mercredi 01 avril 2015

Temps

Semaine Sainte

Semaine

Mercredi saint

Complément

Une erreur s'est produite lors du chargement du psaume.

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 53, v. 2-9

2
Devant le Seigneur, le serviteur a grandi comme une petite plante, comme une racine qui sort d'une terre sèche. Il n'avait ni la beauté ni le prestige qui attirent les regards. Son apparence n'avait rien pour nous plaire.
2
 Devant le Seigneur, le serviteur a grandi comme une petite plante, comme une racine qui sort d'une terre sèche. Il n'avait ni la beauté ni le prestige qui attirent les regards. Son apparence n'avait rien pour nous plaire.
3
Tout le monde le méprisait et l'évitait. C'était un homme qui souffrait, habitué à la douleur. Il était comme quelqu'un que personne ne veut regarder. Nous le méprisions, nous le comptions pour rien.
3
 Tout le monde le méprisait et l'évitait. C'était un homme qui souffrait, habitué à la douleur. Il était comme quelqu'un que personne ne veut regarder. Nous le méprisions, nous le comptions pour rien.
4
Pourtant, ce sont nos maladies qu'il supportait, c'est de notre souffrance qu'il s'était chargé. Et nous, nous pensions : c'est Dieu qui le punit de cette façon, c'est Dieu qui le frappe et l'abaisse.
4
 Pourtant, ce sont nos maladies qu'il supportait, c'est de notre souffrance qu'il s'était chargé. Et nous, nous pensions: c'est Dieu qui le punit de cette façon, c'est Dieu qui le frappe et l'abaisse.
5
Mais il était blessé à cause de nos fautes, il était écrasé à cause de nos péchés. La punition qui nous donne la paix est tombée sur lui. Et c'est par ses blessures que nous sommes guéris.
5
 Mais il était blessé à cause de nos fautes, il était écrasé à cause de nos péchés. La punition qui nous donne la paix est tombée sur lui. Et c'est par ses blessures que nous sommes guéris.
6
Nous étions tous comme des moutons perdus, chacun suivait son propre chemin. Et le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous.
6
 Nous étions tous comme des moutons perdus, chacun suivait son propre chemin. Et le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous.
7
On l'a fait souffrir, mais lui, il a accepté cela, il a gardé le silence. Comme un agneau qu'on mène à l'abattoir, comme un mouton qui ne crie pas quand on lui coupe sa laine, il a gardé le silence.
7
 On l'a fait souffrir, mais lui, il a accepté cela, il a gardé le silence. Comme un agneau qu'on mène à l'abattoir, comme un mouton qui ne crie pas quand on lui coupe sa laine, il a gardé le silence.
8
On l'a arrêté, jugé, puis supprimé. Mais qui a fait attention à ce qui lui arrivait ? Oui, on l'a enlevé du monde des vivants. Il a été frappé à mort à cause des fautes de son peuple.
8
 On l'a arrêté, jugé, puis supprimé. Mais qui a fait attention à ce qui lui arrivait? Oui, on l'a enlevé du monde des vivants. Il a été frappé à mort à cause des fautes de son peuple.
9
Il a été enterré avec les gens mauvais. Sa tombe est avec les riches. Pourtant, il n'avait rien fait de mal et il n'avait jamais trompé personne.
9
 Il a été enterré avec les gens mauvais. Sa tombe est avec les riches. Pourtant, il n'avait rien fait de mal et il n'avait jamais trompé personne.

Commentaire

Ce Serviteur de Dieu

Ce Serviteur de Dieu représente le plus extraordinaire défi de compréhension que nous lance l'auteur fabuleux des chap. 40-55. N'imaginez pas une sorte de prédiction à la Nostradamus, si Christ se trouve ainsi désigné plusieurs siècles à l'avance. Ces "chants du Serviteur" sont la résultante de plusieurs éléments:
a) une réflexion aiguë sur le destin de prophète, qui oscille de l'annonce du jugement à celle du salut et suppose à la fois une solidarité pleine avec le peuple et une solitude douloureuse;
b) la nécessité découverte à Babylone, au contact d'autres dieux, de redire et défendre l'universalité et la prééminence de Dieu;
c) la mise en question de ce Dieu au travers du drame de l'Exil et de la découverte de ces autres dieux séduisants.
Ayant élargi sa vision aux dimensions de l'humanité, le prophète a entrevu avec une lucidité douloureuse le "destin" de Dieu et des hommes: l'homme tenté par la révolte et la mise en question de son Dieu (comme Israël à Babylone), par un orgueil destructeur de toute foi, générateur d'autosuffisance (l'exemple babylonien?), ou par une indifférence diffuse (Dieu règne-t-il vraiment?). Dieu tenu de parler de plus en plus fort pour se faire entendre, de venir lui-même à la place de ses prophètes, quitte à assumer une folle vulnérabilité, quitte à se mettre à la merci des hommes, de leur mépris.

Oraison

Dieu éternel et tout-puissant,
dans ta tendresse pour le genre humain,
tu as envoyé ton Fils prendre notre nature
et souffrir la mort de la croix.
De grâce, accorde-nous, à l’exemple de sa grande humilité,
de le suivre dans la voie de la souffrance
et de partager aussi sa résurrection.
Par Jésus Christ notre Seigneur,
qui vit et règne avec toi et le Saint-Esprit,
un seul Dieu dans les siècles des siècles.

Cantique 33-05 (du recueil Alléluia)

Agneau de Dieu...