samedi 19 mai 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi de la septième semaine

Complément

Psaume

Psaume 104 (103), 1-23

Quelle profusion dans tes œuvres !

 
1
Bénis le Seigneur, ô mon âme ;
 
 
Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
 
 
Revêtu de magnificence,
 
2
tu as pour manteau la lumière !

 
 
Comme une tenture, tu déploies les cieux,
 
3
tu élèves dans leurs eaux tes demeures ;
 
 
des nuées, tu te fais un char,
 
 
tu t’avances sur les ailes du vent ;
 
4
tu prends les vents pour messagers,
 
 
pour serviteurs, les flammes des éclairs.

 
5
Tu as donné son assise à la terre :
 
 
qu’elle reste inébranlable au cours des temps.
 
6
Tu l’as vêtue de l’abîme des mers :
 
 
les eaux couvraient même les montagnes ;
 
7
à ta menace, elles prennent la fuite,
 
 
effrayées par le tonnerre de ta voix.

 
8
Elles passent les montagnes, se ruent dans les vallées
 
 
vers le lieu que tu leur as préparé.
 
9
Tu leur imposes la limite à ne pas franchir :
 
 
qu’elles ne reviennent jamais couvrir la terre.

 
10
Dans les ravins tu fais jaillir des sources
 
 
et l’eau chemine aux creux des montagnes ;
 
11
elle abreuve les bêtes des champs :
 
 
l’âne sauvage y calme sa soif ;
 
12
les oiseaux séjournent près d’elle :
 
 
dans le feuillage on entend leurs cris.

 
          ~

 
13
De tes demeures tu abreuves les montagnes,
 
 
et la terre se rassasie du fruit de tes œuvres ;
 
14
tu fais pousser les prairies pour les troupeaux,
 
 
et les champs pour l’homme qui travaille.

 
 
De la terre il tire son pain :
 
15
le vin qui réjouit le cœur de l’homme,
 
 
l’huile qui adoucit son visage,
 
 
et le pain qui fortifie le cœur de l’homme.

 
16
Les arbres du Seigneur se rassasient,
 
 
les cèdres qu’il a plantés au Liban ;
 
17
c’est là que vient nicher le passereau,
 
 
et la cigogne a sa maison dans les cyprès ;
 
18
aux chamois, les hautes montagnes,
 
 
aux marmottes, l’abri des rochers.

 
19
Tu fis la lune qui marque les temps
 
 
et le soleil qui connaît l’heure de son coucher.
 
20
Tu fais descendre les ténèbres, la nuit vient :
 
 
les animaux dans la forêt s’éveillent ;
 
21
le lionceau rugit vers sa proie,
 
 
il réclame à Dieu sa nourriture.

 
22
Quand paraît le soleil, ils se retirent :
 
 
chacun gagne son repaire.
 
23
L’homme sort pour son ouvrage,
 
 
pour son travail, jusqu’au soir.

 
          ~

Lectures du jour


Évangile selon Jean, Chap. 17, v. 20-26

20
Je ne prie pas seulement pour mes disciples. Je prie aussi pour ceux qui croiront en moi à cause de leur parole.
21
Que tous soient un ! Père, tu vis en moi et je vis en toi. De la même façon, que tous soient un en nous, ainsi le monde croira que tu m'as envoyé.
22
Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée. Alors ils seront un, comme nous sommes un,
23
moi en eux et toi en moi, ainsi ils seront parfaitement un. Alors le monde saura que tu m'as envoyé, et que tu les aimes comme tu m'aimes.
24
Père, tu me les as donnés. Je veux qu'ils soient, eux aussi, avec moi, là où je vais. De cette façon, ils verront ma gloire, la gloire que tu m'as donnée. En effet, tu m'as aimé avant la création du monde.
25
Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi, je t'ai connu, et mes disciples ont reconnu que tu m'as envoyé.
26
Je leur ai fait connaître ton nom et je vais encore te faire connaître à eux. Ainsi, l'amour que tu as pour moi sera en eux, et moi aussi, je serai en eux. "

Commentaire

Afin que le monde croie

Unité : un mot porteur de beaucoup de fantasmes … qui divisent ! L’unité parfaite ne peut être que celle du Père et du Fils.
Et le Fils prie le Père de donner la même nature et perfection d’unité, tant à ceux qui croient en lui au moment où il parle qu’à ceux qui, dans l’avenir immédiat et lointain, croiront en lui grâce à leur témoignage.

Uns, unis mais pas uniformes ! Père et Fils restent bien distincts, même s’ils demeurent l’un en l’autre. Unité de vues, de projets, de chemins. Unité comme amitié : faite de tendresse, de respect, de soutien et de confiance mutuels.
On pourrait évoquer cette peinture dans le chœur de l’église de Saint-Jean-Cour, Lausanne, qui derrière le Christ en croix fait figurer en ombre Dieu le Père qui lui soutient les mains et l’encourage, souffrant avec lui. Théologie et peinture se soutiennent dans l’audace de l’indicible. A chacun(e) de nous de penser ce mystère.

Par la prière du Christ et sa présence en eux, les croyants vont tendre vers cette unité-là. Je dis : « tendre », comme tendresse et comme tension … Parce que je sais les aléas de l’histoire de la chrétienté, les rivalités, les heurts théologiques entre communautés, et, quand ce ne sont pas les guerres fratricides entre confessions, les déchirements et mesquineries à l’intérieur des communautés mêmes.
Chaque communauté, chaque membre doit pourtant faire son propre chemin avec et en Dieu.
Au-delà de nos différences pourtant, l’objectif que le Christ nous assigne et notre aspiration qui rejoint sa prière est bien l’unité, la mise en commun de toutes nos différences dans la construction de la maison spirituelle où ceux qui professent la foi au même Seigneur pourront se rassembler. « Afin que l’amour dont tu m’as aimé, Père, soit en eux comme moi je suis en eux. »

Sujets de prière

Oraison

Dieu éternel et tout-puissant,
toi qui nous as fait renaître par le baptême
et qui nous as donné ta propre vie,
nous t’en prions,
conduis-nous pour que nous parvenions à la gloire de ton Royaume,
par le Christ, notre Seigneur.

Cantique 36-20 (du recueil Alléluia)

Parmi les hommes répandus