vendredi 18 décembre 2020

Temps

Temps de l'Avent

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 10

Dieu abat les impies et sauve les humbles

1
Pourquoi, Seigneur, es-tu si loin ?
 
Pourquoi te cacher aux jours d’angoisse ?
2
L’impie, dans son orgueil, poursuit les malheureux :
 
ils se font prendre aux ruses qu’il invente.

3
L’impie se glorifie du désir de son âme,
 
l’arrogant blasphème, il brave le Seigneur ;
4
plein de suffisance, l'impie ne cherche plus :
 
« Dieu n’est rien », voilà toute sa ruse.

5
À tout moment, ce qu’il fait réussit ;
 
tes sentences le dominent de très haut. *
 
(Tous ses adversaires, il les méprise.)
6
Il s’est dit : « Rien ne peut m’ébranler,
 
je suis pour longtemps à l’abri du malheur. »

7
Sa bouche qui maudit n’est que fraude et violence,
 
sa langue, mensonge et blessure.
8
Il se tient à l’affût près des villages,
 
il se cache pour tuer l’innocent.

 
Des yeux, il épie le faible,
9
il se cache à l’affût, comme un lion dans son fourré ;
 
il se tient à l’affût pour surprendre le pauvre,
 
il attire le pauvre, il le prend dans son filet.

10
Il se baisse, il se tapit ;
 
de tout son poids, il tombe sur le faible.
11
Il dit en lui-même : « Dieu oublie !
 
il couvre sa face, jamais il ne verra ! »

12
Lève-toi, Seigneur ! Dieu, étends la main !
 
N’oublie pas le pauvre !
13
Pourquoi l’impie brave-t-il le Seigneur
 
en lui disant : « Viendras-tu me chercher ? »

14
Mais tu as vu : tu regardes le mal et la souffrance,
 
tu les prends dans ta main ;
 
sur toi repoe le faible,
 
c’est toi qui viens en aide à l’orphelin.

15
Brise le bras de l’impie, du méchant ;
 
alors tu chercheras son impiété sans la trouver.
16
À tout jamais, le Seigneur est roi :
 
les païens ont péri sur sa terre.

17
Tu entends, Seigneur, le désir des pauvres,
 
tu rassures leur cœur, tu les écoutes.
18
Que justice soit rendue à l’orphelin,
 
qu’il n’y ait plus d’opprimé, *
 
et que tremble le mortel, né de la terre !

Lectures du jour


Évangile selon Luc, Chap. 1, v. 39-56

39
 Peu de temps après, Marie s'en va. Elle marche vite vers les montagnes, dans une ville de Judée.
40
 Elle entre dans la maison de Zakarie et salue Élisabeth.
41
 Quand Élisabeth entend la salutation de Marie, l'enfant remue dans son ventre. Alors Élisabeth est remplie de l'Esprit Saint.
42
Elle dit d'une voix forte:" Dieu te bénit plus que toutes les autres femmes, et il bénit aussi l'enfant que tu portes en toi!
43
 La mère de mon Seigneur vient chez moi! Quel honneur pour moi!
44
 Oui, quand mes oreilles ont entendu ta salutation, l'enfant a remué de joie dans mon ventre.
45
Tu es heureuse! En effet, tu as fait confiance au Seigneur, et ce qu'il t'a dit arrivera."
46
Marie dit alors:"Oui, vraiment, le Seigneur est grand! Je le chante!
47
 Mon cœur est dans la joie à cause de Dieu qui me sauve.
48
 Il a fait attention à moi, sa servante sans importance. Oui, à partir de maintenant, les gens de tous les temps diront mon bonheur.
49
 Le Dieu tout-puissant a fait pour moi des choses magnifiques. Son nom est saint.
50
 Il sera plein de bonté pour toujours envers ceux qui le respectent avec confiance.
51
 Il agit avec beaucoup de puissance, il chasse ceux qui ont le cœur orgueilleux.
52
 Il renverse les rois de leurs sièges, et il relève les petits.
53
 Il donne beaucoup de richesses à ceux qui ont faim, et les riches, il les renvoie les mains vides.
54
 Il vient au secours du peuple d'Israël, son serviteur. Il n'oublie pas de montrer sa bonté.
55
Voilà ce qu'il a promis à nos ancêtres, à Abraham et à sa famille pour toujours."
56
 Marie reste avec Élisabeth pendant trois mois environ, puis elle retourne chez elle.

Commentaire

Deux femmes, une même attente, une même joie

Deux femmes, l’une au soir de sa vie, l’autre à l’aube de la sienne.
Marie et Elisabeth: une rencontre comme celle que pourrait vivre une adolescente de notre temps avec une femme d’âge mûr à qui les épreuves de la vie n’ont pas ôté la capacité enfantine de s’émerveiller. Elisabeth restée si longtemps stérile et la voilà maintenant qui exulte de bonheur!
Deux femmes, unies par des liens familiaux, mais surtout par la même espérance, la même foi, le même destin se retrouvent.
Et même l’enfant caché encore dans le ventre de sa mère bondit de joie. C’est le cas de le dire: le plan du salut est vraiment «révélé aux tout-petits»! – Plus jeune, tu étais encore «dans les brouillards du Rhône», selon l’expression des vieux Valaisans.
Marie et Elisabeth vont être – et sont déjà dans la foi – les témoins et protagonistes d’une ère nouvelle.
Marie crie avec toute la force de sa jeunesse, et cette exaltation s’élève jusque dans les cieux. Elle célèbre la grandeur et le triomphe de l’œuvre divine qui se prépare: œuvre dont elle se sent si peu digne d’être la servante. Mais c’est la miséricorde de Dieu qui importe: elle prend corps et vie pour tous ceux qui le craignent.
Par ce cri de reconnaissance, Marie entraîne avec elle toutes les femmes qui ont retrouvé la liberté, qui sont reconnues dans leur rôle d’épouse, de mère et de femme.
Le Magnificat, ce n’est pas seulement le cri d’une femme, mais aussi celui d’un peuple longtemps opprimé qui découvre la liberté.
Dieu étreint le cœur de Marie et, avec lui, c’est la création tout entière qui lui rend grâce.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur,
tu as donné à Elisabeth
et à Jean-Baptiste
de reconnaître ta présence cachée;
accorde-nous un tel discernement,
et fais-nous goûter maintenant déjà
la joie de ton Royaume,
par le Christ, notre Seigneur.

Cantique 14-01 (du recueil Alléluia)

J'exalte Dieu