samedi 18 novembre 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 19a (18a), 2-7

Les cieux proclament la gloire de Dieu

 
2
Les cieux proclament la gloire de Dieu,
 
 
le firmament raconte l’ouvrage de ses mains.
 
3
Le jour au jour en livre le récit
 
 
et la nuit à la nuit en donne connaissance.

 
4
Pas de paroles dans ce récit,
 
 
pas de voix qui s’entende ;
 
5
mais sur toute la terre en paraît le message
 
 
et la nouvelle, aux limites du monde.

 
 
Là, se trouve la demeure du soleil : †
 
6
tel un époux, il paraît hors de sa tente,
 
 
il s’élance en conquérant joyeux.

 
7
Il paraît où commence le ciel, †
 
 
il s’en va jusqu’où le ciel s’achève :
 
 
rien n’échappe à son ardeur.

Lectures du jour


Évangile selon Luc, Chap. 17, v. 22-37

22
 Ensuite Jésus dit à ses disciples: "Le moment va venir où vous désirerez voir le Fils de l'homme au moins pendant un jour, et vous ne le verrez pas.
23
 Des gens vous diront: "Il est là-bas" ou: "Il est ici", mais n'y allez pas, n'y courez pas.
24
 En effet, le jour où le Fils de l'homme viendra, ce sera comme l'éclair. Il apparaît tout à coup, et sa lumière va d'un bout du ciel à l'autre.
25
 Mais il faut d'abord que le Fils de l'homme souffre beaucoup, et que les gens d'aujourd'hui le rejettent.
26
 Le jour où le Fils de l'homme viendra, il se passera la même chose qu'au temps de Noé.
27
 Les gens mangeaient, buvaient, ils se mariaient ou donnaient leurs filles en mariage. Puis Noé est entré dans le bateau, il y a eu une grande inondation, et tous ces gens sont morts.
28
 Ou bien il se passera la même chose qu'au temps de Loth. Les gens mangeaient et buvaient, achetaient et vendaient, plantaient et construisaient.
29
 Mais le jour où Loth a quitté Sodome, Dieu a fait tomber du ciel une pluie de feu et de poussière brûlante, et tous ces gens sont morts.
30
 Le jour où le Fils de l'homme apparaîtra, il se passera la même chose.
31
 "Ce jour-là, celui qui sera sur la terrasse ne devra pas descendre pour aller chercher ses affaires dans sa maison. Et celui qui sera dans son champ ne devra pas retourner chez lui.
32
 Rappelez-vous la femme de Loth.
33
 Celui qui cherche à garder sa vie la perdra. Celui qui perd sa vie la conservera.
34
 Oui, je vous le dis: cette nuit-là, deux personnes seront sur le même lit. On prendra l'une et on laissera l'autre.
35
 Deux femmes seront en train d'écraser du grain ensemble. On prendra l'une et on laissera l'autre.
36
 []"
37
 Les disciples demandent à Jésus: "Seigneur, cela se passera à quel endroit?" Il leur répond: "Là où il y aura le cadavre, les charognards se rassemblerontg."

Commentaire

Pourrais-tu parler en clair, Seigneur ?

C'est chaque fois la même chose ! On a beau le presser, Jésus reste allusif, paradoxal, abscons, aussi clair qu'une nuit sans lune. Depuis le temps, on aurait dû comprendre. Mais non ! Il s'en trouve toujours pour vous faire des plans, vous déballer un calendrier, vous infliger une apocalypse de circonstance.
Du texte, il me vient le mot « surprise » : pour dire sans le dire, Jésus emploie des images suggestives qui toutes pointent vers l'effet de surprise, vers l'impréparable, l'inprogrammable, l'inagendable – c'en est à tel point que ces mots, s’ils n'existent pas, sont composés pour l'occasion.
D'évocation en paradoxe, Jésus surfe sur la question de la fin, répond sans répondre, essaie de nous faire comprendre que cette réponse, en somme, est un peu vaine: « Le règne de Dieu ne vient pas comme un fait observable », on ne peut l'épier. Il ne va pas « arriver »… car il est déjà là ! Dieu est déjà proche.
Dans l'environnement socioreligieux du premier siècle, la phrase n'est pas moins scandaleuse qu'aujourd'hui. Et c'est une réalité spirituelle tellement difficile à concevoir qu'elle vient frustrer l'attente d'autre chose – plus concret, plus visible, plus grandiose; moins minable que du déjà là, en somme. La « surprise », c'est que l'Evangile paraisse minable, alors qu'en fait, il est une fulgurance pour qui veut bien voir sans se précipiter.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu, au jour que tu as fixé, ton Fils viendra dans sa gloire; fais-nous la grâce d’être de ceux qui veillent, de ceux qui te confessent en paroles et en actes; réveille-nous de notre torpeur, et puisque tu dis ta Parole puissante toujours à nouveau, accorde-nous de l’entendre maintenant, toi qui es béni aux siècles des siècles.

Cantique 31-23 (du recueil Alléluia)

Jour de grâce