lundi 18 janvier 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Début de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens

Psaume

Psaume 77 (76), 2-13

Dieu oublierait-il d’avoir pitié ?

 
2
Vers Dieu, je crie mon appel !
 
 
Je crie vers Dieu : qu’il m’entende !

 
3
Au jour de la détresse, je cherche le Seigneur ; †
 
 
la nuit, je tends les mains sans relâche,
 
 
mon âme refuse le réconfort.

 
4
Je me souviens de Dieu, je me plains ;
 
 
je médite et mon esprit défaille.
 
5
Tu refuses à mes yeux le sommeil ;
 
 
je me trouble, incapable de parler.

 
6
Je pense aux jours d’autrefois,
 
 
aux années de jadis ;
 
7
la nuit, je me souviens de mon chant,
 
 
je médite en mon cœur, et mon esprit s’interroge.

 
8
Le Seigneur ne fera-t-il que rejeter,
 
 
ne sera-t-il jamais plus favorable ?
 
9
Son amour a-t-il donc disparu ?
 
 
S’est-elle éteinte, d’âge en âge, la parole ?

 
10
Dieu oublierait-il d’avoir pitié,
 
 
dans sa colère a-t-il fermé ses entrailles ?
 
11
J’ai dit : « Une chose me fait mal,
 
 
la droite du Très-Haut a changé. »

 
12
Je me souviens des exploits du Seigneur,
 
 
je rappelle ta merveille de jadis ;
 
13
je me redis tous tes hauts faits,
 
 
sur tes exploits je médite.

 
          ~

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 49, v. 12-17

12
 Les voici! Ils reviennent de loin: les uns du nord, les autres de l'ouest, d'autres du sud, de l'Égypte."
13
 Ciel, applaudis! Et toi, terre, réjouis-toi! Montagnes, criez de joie! Le Seigneur redonne de l'espoir à son peuple, il a pitié des malheureux.
14
 Sion disait: "Le Seigneur m'a abandonnée, mon maître m'a oubliée."
15
 Mais le Seigneur répond: "Est-ce qu'une femme oublie le bébé qu'elle allaite? Est-ce qu'elle cesse de montrer sa tendresse à l'enfant qu'elle a porté? Même si elle l'oubliait, moi je ne t'oublierai jamais.
16
 Vois, j'ai écrit ton nom sur la paume de mes mains. Je pense sans arrêt à tes murs de défense.
17
"Jérusalem, ceux qui vont te reconstruire se dépêchent d'arriver, ceux qui t'ont détruite et écrasée vont s'en aller.

Commentaire

La réponse de Dieu

La réponse de Dieu est une filiation. La relation. La prise en main d’un lien indestructible entre lui et nous. C’est sur le v. 15 que nous centrons le commentaire.

Nous aimerions tellement un Dieu de transformations et d’interventions évidentes. Un Dieu de prouesses et de modifications historiques. Obnubilés par l’idée d’une toute-puissance qui fait les choses, nous perdons de vue la tendresse de Dieu.
Et pourtant, Dieu nous a allaités de sa puissance et de sa force. Il nous a portés dans les entrailles de sa miséricorde. Dieu se souvient de nous. Nous sommes dans la mémoire de ses mains. Il nous voit.
Nous aspirons à des gestes: Dieu confirme une relation.
Cette promesse d'un lien indestructible est la réponse effective et efficace de Dieu à notre demande d’actions, de résultats.
Dieu nous parle de son amour et du lien d’amour qu’il établit avec nous comme étant sa réponse. Antérieure à toutes les réponses. Fondement et substrat de toutes ses réponses.
Voici la réponse de Dieu: comme les enfants se rassemblent autour des parents, comme les enfants ressemblent aux parents, Dieu établit un lien entre lui et nous.
Nous sommes inscrits dans la tendresse de Dieu. Dans la force inextinguible de sa mémoire. Il a pris notre cause en mains.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu, tu entends nos prières
et tu les exauces au-delà de nos espérances;
accorde aux hommes de ce temps de te connaître
et à ton Eglise de te servir dans l’obéissance de la foi,
dans l’attente du jour où tu seras tout en tous,
par Jésus-Christ, notre Seigneur.

 

Pour le premier jour de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens:

Seigneur Jésus,
tu nous aimes depuis toujours,
et tu nous as montré la profondeur de ton amour
en mourant pour nous sur la croix,
et en partageant ainsi nos souffrances
et nos blessures.
Nous déposons à présent, au pied de ta croix,
tous les obstacles qui nous séparent de ton amour.
Roule les pierres qui nous emprisonnent.
Éveille-nous au matin de ta résurrection.
Fais qu’ainsi nous puissions aller à la rencontre
de nos frères et sœurs dont nous sommes séparés.

Cantique 47-10 (du recueil Alléluia)

De quoi t'alarmes-tu mon coeur...?