Vendredi 17 Avril 2020

Temps

Temps de Pâques

Semaine

Vendredi de Pâques

Complément

Psaume

Psaume 93 (92)

Depuis toujours, tu es

 
1
Le Seigneur est roi ;
 
 
il s’est vêtu de magnificence,
 
 
le Seigneur a revêtu sa force.

 
 
Et la terre tient bon, inébranlable ;
 
2
dès l’origine ton trône tient bon,
 
 
depuis toujours, tu es.

 
3
Les flots s’élèvent, Seigneur,
 
 
les flots élèvent leur voix,
 
 
les flots élèvent leur fracas.

 
4
Plus que la voix des eaux profondes,
 
 
des vagues superbes de la mer,
 
 
superbe est le Seigneur dans les hauteurs.

 
5
Tes volontés sont vraiment immuables :
 
 
la sainteté emplit ta maison,
 
 
Seigneur, pour la suite des temps.

Lectures du jour

Commentaire

Au-delà des pleurs et des anges

Dans certaines situations de la vie, le chagrin se manifeste par les larmes. Celles-ci sont une phase importante de notre vie humaine, comme elles l’ont été pour Marie de Magdala.
Pleurer, c’est un temps qu’on s’accorde pour digérer des émotions trop fortes survenues trop brutalement. Pour Marie de Magdala, face à la disparition de son maître, seules les larmes étaient possibles, tant son attachement à Jésus était important.
L’apparition de deux anges va tirer Marie de ses larmes.
Ceux-ci l’interrogent sur les raisons de son chagrin. A cause des anges, Marie doit prendre le temps de faire le point, de s’expliquer, de se dévoiler aussi.
Ensuite, elle doit se retourner pour se trouver face à Jésus ressuscité.
Ce mouvement corporel va de pair avec le retournement de son état d’esprit.
C’est en se retournant sur elle-même et sur sa tristesse qu’elle est en mesure d’entendre une parole autre.
Après s’être préoccupé du chagrin de Marie et après avoir dissipé son malentendu, le Ressuscité va créer en elle la possibilité de croire.
Cette rencontre débouche sur une mission : appelée à parler de ce qui s’est passé pour elle, Marie de Magdala devient ainsi le premier apôtre de la foi pascale et – il faut le dire ainsi – la première femme apôtre.

Sujets de prière

Oraison

Jésus Christ, Seigneur de la vie,
nous te bénissons car tu as vaincu la mort.
Ouvre nos yeux afin que,
te rencontrant sur nos chemins,
nous te reconnaissions
et soyons remplis d’une espérance vivante,
aujourd’hui et pour les siècles des siècles.

Cantique 54-13 (du recueil Alléluia)

Il est vivant