samedi 18 juillet 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 119 (118), 41-48

De quel amour j’aime ta loi !

41
Que vienne à moi, Seigneur, ton amour,
 
 et ton salut, selon ta promesse.
42
J’aurai pour qui m’insulte une réponse,
 
 car je m’appuie sur ta parole.
43
N’ôte pas de ma bouche la parole de vérité,
 
 car j’espère tes décisions.
44
J’observerai sans relâche ta loi,
 
 toujours et à jamais.
45
Je marcherai librement,
 
 car je cherche tes préceptes.
46
Devant les rois je parlerai de tes exigences
 
 et ne serai pas humilié.
47
Je trouve mon plaisir en tes volontés,
 
 oui, vraiment, je les aime.
48
Je tends les mains vers tes volontés, je les aime,
 
 je médite sur tes ordres.

Lectures du jour


Évangile selon Marc, Chap. 4, v. 10-20

10
 Quand Jésus est loin de la foule, les douze apôtres et ceux qui sont avec Jésus lui demandent: "Pourquoi est-ce que tu utilises des comparaisons?"
11
 Jésus leur répond: "Dieu vous donne, à vous, la vérité cachée du Royaume de Dieu, mais les autres gens entendent seulement les comparaisons.
12
 Ainsi, "ils regardent, mais ils ne voient pas. Ils entendent, mais ils ne comprennent pas. S'ils comprenaient, ils se tourneraient vers Dieu, et Dieu leur pardonnerait.""
13
 Ensuite, Jésus dit à ceux qui sont là: "Vous ne comprenez pas l'histoire du semeur? Alors, comment allez-vous comprendre toutes les histoires qui parlent du Royaume?
14
 Le semeur sème la parole de Dieu.
15
 Certaines graines sont tombées au bord du chemin. Le bord du chemin, ce sont les gens qui entendent la Parole. Mais Satan arrive tout de suite et il enlève la Parole semée dans leur cœur.
16
 D'autres graines sont tombées dans les pierres. Le sol plein de pierres, ce sont les gens qui entendent la Parole, et qui la reçoivent aussitôt avec joie.
17
 Mais la Parole n'a pas de racines en eux, ils changent facilement d'avis. Ensuite, quand il y a une difficulté, ou quand on veut les faire souffrir à cause de la Parole, ils abandonnent tout de suite.
18
 D'autres graines sont tombées au milieu des plantes épineuses. Le sol couvert de plantes épineuses, ce sont les gens qui entendent la Parole,
19
 mais qui s'inquiètent pour les choses de ce monde. Ils cherchent de fausses richesses et ils ont beaucoup d'autres désirs. À cause de cela, la Parole est étouffée, et elle ne produit rien.
20
 D'autres graines sont tombées dans la bonne terre. La bonne terre, ce sont les gens qui entendent la Parole et qui la reçoivent. Ils donnent des fruits: les uns 30, d'autres 60, d'autres 100!"

Commentaire

À bon entendeur, salut!

Les théories de la communication ne sont pas très engageantes: entre ce que je pense et ce que je veux dire; ce que je crois dire et ce que je dis; ce que vous entendez ou ce que vous voulez entendre – ou non; ce que vous croyez comprendre et ce que vous voulez comprendre… il y a au moins neuf possibilités de ne pas s'entendre!
Dès lors ce qui compte, c'est moins la justesse des mots choisis avec soin, que l'écho existentiel qu'ils provoquent.
Ainsi en va-t-il des paraboles de Jésus, ces évocations décalées, parfois drolatiques de la vie quotidienne, qui portent le regard plus loin, vers la présence mystérieuse de Dieu.
Et voilà que, pour certains, elles restent… paraboles, petites histoires gentilles, quelque peu superficielles, juste bonnes pour les gamins!
Eh bien, non! La parabole n'est pas une béquille pour imbéciles! Avec le bibliste clairvoyant, nous disons: «Au lieu d'être un discours sur le Royaume, la parabole est le langage du Royaume» (D. Marguerat). Elle n'enseigne pas Dieu: elle le fait rencontrer. A bon entendeur… salut!
Mais alors, comment se fait-il que cela résiste? La Parole pourtant devrait faire son chemin sans encombre! La grâce n'est-elle pas irrésistible? Vérité d’expérience: des lieux et des temps de notre vie résistent à la semence de la Parole, malgré la générosité du semeur! Oui, sur le terrain de ma vie, fait d'éléments divers, il y a des choses en moi qui résistent à l'ensemencement de la Parole, quand d'autres portent fruit.
Cette résistance fait partie de la terre de nos vies, qui, ensemencée, se voit labourée, retournée, dérangée, peut-être blessée, pour donner du fruit. Ces temps à vide, ces moments de production déçue, d'engagement découragé, sont des temps de la vie nommés, reconnus comme tels, mais qui pourraient aussi être mis de côté parce qu'ils n'ont rien donné, parce qu'ils n'ont pas nourri.
Reste la germination dans la bonne terre. Inattendue elle aussi (on ne sait pas ce qu'on laboure), elle dit qu'il faut parfois du temps pour accueillir en vérité l'espace d'une parole et son déploiement. Quelque chose se passe… quelque chose travaille, qui échappe au regard; quelque chose vient qui se soustrait à l'intrusion du visible et du pouvoir présumé de ce qui se voit… L'accomplissement de la vie, son cheminement vrai, tient davantage dans l'ignorance du regard, dans la secrète germination de l'être humain à lui-même, que dans la seule apparition de l'épi à l'éclat du jour. C'est cela, le côté irrésistible de la grâce.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur,
fais-nous déployer aux yeux du monde
la vitalité du Christ vainqueur de la mort:
après avoir reçu le germe de sa grâce,
que nous en portions tous les fruits,
par Jésus-Christ notre Seigneur.

Cantique 22-05 (du recueil Alléluia)

Dans ta Parole, ô Dieu