lundi 15 août 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 75 (74)

C’est Dieu qui jugera

 
2
À toi, Dieu, nous rendons grâce ; †
 
 
nous rendons grâce, et ton nom est proche :
 
 
on proclame tes merveilles !

 
3
« Oui, au moment que j’ai fixé,
 
 
moi, je jugerai avec droiture.
 
4
Que s’effondrent la terre et ses habitants :
 
 
moi seul en ai posé les colonnes !

 
5
« Aux arrogants, je dis : Plus d’arrogance !
 
 
et aux impies : Ne levez pas votre front !
 
6
Ne levez pas votre front contre le ciel,
 
 
ne parlez pas en le prenant de haut ! »

 
7
Ce n’est pas du levant ni du couchant,
 
 
ni du désert, que vient le relèvement.
 
8
Non, c’est Dieu qui jugera :
 
 
il abaisse les uns, les autres il les relève.

 
9
Le Seigneur tient en main une coupe
 
 
où fermente un vin capiteux ;
 
 
il le verse, et tous les impies de la terre
 
 
le boiront jusqu’à la lie.

 
10
Et moi, j’annoncerai toujours
 
 
 dans mes hymnes au Dieu de Jacob : †
 
11
« Je briserai le front des impies, *
 
 
et le front du juste s’élèvera ! »

Lectures du jour


Épître aux Éphésiens, Chap. 1, v. 9-14

9
 Il nous a fait connaître son mystère, c'est-à-dire ce que, dans sa bonté, il voulait faire dans le Christ depuis toujours.
10
 Ce projet, Dieu voulait le réaliser au temps choisi par lui: rassembler tout ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre, sous un seul chef, le Christ.
11
 Et dans le Christ, Dieu nous a donné notre part au salut en nous choisissant d'avance selon son projet. Il a fait tout cela parce qu'il l'a décidé et voulu.
12
 Alors, nous qui avons été les premiers à mettre notre espoir dans le Christ, chantons la gloire de Dieu!
13
 Dans le Christ, vous aussi, vous avez entendu la parole vraie, la Bonne Nouvelle qui vous sauve. Ensuite, vous avez cru dans le Christ, et Dieu vous a marqués d'un signe. Cette marque, c'est l'Esprit Saint qu'il a promis.
14
 Cet Esprit est la première part des biens que nous allons recevoir de Dieu. Nous les posséderons quand nous serons entièrement libérés du mal. Alors chantons la gloire de Dieu!

Commentaire

De la rupture au dialogue

Les commentateurs ont beaucoup glosé sur le « nous » du v. 11 et le « vous » du v. 13. Pour ce qui est du « nous », c'est « Paul le juif » qui parle : « nous les juifs avons reçu notre part », c'est-à-dire ce que nos prophètes nous annonçaient. Les juifs étaient donc « prédestinés» à recevoir le Messie de Dieu, en tant que ceux qui ont « d'avance espéré dans le Christ » (v. 12).
Si ensuite Paul passe du « nous » au « vous », cela ne veut pas dire qu'après avoir parlé aux juifs, il s'adresse maintenant aux païens convertis, car du temps de la lettre aux Ephésiens, on n’en est pas encore au stade de la séparation d'avec le judaïsme. La prédication de Paul reste encore un appel à la conversion au judaïsme, un judaïsme qui, selon lui, a certes débouché sur le Christ.
Ce n'est que par la suite qu'on a renoncé peu à peu à certains rites juifs et qu'on a fini par se séparer complètement de la synagogue ; à ce stade, la rupture nous interpelle, car elle rejoint notre actualité : en effet, après 20 siècles d'ignorance mutuelle, voire d'hostilité, on redécouvre aujourd'hui une communauté d'origine et de destin avec le judaïsme, ainsi qu'une spiritualité en grande partie commune.
En redécouvrant en Jésus avant tout un Messie juif envoyé pour rétablir la vérité de la loi de son peuple, nous reprenons conscience de ne former qu'un seul peuple de Dieu.
Rendons-lui grâces de nous avoir conduits à redécouvrir nos sources dans le peuple de la première Alliance et à passer d'une rupture à un dialogue fructueux.

Oraison

O Dieu, source de lumière et de vie,
par ton Fils ressuscité tu nous conduis
des ténèbres à ta merveilleuse lumière,
de la mort à la vie,
de la servitude à la liberté.
Illumine toujours notre cœur par la clarté de ton Esprit
et sanctifie-nous tout entiers,
d’esprit, d’âme et de corps,
dans la communion de tous les élus,
par le Christ, notre Seigneur.

 

A l’occasion de la mémoire de Marie, mère du Seigneur:

Dieu de vie,
tu as comblé de grâce la bienheureuse Vierge Marie,
pour qu’elle devienne la mère du Sauveur;
donne-nous de t’accueillir avec un cœur pur
et de te servir dans l’humilité et la louange,
à la gloire du Christ, notre Seigneur.

Cantique 35-05 (du recueil Alléluia)

Viens, ô S. E. du Seigneur