mercredi 14 septembre 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mercredi

Complément

Psaume

Psaume 100 (99)

Rendez-lui grâce : il est fidèle

 
1
Acclamez le Seigneur, terre entière,
 
2
servez le Seigneur dans l’allégresse,
 
 
venez à lui avec des chants de joie !

 
3
Reconnaissez que le Seigneur est Dieu :
 
 
il nous a faits, et nous sommes à lui,
 
 
nous, son peuple, son troupeau.

 
4
Venez dans sa maison lui rendre grâce,
 
 
dans sa demeure chanter ses louanges ;
 
 
rendez-lui grâce et bénissez son nom !

 
5
Oui, le Seigneur est bon,
 
 
éternel est son amour,
 
 
sa fidélité demeure d’âge en âge.

Lectures du jour


Michée, Chap. 4, v. 6-10

6
 Le Seigneur déclare: "Ce jour-là, je rassemblerai les blessés, je regrouperai ceux qui sont en exil et ceux que j'ai traités durement.
7
 Avec les blessés, je ferai un peuple qui restera en vie. Oui, avec ceux qui sont en exil, je ferai un peuple puissant. Alors, moi, le Seigneur, je serai leur roi sur la montagne de Sion, à partir de ce moment-là et pour toujours.
8
 Et toi, colline de Jérusalem, tu veilles sur le peuple comme un berger du haut d'un endroit élevé. Tu vas bientôt retrouver ton pouvoir d'autrefois. Tu seras de nouveau la capitale du royaume."
9
 Habitants de Jérusalem, maintenant, vous poussez des cris. Pourquoi? Vous souffrez comme une femme qui accouche. Pourquoi donc? Est-ce que vous n'avez plus de roi? Est-ce que vos conseillers sont morts?
10
 Souffrez et gémissez comme une femme qui accouche. En effet, maintenant, vous allez sortir de la ville et camper dans les champs, vous irez jusqu'à Babylone. Là, vous serez libérés, là, le Seigneur vous arrachera au pouvoir de vos ennemis.

Commentaire

Ration de survie et endurance

« Tords-toi de douleur et hurle, Madame Sion, comme la femme qui enfante ! » (10). Ces cris ont beau être ceux de l’accouchement – c'est-à-dire de la naissance d’une ère nouvelle dès le retour de l’Exil de Babylone et, heureusement ! plus ceux des tortures morales et physiques de la déportation – il n’en reste pas moins que le passage du tunnel entre l’aujourd’hui et l’à-venir est long, obscur et dépourvu de garanties humaines tangibles. Il s’agit de tenir ! Il n’y a pour viatique que la parole prophétique et Dieu qui l’inspire. Pour s’accrocher, cela paraît peu, mais c’est capital. Quel défi que la foi !

Il y a la vérité historique, avec ses drames et ses horreurs, et la vérité liturgique, avec ses promesses et certitudes. Il ne faut pas comparer les deux vérités, elles sont presque toujours incompatibles. C’est à un troisième terme qu’il faut les comparer : notre propre comportement. Notre conduite est-elle dictée par la situation historique seulement ? Elle mérite avertissements et critiques. Est-elle dictée par notre espérance ? Elle devient signe de ce qui surviendra malgré tout un jour : la grâce, le pardon de Dieu, la paix et la justice parmi les hommes. Et la délivrance est vraiment au bout de l'épreuve.

Lorsque nous prions « Que ton règne vienne !», n’oublions pas que Dieu nous a déjà exaucés en son Fils. Par son Evangile, les fils sont posés sous les planchers et dans les murs, le câblage de la maison nouvelle est réalisé. Tout le système attend le courant faible ou fort de nos décisions de petite ou grande portée : pour une vie personnelle et communautaire renouvelée sous l’impulsion de l’Esprit qui parle par les prophètes.

Sujets de prière

Oraison

Père, fidèle en tes promesses,
qui as envoyé le Saint-Esprit
pour rassembler les hommes divisés par le péché,
fais de nous les artisans de ta paix.
Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Cantique 146 B (du recueil Alléluia)

O mon âme, sans relâche