mardi 19 mars 2019

Temps

Temps du carême

Semaine

Mardi de la deuxième semaine

Complément

Psaume

Psaume 87 (86)

En toi, ville de Dieu, toutes nos sources

 
1
Elle est fondée sur les montagnes saintes. †

 
2
Le Seigneur aime les portes de Sion *
 
 
plus que toutes les demeures de Jacob.

 
3
Pour ta gloire on parle de toi,
 
 
   ville de Dieu ! *
 
4
« Je cite l’Égypte et Babylone
 
 
   entre celles qui me connaissent. »

 
 
Voyez Tyr, la Philistie, l’Éthiopie :
 
 
   chacune est née là-bas. *
 
5
Mais on appelle Sion : « Ma mère ! »
 
 
   car en elle, tout homme est né.

 
 
C’est lui, le Très-Haut, qui la maintient. †

 
6
Au registre des peuples, le Seigneur écrit :
 
 
   « Chacun est né là-bas. » *
 
7
Tous ensemble ils dansent, et ils chantent :
 
 
   « En toi, toutes nos sources ! »

Lectures du jour


Livre de Jérémie, Chap. 7, v. 12-19

12
Allez donc au lieu saint que j'avais à Silo. Autrefois, j'habitais là. Voyez ce que j'en ai fait, à cause de la méchanceté d'Israël, mon peuple.
13
Eh bien, moi, le Seigneur, je le déclare : vous avez agi aussi mal que lui. J'ai passé mon temps à vous avertir, et vous n'avez pas écouté. Je vous ai appelés, et vous n'avez pas répondu.
14
Vous mettez votre confiance dans ce temple. Il m'est consacré, et je vous l'ai donné, à vous et à vos ancêtres. Eh bien, je vais le traiter comme j'ai traité le lieu saint de Silo.
15
Et vous, je vous rejetterai loin de moi comme j'ai rejeté vos frères, les gens d'Éfraïm. "
16
Toi, Jérémie, ne me demande rien pour ce peuple. Ne fais monter vers moi aucune prière, aucun cri en leur faveur. N'insiste pas auprès de moi, je ne t'écouterai pas.
17
Tu ne vois donc pas ce qu'ils font dans les villes de Juda et dans les rues de Jérusalem ?
18
Les enfants ramassent du bois, les pères allument le feu, les femmes préparent la pâte et font des gâteaux pour la Reine du ciel. Puis ils me mettent en colère en offrant du vin à des dieux étrangers. "
19
Le Seigneur déclare : " Est-ce à moi qu'ils font du mal ? Non, c'est à eux-mêmes, et ils devraient avoir honte. "

Commentaire

Quand Dieu se bouche les oreilles …

« Toi, Jérémie, ne m’adresse aucune demande en faveur de ce peuple. »
Interdiction d’intercéder !
Ceci indique d’abord que l’intercession était habituelle et naturelle à Jérémie en tant que prophète. Il ne faut pas croire que ceux-ci sont des professionnels de la menace et des oracles noirs. Son cœur de patriote et de croyant le poussait constamment à prier pour que son peuple soit sauvé. Mais n’y a-t-il pas des moments où, en présence de la sainteté de Dieu bafouée, l’indignation doit l’emporter ?
Le reproche porte sur le culte idolâtre de la « reine du ciel » (18), la déesse babylonienne Ishtar ou l’Astarté des Cananéens, dont le culte correspondra plus tard à celui rendu à la Vénus romaine. Il pointe autant l’inconduite sexuelle dont ces cérémonies sont le cadre que l’adultère spirituel qu’elles sous-tendent : l’époux, le « sponsor » d’Israël, c’est Dieu, dispensateur de la fertilité végétale, animale et humaine, garanties de subsistance et de pérennité. Chercher ailleurs est une insulte.
Comment aujourd’hui recevoir ces invectives divines ?
Pas facile de se sentir concerné !
Dieu est implacable dans le diagnostic posé sur son peuple : ce peuple tourné vers d’autres dieux, buté, incapable d’entendre et de changer quoi que ce soit. Inutile donc que Jérémie intercède pour eux.
Cette dureté de Dieu surprend les croyants que nous sommes, convaincus de la bonté et de la patience divines, certes ! Mais elle montre à quel point Dieu peut se décourager devant l’attitude de son peuple – comme nous aussi parfois : dans des situations délicates, ne nous arrive-t-il pas aussi de ne plus pouvoir vraiment espérer un changement ?
En même temps, Dieu, s’il parle sous le coup de la déception et de la colère, ne cesse tout au long du livre de Jérémie, de chercher et d’attendre que son peuple l’écoute enfin, pour son bonheur… A côté de son désespoir subsiste une flamme d’espérance envers et contre tout.

Sujets de prière

Oraison

Dieu tout-puissant,
dans le mystère de l’incarnation de ton Fils,
c’est ton amour que nous adorons.
Permets, nous t’en prions,
que dans la communion de Celui qui s’est fait homme
et qui pour nous s’est rendu obéissant
jusqu’à la mort de la croix,
nous soyons recréés à ton image
et devenions ainsi pour toujours tes enfants,
retrouvés et réconciliés;
par lui, Jésus-Christ, notre Seigneur,
qui maintenant vit et règne avec toi, Père,
dans l’unité du Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles.