lundi 14 novembre 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 131 (130)

Comme un petit enfant

 
1
Seigneur, je n’ai pas le cœur fier
 
 
   ni le regard ambitieux ; *
 
 
je ne poursuis ni grands desseins,
 
 
   ni merveilles qui me dépassent.

 
2
Non, mais je tiens mon âme
 
 
   égale et silencieuse ; *
 
 
mon âme est en moi comme un enfant,
 
 
   comme un petit enfant contre sa mère.

 
3
Attends le Seigneur, Israël, *
 
 
   maintenant et à jamais.

Lectures du jour


Apocalypse, Chap. 5, v. 1-14

1
 Je vois un livre en forme de rouleau. Il est dans la main droite de celui qui est assis sur le siège royal. Ce rouleau est écrit des deux côtés et il est fermé avec sept attaches en cire.
2
 Je vois un ange puissant. Il crie d'une voix forte: "Qui est digne de défaire les attaches et d'ouvrir le livre?"
3
 Mais dans le ciel, sur la terre et sous la terre, personne ne peut ouvrir le livre, personne ne peut regarder ce qu'il y a dedans.
4
 Alors je pleure beaucoup. En effet, personne n'est digne d'ouvrir le livre, personne n'est digne de regarder ce qu'il y a dedans.
5
 Mais un des anciens me dit: "Ne pleure pas! Regarde: il est vainqueur, le lion de la tribu de Juda, l'homme de la famille du roi David. Il va défaire les sept attaches et ouvrir le livre."
6
 Alors je vois un Agneau debout. Il est près du siège royal, au milieu des quatre êtres vivants et des anciens. L'Agneau semble offert en sacrifice. Il a sept cornes et sept yeux. Les yeux sont les sept esprits que Dieu envoie dans le monde entier.
7
 L'Agneau s'avance, il vient prendre le livre dans la main droite de celui qui est assis sur le siège royal.
8
 Quand l'Agneau a pris le livre, les quatre êtres vivants et les 24 anciens tombent à genoux devant lui. Chacun tient une harpe, et des coupes en or, pleines de parfum. Ce sont les prières de ceux qui appartiennent à Dieu.
9
 Ils chantent un chant nouveau: "Tu es digne de prendre le livre et de défaire ses attaches. Oui, tu as été offert en sacrifice. Avec ton sang, tu as racheté pour Dieu des gens de toute tribu et de toute langue, de tous les peuples et de tous les pays. Tu les as offerts à Dieu,
10
 tu as fait d'eux les membres du Royaume de Dieu. Tu as fait d'eux des prêtres pour servir notre Dieu, et ils seront rois sur le monde entier."
11
 Je regarde encore et j'entends des anges très nombreux. Ils sont des millions et des millions autour du siège royal, autour des êtres vivants et des anciens.
12
 Ils chantent avec force: "L'Agneau sacrifié est digne de recevoir puissance, richesse, sagesse, force, honneur, gloire et louange!"
13
 Et j'entends aussi tout ce que Dieu a créé dans le ciel, sur la terre, sous la terre et sur la mer. Tout ce qui existe dans le monde chante: "Louange, honneur, gloire et pouvoir pour toujours à celui qui est assis sur le siège royal, ainsi qu'à l'Agneau!"
14
 Et les quatre êtres vivants disent: "Amen!" Les anciens tombent à genoux et ils adorent.

Commentaire

Une description bien proche de celle du prophète Ezékiel

Une description bien proche de celle du prophète Ezékiel : « Je regardai, et voici qu’une main était tendue vers moi, tenant un volume roulé.... » (Ez 2,9-10). Le livre d’Ezékiel est celui du message prophétique qu’il doit proclamer de la part de Dieu à son peuple, en vue d’une réaction de ce dernier !
De même, dans la vision de Jean, l’ouverture des sceaux du livre devrait elle aussi entraîner des réactions analogues.
Notons que le livre est écrit au-dedans et au-dehors. N’est-ce pas là l’image des Ecritures saintes (premier Testament), porteuses d’une parole de Dieu offerte, exposée au public (au-dehors), mais demeurée secrète (au-dedans), car non encore pleinement révélée ?
Ainsi, seul le Ressuscité – le lion victorieux de Juda – peut ouvrir à l’intelligence complète des Ecritures, comme nous le rapporte l’épisode de Jésus qui fait route avec les disciples d’Emmaüs (voir Lc 24).

L’agneau n’est-il pas le symbole de la simplicité, de la douceur, de la vulnérabilité et de la dépendance ?
Quel paradoxe avec le déploiement liturgique très riche de notre passage !
Ce paradoxe nous dit quelque chose sur Dieu, lui qui, en Jésus, se fait proche et vulnérable, et qui, dans le même temps, est source de vie et de résurrection, et donc, de victoire sur le mal et sur la mort !
L’agneau devient désormais la figure dominante de l’Apocalypse. Il est présenté ici debout et immolé, ce qui révèle les deux faces du mystère de Pâques. Quant aux cornes et aux esprits, ils sont synonymes de la puissance de résurrection qui anime l’agneau, Bonne Nouvelle qui doit être proclamée à toute la création.

Sujets de prière

Oraison

Dieu saint, Père infiniment bon,
tu as accompli les promesses faites à Abraham
en donnant ton Fils unique et bien-aimé,
afin qu’il soit l’agneau
immolé pour le salut de tous les hommes.
Fais-nous la grâce de trouver dans son sacrifice
le gage de notre délivrance;
qu’ainsi nous passions dès maintenant de la mort à la vie
par celui qui est mort et ressuscité pour nous,
Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur.

Cantique 41-36 (du recueil Alléluia)

Oui, tu es digne de régner