il emporte le corps de Jésus.
39
 Nicodème vient aussi. C'est lui qui était allé trouver Jésus pendant la nuit. Il apporte un mélange de myrrhe et d'autres parfums qui pèse environ 30 kilos.
40
 Joseph et Nicodème prennent le corps de Jésus. Ils l'enveloppent dans des bandes de tissu, en mettant le mélange de parfums. Chez les Juifs, c'est la coutume pour enterrer les morts.
41
 À l'endroit où on a cloué Jésus sur une croix, il y a un jardin. Dans ce jardin, il y a une tombe neuve, où on n'a jamais enterré personne.
42
 C'est le jour où les Juifs préparent le sabbat, et la tombe est toute proche. C'est pourquoi Joseph et Nicodème mettent Jésus dans cette tombe.

Commentaire

En Jésus-Christ, Dieu est faible.

Emballer tout cela dans de belles formules liturgiques? Nous révolter, rejeter ce Dieu capable de se taire devant tant d’ignominie? Pourquoi, que faire, que croire? Ces lignes qui devraient nourrir notre foi mettent plutôt en évidence nos questions et notre propre impuissance.
Il n’a rien dit, il est mort, on lui a percé le côté pour vérifier. Et le témoin dit: du sang et de l’eau ont coulé. Insupportable, disons-le, cela dépasse notre entendement d’hommes et de femmes aux pieds sur la terre, pris dans nos traditions et nos lois (y compris celle du plus fort), pris dans notre foi en un Dieu tout-puissant qui ne l’est sans doute pas.
En Jésus-Christ, Dieu est faible, anéanti, et il se laisse faire!
Mais, à bien relire, la source ne s’est pas tarie, même quand Jésus est mort: ce sang et cette eau donnent vie au témoin. Déjà la source passe de l’un, crucifié, à l’autre, bouleversé, tremblant, mais qui devient plus vivant et se met à parler.
De paroles en plumes à écrire – sans évoquer ici tous les moyens d’impression et de diffusion modernes – nous voilà nous aussi rejoints par cette source. Émus, dépassés mais inondés d’Amour et de cette Vie à laisser couler à travers nous, vers d’autres, vers les crucifiés de tous les Vendredis saints du monde.
Les questions restent, le cœur balbutie mais la source peut circuler par nous, nous prenant pour canaux, afin de témoigner d’un Amour qui libère et relève, de la vie pour tous, de la peur balayée et de la mort qui est morte!
Pas de réponse, mais une confiance fragile qui désaltère au jour le jour.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur notre Dieu,
nous savons que tu nous aimes sans mesure.
Tu n’as pas refusé de livrer ton Fils à la mort sur la croix,
mais l’as donné pour sauver le monde.
Aujourd’hui encore, montre-nous ton amour
et accorde-nous de suivre ton Fils Jésus Christ
dans le mystère de sa Pâque,
lui qui est béni pour les siècles des siècles.

Cantique 33-09 (du recueil Alléluia)

Qu'il est humble, mon Sauveur