samedi 16 septembre 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Ps 119, 105-112

105 Ta parole est la lumière de mes pas,

la lampe de ma route.

106 Je l’ai juré, je tiendrai mon serment,

j’observerai tes justes décisions.

107 J’ai vraiment trop souffert, Seigneur ;

fais-moi vivre selon ta parole.

108 Accepte en offrande ma prière, Seigneur :

apprends-moi tes décisions.

109 À tout instant j’expose ma vie :

je n’oublie rien de ta loi.

110 Des impies me tendent un piège :

je ne dévie pas de tes préceptes.

111 Tes exigences resteront mon héritage,

la joie de mon cœur.

112 Mon cœur incline à pratiquer tes commandements :

c’est à jamais ma récompense.

Lectures du jour


Deuxième épître aux Corinthiens, Chap. 7, v. 1-7

1
Amis très chers, ces promesses sont pour vous. Alors lavons-nous de tout ce qui abîme notre corps et notre cœur. Cherchons à être parfaitement saints en respectant Dieu avec confiance.
2
Faites-nous une place dans vos cœurs. Nous n'avons été injustes envers personne, nous n'avons détruit la foi de personne, nous n'avons profité de personne.
3
Je ne dis pas cela pour vous condamner. Je l'ai déjà dit: vous êtes dans nos cœurs, et nous sommes toujours ensemble, morts ou vivants.
4
J'ai une grande confiance en vous, je suis très fier de vous. Je suis plein de courage, je suis rempli d'une très grande joie, malgré toutes nos souffrances.
5
En effet, quand nous sommes arrivés en Macédoine, nous n'avons pas eu de repos. Au contraire, nous avons rencontré toutes sortes de difficultés: des luttes autour de nous, et la peur dans notre cœur.
6
Mais Dieu, qui donne du courage à ceux qui sont découragés, nous a consolés par l'arrivée de Tite.
7
Ce n'est pas seulement l'arrivée de Tite qui nous a consolés, c'est aussi l'encouragement que vous lui avez donné. Il nous a dit que vous aviez très envie de me voir. Il nous a parlé de votre tristesse, de votre ardeur à me défendre. Alors ma joie a été encore plus grande.

Commentaire

Etre lié et apprendre?

Sans capacité à apprendre des épreuves et sans capacité à demeurer en lien avec les autres croyants, il n'est pas de vie de foi possible. C'est ce dont, au travers des épreuves et des conflits, Paul cherche à persuader les Corinthiens.

Apprendre du positif des épreuves, est-ce possible?
Bien des témoignages me montrent que oui. Attention pourtant à ne pas théoriser cette démarche, car cela reviendrait à justifier le mal subi, voire du coup à chercher à le provoquer. Cela s'est déjà vu dans l'histoire du christianisme avec le mot d'ordre: «C'est pour ton bien!» Pourtant, l'argumentation de Paul à ce sujet est très subtile: il ne se réjouit pas du mal, ni le justifie, mais il se réjouit de ce que du mal ait pu sortir un bien: une foi renouvelée qui se traduit par l'accueil fait à Tite.
Car comme toujours dans la Bible, la foi comprend une dimension relationnelle forte. Une dimension qui va au-delà de la simple communauté locale et de ses membres : il est question de voyages, de messages, d'échanges, de communication.

La foi, c'est du lien, et c'est aussi des blessures et des guérisons.

Sujets de prière

Oraison

O Seigneur,
sois notre consolation et notre paix quand nous crions à toi;
change en joie du pardon
la tristesse de nos fautes
et hâte pour nous, dans ta bonté,
la venue de Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Cantique 36-08 (du recueil Alléluia)

O Jésus, tu nous appelles