Vendredi 17 Décembre 2021

Temps

Temps de l'Avent

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 10

Dieu abat les impies et sauve les humbles

1
Pourquoi, Seigneur, es-tu si loin ?
 
Pourquoi te cacher aux jours d’angoisse ?
2
L’impie, dans son orgueil, poursuit les malheureux :
 
ils se font prendre aux ruses qu’il invente.

3
L’impie se glorifie du désir de son âme,
 
l’arrogant blasphème, il brave le Seigneur ;
4
plein de suffisance, l'impie ne cherche plus :
 
« Dieu n’est rien », voilà toute sa ruse.

5
À tout moment, ce qu’il fait réussit ;
 
tes sentences le dominent de très haut. *
 
(Tous ses adversaires, il les méprise.)
6
Il s’est dit : « Rien ne peut m’ébranler,
 
je suis pour longtemps à l’abri du malheur. »

7
Sa bouche qui maudit n’est que fraude et violence,
 
sa langue, mensonge et blessure.
8
Il se tient à l’affût près des villages,
 
il se cache pour tuer l’innocent.

 
Des yeux, il épie le faible,
9
il se cache à l’affût, comme un lion dans son fourré ;
 
il se tient à l’affût pour surprendre le pauvre,
 
il attire le pauvre, il le prend dans son filet.

10
Il se baisse, il se tapit ;
 
de tout son poids, il tombe sur le faible.
11
Il dit en lui-même : « Dieu oublie !
 
il couvre sa face, jamais il ne verra ! »

12
Lève-toi, Seigneur ! Dieu, étends la main !
 
N’oublie pas le pauvre !
13
Pourquoi l’impie brave-t-il le Seigneur
 
en lui disant : « Viendras-tu me chercher ? »

14
Mais tu as vu : tu regardes le mal et la souffrance,
 
tu les prends dans ta main ;
 
sur toi repoe le faible,
 
c’est toi qui viens en aide à l’orphelin.

15
Brise le bras de l’impie, du méchant ;
 
alors tu chercheras son impiété sans la trouver.
16
À tout jamais, le Seigneur est roi :
 
les païens ont péri sur sa terre.

17
Tu entends, Seigneur, le désir des pauvres,
 
tu rassures leur cœur, tu les écoutes.
18
Que justice soit rendue à l’orphelin,
 
qu’il n’y ait plus d’opprimé, *
 
et que tremble le mortel, né de la terre !

Lectures du jour


Épître aux Philippiens, Chap. 3, v. 12-21

12
 Je ne veux pas dire que j'ai déjà atteint le but, ou que je suis déjà parfait! Mais je continue à courir pour saisir le prix, parce que le Christ Jésus m'a déjà saisi.
13
 Non, frères et sœurs, je ne pense pas que j'ai déjà obtenu le prix. Mais j'oublie la route qui est derrière moi, je suis tendu en avant, et je fais la seule chose importante:
14
 courir vers le but pour gagner le prix. Dieu nous appelle d'en haut à le recevoir par le Christ Jésus.
15
 Nous qui sommes des chrétiens adultes, nous devons penser de cette façon. Et si, sur un point, vous pensez autrement, Dieu vous éclairera aussi là-dessus.
16
 En tout cas, continuons la même route que nous avons suivie jusqu'à maintenant!
17
 Frères et sœurs, imitez-moi. Nous avons donné l'exemple. Alors regardez ceux qui vivent en suivant cet exemple.
18
 Oui, je vous l'ai dit souvent, et je le dis aujourd'hui en pleurant: beaucoup de gens vivent comme des ennemis de la croix du Christ.
19
 Ils finiront par se perdre. Leur dieu, c'est leur ventre, et ce qui doit les couvrir de honte, ils s'en vantent! Eux, ils pensent seulement aux choses de la terre.
20
 Notre patrie à nous est dans les cieux, et celui que nous attendons comme Sauveur, le Seigneur Jésus-Christ, viendra des cieux.
21
 Alors il changera notre faible corps pour le rendre semblable à son corps glorieux. En effet, il est assez puissant pour tout mettre sous son pouvoir.

Commentaire

L’aujourd’hui dans l’avenir

L’idéologie contemporaine nous incite à vivre l’instant présent, à être présent à soi-même, à considérer le maintenant comme le temps le plus essentiel. C’est en partie justifié. Car trop longtemps, le christianisme a invité à fixer son regard sur le paradis, au mépris du monde d’ici-bas.
Notre page de Paul aux Philippiens propose une troisième voie, celle de la tension entre deux pôles: vivre l’instant présent comme une éternité bienfaisante d’une part, et courir vers le plus – plus de vie, plus de justice, plus de spiritualité d’autre part. L’important ne serait pas l’obtention du «prix», mais la course elle-même, le mouvement vers l’avant, l’espérance.
Une vie totalement engloutie dans le présent perd la richesse du désir, l’attrait de l’inaccompli… à accomplir. Alors qu’une vie unilatéralement tournée vers ce qui est encore à venir perd la joie des moments présents. Notre texte prend en compte cette tension entre les deux attitudes; les versets 12 et 15 nous invitent à la chercher et la développer tout au long de la vie chrétienne. Au verset 12, il est écrit: «Ce n’est pas que j’aie déjà obtenu tout cela ni que je sois déjà parvenu à l’accomplissement». L’auteur exprime le désir de plus de vie, il est tendu vers l’avenir. Au verset 15, il tempère le débat en ajoutant prudemment: «Si toutefois nous sommes des gens accomplis».
On dirait que l’auteur est déjà dans une vie totalement comblée. Il est d’ailleurs recommandable de saisir et se réjouir des moments où nous vivons une plénitude. Mais gardons cette tension entre le désir des biens incomparables à venir et la joie des grâces déjà reçues.

Sujets de prière

Oraison

Dieu éternel et tout-puissant,
augmente en nous le don de la foi;
fais-nous la grâce de ne pas nous satisfaire
du chemin parcouru,
mais de courir avec persévérance vers le but
pour obtenir le prix de la vocation céleste
en Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 48-01 (du recueil Alléluia)

Il est pour le fidèle