vendredi 18 novembre 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 142 (141)

Personne qui pense à moi

 
2
À pleine voix, je crie vers le Seigneur !
 
 
À pleine voix, je supplie le Seigneur !
 
3
Je répands devant lui ma plainte,
 
 
devant lui, je dis ma détresse.

 
4
Lorsque le souffle me manque,
 
 
   toi, tu sais mon chemin. *
 
 
Sur le sentier où j’avance,
 
 
   un piège m’est tendu.

 
5
Regarde à mes côtés, et vois :
 
 
   personne qui me connaisse ! *
 
 
Pour moi, il n’est plus de refuge :
 
 
   personne qui pense à moi !

 
6
   J’ai crié vers toi, Seigneur ! *
 
 
J’ai dit : « Tu es mon abri,
 
 
   ma part, sur la terre des vivants. »

 
7
Sois attentif à mes appels :
 
 
   je suis réduit à rien ; *
 
 
délivre-moi de ceux qui me poursuivent :
 
 
   ils sont plus forts que moi.

 
8
Tire-moi de la prison où je suis,
 
 
   que je rende grâce à ton nom. *
 
 
Autour de moi, les justes feront cercle
 
 
   pour le bien que tu m’as fait.

Lectures du jour

Commentaire

La femme, l’Agneau et le dragon

Revenons d’abord sur les v. 1 à 6 : dès les Pères de l’Eglise, on a reconnu en cette femme le peuple messianique et le dépôt que Dieu lui confie. Astrale et fragile … pourtant le texte parle d’un « grand signe ». Elle se prépare à enfanter le Messie.
Le scénario emprunte largement aux mythologies babyloniennes, mais prend une orientation résolument historique, dans la ligne de l’Ancien Testament lu à la lumière de l’évènement Jésus-Christ.
Le v. 3 fait entrer en scène le Calomniateur. Il attend. Incapable de création, il ne peut que détruire. Mais son action reste soumise au plan de salut divin. Ne nous perdons pas à interpréter les détails de son anatomie baroque. Tel qu’il se déroule, ce drame est une projection dans le ciel de ce qui se passe sur la terre, en Palestine, dans la crèche de Bethlehem, sur le Golgotha, sur la colline de l’Ascension avec les disciples médusés. Contraste entre la précarité des débuts et la gloire donnée en finale.

Le désert ! … lieu hostile, mais préparé par Dieu, en marge du monde mais partie de celui-ci. Une retraite d’épreuve (3 ans ½, la moitié de sept, donc une totalité massivement amputée) pour la femme et le Fils. La victoire est promise à la fidélité, déjà présente dans l’espérance. Il s’agit de tenir jusqu’à sa manifestation complète. Même marginalisée, l’Eglise garde sa mission dans et pour le monde, munie de ce que celui-ci ne peut lui donner et qu’il s’obstine à refuser lorsqu’elle le lui offre ; on pense au Prologue de l’Evangile de Jean.
« Des ailes d’aigle » (14)… Encore un clin d’œil de l’Ancien Testament (Ex 19,4) pour rappeler comment Dieu a porté l’histoire de son peuple et l’a conduit jusqu’à lui.

Sujets de prière

Oraison

O Dieu,
ton Fils bien-aimé est venu dans le monde
pour détruire les œuvres de Satan
et faire de nous tes enfants,
héritiers de la vie éternelle.
Puisque nous avons cette espérance,
accorde-nous d’être purifiés à son image,
afin qu’à son retour dans la gloire
nous lui soyons semblables éternellement
dans le royaume.
Lui qui vit et règne avec toi et le Saint-Esprit,
dans les siècles des siècles.

Cantique 33-02 (du recueil Alléluia)

Voici l'annonce du salut