mardi 19 mai 2020

Temps

Temps de Pâques

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 147b (147), 12-20

Pas un peuple qu’il ait ainsi traité

 
12
   Glorifie le Seigneur, Jérusalem !
 
 
   Célèbre ton Dieu, ô Sion !

 
13
Il a consolidé les barres de tes portes,
 
 
dans tes murs il a béni tes enfants ;
 
14
il fait régner la paix à tes frontières,
 
 
et d’un pain de froment te rassasie.

 
15
Il envoie sa parole sur la terre :
 
 
rapide, son verbe la parcourt.
 
16
Il étale une toison de neige,
 
 
il sème une poussière de givre.

 
17
Il jette à poignées des glaçons ;
 
 
devant ce froid, qui pourrait tenir ?
 
18
Il envoie sa parole : survient le dégel ;
 
 
il répand son souffle : les eaux coulent.

 
19
Il révèle sa parole à Jacob,
 
 
ses volontés et ses lois à Israël.
 
20
Pas un peuple qu’il ait ainsi traité ;
 
 
nul autre n’a connu ses volontés.

 
 
      Alléluia !

Lectures du jour


Épître aux Hébreux, Chap. 9, v. 15-28

15
 C'est pourquoi le Christ est l'intermédiaire pour une alliance nouvelle, un testament nouveau. Il est mort pour libérer les êtres humains des fautes commises quand ils étaient soumis à la première alliance. Alors ceux que Dieu a appelés peuvent recevoir les biens qu'il a promis et qui durent toujours.
16
 Quand il y a un testament, il faut prouver la mort de celui qui l'a fait.
17
 En effet, un testament est valable seulement après la mort. Quand celui qui l'a fait vit encore, le testament n'a pas de valeur.
18
 C'est pourquoi, même la première alliance a dû commencer avec le sang.
19
 Devant tout le peuple, Moïse a lu d'abord tous les commandements, comme on les trouve dans la loi. Puis, il a pris le sang des jeunes taureaux et des boucs, avec de l'eau. Ensuite, il a lancé des gouttes de sang sur le livre de la loi et sur tout le peuple avec une branche d'hysope et avec de la laine rouge.
20
 Et il a dit: "Ceci est le sang de l'alliance que Dieu vous commande de respecter."
21
 Puis, de la même façon, il a lancé du sang sur la tente et sur tous les objets utilisés pour le service de Dieu.
22
 D'après la loi, presque tout devient pur avec le sang. Mais si on ne répand pas de sang, les péchés ne sont pas pardonnés.
23
 Si on doit purifier ainsi les copies de ce qui est dans les cieux, alors ce qui est dans les cieux a besoin de sacrifices bien meilleurs.
24
 En effet, le Christ n'est pas entré dans un temple fait par des mains humaines, ce temple-là est seulement la copie du vrai lieu saint. Mais c'est dans le ciel même que le Christ est entré où il se présente maintenant en notre faveur devant Dieu.
25
 Chaque année, le grand-prêtre juif entre dans le lieu très saint avec du sang qui n'est pas le sien. Mais le Christ, lui, n'est pas entré dans le ciel pour s'offrir plusieurs fois.
26
 Sinon, il aurait dû souffrir plusieurs fois depuis la création du monde. En fait, maintenant, en ces temps qui sont les derniers, le Christ s'est montré une fois pour toutes. De cette façon, il a détruit le péché en s'offrant lui-même en sacrifice.
27
 Les êtres humains meurent une seule fois, ensuite Dieu les juge.
28
 De même, le Christ s'est offert en sacrifice une fois pour toutes, pour enlever les péchés d'un grand nombre de personnes. Il se montrera une deuxième fois, non plus pour enlever le péché, mais pour sauver ceux qui l'attendent.

Commentaire

Le sang de l’alliance

Le mot «testament» correspond au grec «diathékè»: contrat, convention, testament, traduit en latin par «testamentum»: témoignage, testament. En grec toutefois, le mot a un sens plus large qu’en latin: celui d’alliance.
Pour la première alliance, la signature est celle du sang des sacrifices. Les paroles de Moïse le rappellent: «ceci est le sang de l'alliance que Dieu a ordonnée pour vous». Ces mots sont repris par Jésus, modifiés en vue d’une nouvelle alliance: «Ceci est mon sang, le sang de l’alliance, versé pour vous.» Le rite du sang se veut purificateur: à terre, le sang répandu, c’est la mort, mais le sang qui circule, c’est la vie. L’image du sang, fruit de la vigne, transforme le contenu du sacrifice en action de grâce, qui en grec se dit «eu-charistie». La coupe de la Cène est eucharistique. Le souvenir devient un «mémorial»: ce terme exprime une transposition du passé et de l’avenir qui, par la foi, se rencontrent dans le présent du rite ou de la prière.
On constate dans cette lettre l’influence de la culture grecque tardive: le monde des réalités célestes se superpose à celui, terrestre, que la main de l’homme travaille et modifie. Pour être compris de son public cible – des Israélites ayant intégré la culture grecque et en passe d’accueillir le message de l’Evangile – l’auteur de l’épître place le sanctuaire dans le ciel, à la manière des «idées» dans la philosophie de Platon.
Ces croyants qui hésitent, il s’agit de les convaincre de la supériorité de la Nouvelle alliance sur l’Ancienne. En usant de l’argument suivant: alors que les grands-prêtres israélites – des hommes avec leurs faiblesses – doivent reprendre sans cesse l’œuvre de purification, le Christ, grand-prêtre parfait venu d’en haut, à la fois prêtre et victime, enlève les péchés de tous «une fois pour toutes».

Sujets de prière

Oraison

O Dieu,
par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts,
tu nous as délivré de la domination des ténèbres
pour nous introduire dans la clarté de ton Royaume.
Fais-nous la grâce de demeurer toujours
dans la communion de ton Fils;
que sa présence nous maintienne
dans la paix et dans la joie
qu’il nous a obtenues par son sacrifice,
lui qui est béni pour les siècles des siècles.

 

Cantique 45-15 (du recueil Alléluia)

Que ne puis-je, ô mon Dieu... ?