vendredi 17 août 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 141 (140)

L’offrande du soir

 
1
Seigneur, je t’appelle : accours vers moi !
 
 
Écoute mon appel quand je crie vers toi !
 
2
Que ma prière devant toi s’élève comme un encens,
 
 
et mes mains, comme l’offrande du soir.

 
3
Mets une garde à mes lèvres, Seigneur,
 
 
veille au seuil de ma bouche.
 
4
Ne laisse pas mon cœur pencher vers le mal
 
 
ni devenir complice des hommes malfaisants.

 
 
Jamais je ne goûterai leurs plaisirs :
 
5
que le juste me reprenne et me corrige avec bonté.
 
 
Que leurs parfums, ni leurs poisons, ne touchent ma tête !
 
 
Ils font du mal : je me tiens en prière.

 
6
Voici leurs juges précipités contre le roc,
 
 
eux qui prenaient plaisir à m’entendre dire :
 
7
« Comme un sol qu’on retourne et défonce,
 
 
nos os sont dispersés à la gueule des enfers ! »

 
8
Je regarde vers toi, Seigneur, mon Maître ;
 
 
tu es mon refuge : épargne ma vie !
 
9
Garde-moi du filet qui m’est tendu,
 
 
des embûches qu’ont dressées les malfaisants.

Lectures du jour


Première épître de Pierre, Chap. 4, v. 7-19

7
 C'est bientôt la fin du monde. Alors soyez des sages, et restez sobres pour pouvoir prier.
8
 Avant tout, aimez-vous de tout votre cœur, parce que "l'amour efface beaucoup de péchés".
9
 Recevez-vous les uns les autres dans vos maisons sans vous plaindre.
10
 Mettez-vous au service des autres, selon le don que chacun a reçu. Soyez comme de bons serviteurs qui prennent soin des dons variés de Dieu.
11
 Celui qui parle doit être le porte-parole de Dieu. Celui qui sert doit servir avec la force que Dieu donne. Alors, tous rendront gloire à Dieu en toutes choses par Jésus-Christ. À lui la gloire et la puissance pour toujours! Amen.
12
 Amis très chers, vous êtes dans le feu de la souffrance. Ne soyez pas surpris, ce n'est pas étonnant! Ce feu va montrer ce que vous valez.
13
 Si vraiment vous participez aux souffrances du Christ, soyez joyeux. Alors, quand vous verrez sa gloire, vous serez également heureux et pleins de joie.
14
 Si on vous insulte parce que vous êtes disciples du Christ, quel bonheur pour vous! L'Esprit de Dieu, l'Esprit glorieux est sur vous!
15
 Parmi vous, si quelqu'un souffre, il ne faut pas que cela lui arrive parce qu'il a tué, parce qu'il a volé, parce qu'il a fait le mal, ou parce qu'il a semé le désordre.
16
 Mais s'il souffre parce qu'il est chrétien, il ne doit pas avoir honte. Il doit plutôt remercier Dieu de pouvoir porter le nom du Christ.
17
 Oui, c'est le début du jugement, et il commence par la famille de Dieu. S'il commence par nous, qu'est-ce qui va arriver à la fin à ceux qui ne veulent pas croire à la Bonne Nouvelle de Dieu?
18
 Les Livres Saints disent: "C'est déjà difficile pour des gens qui font le bien, d'être sauvés. Alors, les gens mauvais et les pécheurs, qu'est-ce qu'ils vont devenir?"
19
 Ainsi, ceux qui souffrent en faisant ce que Dieu veut doivent se confier à leur Créateur, qui est fidèle, et continuer à faire le bien.

Commentaire

Est-ce normal, docteur?

La question est légère. L’interrogation est profonde.
La souffrance est liée à notre condition humaine. Nous la subissons de diverses manières. Parfois, elle peut être une conséquence de nos choix de vie. Qu’en dire alors?
Trop conscient des abus de lecture dont ce texte est porteur, je refuse tout dolorisme. Je ne crois pas en un Dieu qui ferait du passage par la souffrance une condition d’accès au salut.
Trop conscient des abus de savoir dont le refus du dolorisme peut être porteur, je refuse toute naïveté. Je ne crois pas en un Dieu qui serait pure gentillesse.
Que sais-je de Dieu ? Comment oser en parler ? Les textes qui évoquent son jugement me rappellent qu’à Dieu seul appartient le dernier mot sur toute existence, y compris la mienne.
Je peux vivre d’espérance, mais pas de certitudes. Je pourrais vivre aussi de peur face au mystère de Dieu, mais on n’est pas initié à ce registre.
Quoi qu’il en soit, je suis vivant aujourd’hui, donc responsable de ma manière d’être en relation avec les autres : relation de mépris ou d’accueil ? Relation de pouvoir ou de partage ? Relation de peur ou de confiance ? Tout se mêle en moi : je suis humain et faillible.
Mais dans l’épaisseur de mon humanité, une parole s’immisce : elle ébranle mes schémas de pensée. Elle m’ouvre au respect et à la dignité. Elle inscrit en moi la joie de vivre devant Dieu à qui je peux tout remettre, jusqu’à ma souffrance de croire en lui.

Sujets de prière

Oraison

Dieu d’amour,
qui fais briller ton soleil
sur les méchants et sur les bons,
et qui fais pleuvoir
sur les justes et les injustes,
anime-nous de ton Esprit
de tendresse et de générosité;
donne-nous, lorsque nos coupes débordent,
de savoir partager notre bonheur avec nos frères,
au nom de Jésus-Christ, notre Sauveur.

Cantique 41-22 (du recueil Alléluia)

Louons Dieu, le créateur