lundi 14 mars 2016

Temps

Temps du carême

Semaine

Lundi de la cinquième semaine

Complément

Psaume

Psaume 28 (27)

Ne reste pas sans me répondre

 
1
Seigneur, mon rocher, c’est toi que j’appelle : †
 
 
   ne reste pas sans me répondre, *
 
 
car si tu gardais le silence,
 
 
   je m’en irais, moi aussi, vers la tombe.

 
2
Entends la voix de ma prière
 
 
   quand je crie vers toi, *
 
 
quand j’élève les mains
 
 
   vers le Saint des Saints !

 
3
Ne me traîne pas chez les impies,
 
 
   chez les hommes criminels ; *
 
 
à leurs voisins ils parlent de paix
 
 
   quand le mal est dans leur cœur.

 
          ~

 
6
Béni soit le Seigneur *
 
 
qui entend la voix de ma prière !

 
7
Le Seigneur est ma force et mon rempart ;
 
 
à lui, mon cœur fait confiance :
 
 
il m’a guéri, ma chair a refleuri,
 
 
mes chants lui rendent grâce.

 
8
Le Seigneur est la force de son peuple,
 
 
le refuge et le salut de son messie.
 
9
Sauve ton peuple, bénis ton héritage,
 
 
veille sur lui, porte-le toujours.

Lectures du jour


Job, Chap. 27, v. 1-12

1
 Job a continué son discours en disant:
2
"Par le Dieu vivant qui ne veut pas me faire justice, par le Tout-Puissant qui a rendu mon cœur amer, je le jure:
3
 tant que je pourrai respirer, tant que le souffle de Dieu sera dans mes narines,
4
 je ne dirai rien de faux, ma bouche n'exprimera aucun mensonge.
5
 "Je n'accepterai jamais de vous donner raison! Jusqu'à ma mort, je dirai toujours que je suis innocent.
6
J'affirme avec force que ma conduite est juste, et je ne dirai jamais le contraire. Ma vie ne me fait pas honte, ma conscience ne me reproche rien.
7
"C'est mon ennemi qui doit être traité comme l'homme mauvais! C'est mon adversaire qui doit finir comme celui qui fait le mal!
8
 En effet, quel espoir reste à l'homme mauvais quand Dieu coupe ou arrache le fil de sa vie?
9
 Est-ce que Dieu entend ses cris quand le malheur tombe sur lui?
10
Est-ce qu'il trouvait sa joie dans le Tout-Puissant? Est-ce qu'il passait son temps à faire appel à lui? Sûrement pas!
11
 "Moi, je vous apprends comment Dieu agit, je ne vous cache pas ce qu'il pense au fond de lui-même.
12
 Vous avez tous vu cela vous-mêmes. Alors pourquoi ces discours qui ne veulent rien dire?"

Commentaire

Entre certitude et humilité : sur la corde raide !

Le Dieu par lequel Job prête serment pour garantir l’authenticité de son témoignage
n’est pas, comme on trouverait normal pour cet usage, le Dieu de la plénitude, de la puissance et de la joie, mais celui du manque, de l’abandon et de l’amertume. Il ne lui reste plus de Dieu, à ce stade de son malheur et de son expérience de la vie, que cette perception terriblement négative. Cela sonne vrai. Il est donc aisé à Job et ses trois amis de tomber d’accord sur ce préalable.
Voici la teneur impressionnante du serment qu’il profère en engageant toute (la durée qui lui reste de) sa vie :
- Je témoignerai fidèlement des faits que j’observe en moi et autour de moi.
- Je ne permettrai jamais au sentiment de ma bonne conscience de s’incliner devant les raisons dont vous vous prévalez – si « bonnes » puissent-elles se prétendre.
- Mon honneur, fondé sur la droiture de ma vie antérieurement, n’abdiquera pas.

Quel aplomb admirable !
Pourtant saint Paul, un autre homme d’honneur, dit dans sa lettre : « Je ne me juge pas non plus moi-même. Ma conscience, il est vrai, ne me reproche rien, mais cela ne prouve pas que je sois réellement innocent. Le Seigneur est celui qui me juge. » (1 Co 4, 4).
Dans les conflits, l’attitude spirituelle juste se trouve quelque part sur la corde tendue entre Certitude qui ne démord pas et Humilité qui accueille le doute sur soi-même. Elle est dialogue entre le « moi » de notre nature humaine et le « Moi » intérieur de l’Esprit Saint, qui (prenons-y garde !) peut souverainement choisir de s’exprimer par la voix de nos contradicteurs.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu,
sanctifie aujourd’hui nos cœurs et nos corps,
nos pensées, nos paroles et nos actions:
fais-nous vivre selon ta volonté,
afin que nous portions parmi les hommes
les fruits de ton amour,
ô toi le Sauveur du monde
qui règnes pour les siècles des siècles.

Cantique 69 (du recueil Alléluia)

Retire-moi de l'abîme où je suis