lundi 17 février 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 99 (98)

Il est saint!

 
1
Le Seigneur est roi : les peuples s’agitent.
 
 
Il trône au-dessus des Kéroubim : la terre tremble.
 
2
En Sion le Seigneur est grand :
 
 
c’est lui qui domine tous les peuples.

 
3
Ils proclament ton nom, grand et redoutable,
 
car il est saint !

 
4
Il est fort, le roi qui aime la justice. †
 
 
C’est toi, l’auteur du droit,
 
 
toi qui assures en Jacob la justice et la droiture.

 
5
Exaltez le Seigneur notre Dieu, †
 
 
prosternez-vous au pied de son trône,
 
car il est saint !

 
6
Moïse et le prêtre Aaron,
 
 
 Samuel, le Suppliant, †
 
 
tous, ils suppliaient le Seigneur, *
 
 
et lui leur répondait.

 
7
Dans la colonne de nuée, il parlait avec eux ;
 
 
ils ont gardé ses volontés,
 
 
 les lois qu’il leur donna.

 
8
Seigneur notre Dieu, tu leur as répondu : †
 
 
avec eux, tu restais un Dieu patient,
 
 
mais tu les punissais pour leurs fautes.

 
9
Exaltez le Seigneur notre Dieu, †
 
 
prosternez-vous devant sa sainte montagne, *
 
car il est saint,
 
 
 le Seigneur notre Dieu.

Lectures du jour


Évangile selon Matthieu, Chap. 11, v. 25-30

25
 Peu de temps après, Jésus dit: "Père, Seigneur du ciel et de la terre, je te dis merci. En effet, ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as fait connaître aux petits.
26
 Oui, Père, tu l'as bien voulu.
27
 "Mon Père m'a tout donné. Personne ne connaît le Fils, sauf le Père. Personne ne connaît le Père, sauf le Fils. Mais le Fils veut montrer le Père à d'autres pour qu'ils le connaissent aussi."
28
 "Venez auprès de moi, vous tous qui portez des charges très lourdes et qui êtes fatigués, et moi je vous donnerai le repos.
29
 Je ne cherche pas à vous dominer. Prenez donc, vous aussi, la charge que je vous propose, et devenez mes disciples. Ainsi, vous trouverez le repos pour vous-mêmes.
30
 Oui, la charge que je mettrai sur vous est facile à porter, ce que je vous donne à porter est léger."

Commentaire

Mais, où est la clé ?

Un fils joyeux jubile devant son père ; le lien d'intimité profonde avec lui l'inonde. Il se réjouit même de ce que ce lien, ce lieu soient inaccessibles et incompréhensibles à ceux qui veulent le maîtriser. C'est une « disposition paternelle bienveillante » (v. 26, TOB), qui lui donne la liberté d'ouvrir cette relation privilégiée à tous ceux qui sont dans une attitude de fils, comme les tout-petits. Il leur en donne la clé d'accès. Avec eux, il développe une fratrie bien-aimée.
Ce « cri de joie » (v. 25) est public, il veut rendre cette relation célèbre, afin que les tout-petits et ceux qui leur ressemblent l'entendent et se joignent à lui dans cette relation privilégiée avec son Père.
Comment ce cri résonne-t-il en moi ?
Et voilà que ce cri joyeux se transforme en appel à ces autres petits que sont les « fatigués » d'aujourd'hui, ceux dont le fardeau est lourd : il leur manque toujours un peu de temps ; il y a toujours « un peu trop » ; et même dans l'abondance, il reste une tension pénible.
Venez ! Voici la clé d'accès à un autre style de vie, à une autre manière d'être en relation avec soi, avec les autres et le monde ! Venez dans la proximité de celui qui est en lien avec son père ! La clé consiste à se mettre dans la posture d'un « à preneur » (Chouraqui), auprès de lui. Et là, découvrir progressivement le secret de la vie, de sa vie d'homme, de fils bien-aimé et libre.

Oraison

Que ta grâce inspire notre action, Seigneur,
et la soutienne jusqu’au bout,
pour que toutes nos prières et nos activités
prennent leur source en toi
et reçoivent de toi leur achèvement,
par Jésus-Christ, ton fils, notre Seigneur.

Cantique 14-13 (du recueil Allélluia)

Nous te bénissons, Seigneur