jeudi 16 novembre 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 139 (138), 13-24

Seigneur, tu sais

 
13
C’est toi qui as créé mes reins,
 
 
qui m’as tissé dans le sein de ma mère.
 
14
Je reconnais devant toi le prodige,
 
 
 l’être étonnant que je suis : *
 
 
étonnantes sont tes œuvres
 
 
 toute mon âme le sait.

 
15
Mes os n’étaient pas cachés pour toi *
 
 
quand j’étais façonné dans le secret,
 
 
 modelé aux entrailles de la terre.

 
16
J’étais encore inachevé, tu me voyais ; *
 
 
sur ton livre, tous mes jours étaient inscrits,
 
 
 recensés avant qu’un seul ne soit !

 
          ~

 
17
Que tes pensées sont pour moi difficiles,
 
 
Dieu, que leur somme est imposante !
 
18
Je les compte : plus nombreuses que le sable !
 
 
Je m’éveille : je suis encore avec toi.

 
23
Scrute-moi, mon Dieu, tu sauras ma pensée ;
 
 
éprouve-moi, tu connaîtras mon cœur.
 
24
Vois si je prends le chemin des idoles,
 
 
et conduis-moi sur le chemin d’éternité.

Lectures du jour


Évangile selon Luc, Chap. 17, v. 1-10

1
 Jésus dit à ses disciples: "Il y aura toujours des occasions de tomber dans le péché. Mais quel malheur pour celui qui fait tomber les autres dans le péché!
2
 Supposons ceci: on lui attache une grosse pierre au cou et on le jette dans la mer. Eh bien, cela vaut mieux pour lui que de pousser un seul de ces petits à faire le mal.
3
 Faites attention! Si ton frère fait le mal, fais-lui des reproches. Et s'il le regrette, pardonne-lui.
4
S'il te fait du mal sept fois par jour et si sept fois par jour, il revient te dire: Je regrette", tu lui pardonneras."
5
 Les apôtres disent au Seigneur: "Donne-nous une foi plus grande!"
6
 Le Seigneur répond: "Si votre foi est aussi petite qu'une graine, vous pouvez dire à cet arbre: "Arrache tes racines d'ici et va te planter dans la mer!", il vous obéira."
7
 "Supposons ceci: l'un de vous a un serviteur. Il laboure les champs ou il garde les troupeaux. Quand le serviteur revient des champs, vous ne lui dites pas: "Va vite manger!"
8
 Au contraire, vous lui dites: "Prépare mon repas. Ensuite, change de vêtement, viens me servir pendant que je mange et que je bois. Après, tu mangeras et tu boiras à ton tour."
9
 Vous ne remerciez pas votre serviteur parce qu'il a fait ce que vous avez commandé.
10
 "C'est la même chose pour vous maintenant. Quand vous faites tout ce que Dieu vous commande, dites: "Nous sommes des serviteurs ordinaires, nous avons fait seulement ce que nous devions faire.""

Commentaire

« Inutile » toi-même !

Cela ne manquera pas : il suffit que vous vous investissiez en paroisse ou dans tel lieu d'Eglise, avec enthousiasme, sans trop compter, il se trouvera toujours quelqu'un pour vous décocher ce verset 10 sur le serviteur « inutile ». Et même avec sincérité et un sourire, cela ne passe pas. Mais cela pourrait être pire. Si l'on vous disait : « inadéquat ! bon à rien ! sans valeur ! vaurien ! », vous vous révolteriez contre tant d'impudence. C'est pourtant le sens de ce mot, sobrement traduit par « quelconque ». La gospel attitude, c'est donc d'être ordinaire : bonjour la bonne nouvelle !
Un ami qui avait choisi ce verset, précisément, pour sa retraite, me dit toutefois ceci : cela fait du bien ! Il n'était ni masochiste ni déçu, non, il disait que cela l'aidait à prendre distance d'avec son travail, aussi prenant et important fût-il. Car la situation que décrit le texte est une relation professionnelle commune entre un maître et un serviteur. Pas entre deux amis, deux associés ou deux collègues. C’est une relation sans affection ni réciprocité. Si l'on est tenté de diminuer la part de l’affectif dans son travail, cela aide à prendre un peu de distance. Plus même ! Avec cette parole de Jésus, j’apprends à ne pas être dépendant de mon travail et des sentiments de gratitude. Ce qu'on attend de moi, je l'ai fait. Je me sens libéré de la reconnaissance, délié de l’affectif, affranchi de la flatterie… Non pas que je me défie de la reconnaissance, mais ce que je fais n’est « pas utile » – n’est pas de l'ordre de l'utile. Hé ! Contre toute pesanteur, n'est-ce pas justement cela que nous appelons… la grâce ?

Sujets de prière

Oraison

A l’heure de notre prière, nous nous présentons devant toi, Seigneur, comme des serviteurs inutiles. Recueille sur nos lèvres l’action de grâce pour tous les biens reçus de toi, Sois béni maintenant et aux siècles des siècles.

Cantique 44-08 (du recueil Alléluia)

Qu'il fait bon à ton service