Jeudi 1 Octobre 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 101 (100)

Par le chemin le plus parfait

 
1
Je chanterai justice et bonté : *
 
 
à toi mes hymnes, Seigneur !
 
2
J’irai par le chemin le plus parfait ; *
 
 
quand viendras-tu jusqu’à moi ?

 
 
Je marcherai d’un cœur parfait
 
 
   avec ceux de ma maison ; *
 
3
je n’aurai pas même un regard
 
 
   pour les pratiques démoniaques.

 
 
Je haïrai l’action du traître
 
 
   qui n’aura sur moi nulle prise ; *
 
4
loin de moi, le cœur tortueux !
 
 
   Le méchant, je ne veux pas le connaître.

 
5
Qui dénigre en secret son prochain,
 
 
   je le réduirai au silence ; *
 
 
le regard hautain, le cœur ambitieux,
 
 
   je ne peux les tolérer.

 
6
Mes yeux distinguent les hommes sûrs du pays :
 
 
   ils siègeront à mes côtés ; *
 
 
qui se conduira parfaitement
 
 
   celui-là me servira.

 
7
Pas de siège, parmi ceux de ma maison,
 
 
   pour qui se livre à la fraude ; *
 
 
impossible à qui profère le mensonge
 
 
   de tenir sous mon regard.

 
8
Chaque matin, je réduirai au silence
 
 
   tous les coupables du pays, *
 
 
pour extirper de la ville du Seigneur
 
 
   tous les auteurs de crimes.

Lectures du jour

Commentaire

L’ouverture d’un passage.

Il s’agit de reprendre la route!
Sur ordre de Dieu, Moïse lève son bâton, étend la main et la mer se fend en deux.
Le verbe «fendre» rappelle le thème biblique de la création du monde dans la Genèse. Dans le psaume 136, au verset 13, le nom de la mer Rouge est cité, non d’abord pour la localiser, mais pour montrer l’importance de l’action divine. L’effet est spécial, un peu comme au cinéma!
Les images des «Dix Commandements» de la Paramount sont récurrentes depuis 1956: Cecil B. DeMille matérialise les murailles d’eau du psaume 78,13.
Faut-il pour autant se débarrasser de ces représentations?
Le texte explique le phénomène: arrivé opportunément, un fort vent d’Est creuse la surface d’une mer de roseaux ou de joncs, «yam suph», mots hébreux qui ne désignent pas nécessairement la mer Rouge.
Sans trucage cinéma, le miracle se produit à point nommé, même s’il est avant tout ‘gonflé’ par l’enthousiasme de la tradition orale qui véhicule ce fait providentiel: dans le delta marécageux du Nil, en effet, les eaux, sous l’effet des marées, se retirent puis reviennent – encore fallait-il que cela se passât au moment où les fuyards étaient forcés de se jeter à l’eau pour échapper à leurs poursuivants! C’est ce coup de la chance vécu comme un haut fait de la délivrance divine qui a marqué la mémoire et la conscience d’Israël.
La stratégie de l’Alliance n’en a pas fini d’appuyer Israël!
Protection verticale, la colonne de nuée se place à l’arrière de la colonne humaine qui progresse dans le lit de la mer. La nuit, Dieu est présent dans la colonne de feu. Le passage est ouvert. Pour Israël c’est le salut, mais pas pour les poursuivants qui s’enlisent avec leurs chars. La confusion a changé de camp.
La mer se referme alors sur l’armée de Pharaon, anéantissant la force totalitaire.
La tradition chrétienne verra le passage au travers des eaux comme une image du baptême.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu tout-puissant,
tu as conduit ton peuple d’Israël
à travers les flots de la mer
et tu l’as délivré de son oppresseur.
Nous t’en prions,
qu’en passant à travers les eaux du baptême
et de la régénération,
tous les peuples soient sauvés,
et que le monde entier parvienne ainsi
à la gloire de ton règne,
par Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 34 A (du recueil Alléluia)

Béni sois-tu, Seigneur